L’UTMB 2021 s’annonce de très haut niveau (s’il a lieu)

départ UTMB
Ligne de départ de l'UTMB 2019, avec Pau Capell au centre - Photo : Marta Bacardit / UTMB

Les organisateurs de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc ont rendu public sur le site web de l’événement, ce jeudi 18 février, la liste finale des athlètes qui pourront participer à l’édition 2021. L’occasion pour Distances+ de jeter un coup oeil sur les favoris qui devraient être au départ des principales épreuves prévue entre le 23 et le 29 août prochain, à savoir l’OCC, la CCC, la TDS et bien sûr l’épreuve reine, l’UTMB.

Sur le papier, ça s’annonce une nouvelle fois exceptionnel, car la densité de champions de trail au départ de chacune des courses est vertigineuse. Compétition de très haut niveau garantie!

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Mais encore faut-il, situation sanitaire oblige, que l’événement ait lieu comme prévu (il avait dû être annulé l’an dernier), que les coureurs élites internationaux soient autorisés à se déplacer jusqu’à Chamonix et qu’ils confirment leur présence.

Rappelons que les favoris (cote ITRA de 790 et plus pour les hommes et 670 et plus pour les femmes sur l’épreuve de l’UTMB) n’ont pas à passer par le tirage au sort.

Voici un tour d’horizon des forces en présence (en février 2021), qui pourraient faire de cet Ultra-Trail du Mont-Blanc une édition d’anthologie.

UTMB — 170 km, 10 000 m D+

Courtney Dauwalter
Courtney Dauwalter a remporté l’UTMB de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc 2019 – Photo : Jordi Saragossa

Du côté des femmes d’abord, l’Américaine Courtney Dauwalter remettra son titre en jeu.

Plusieurs de ses compatriotes peuvent espérer embêter cette immense championne au large sourire — qui a également remporté entre autres la Western States, le MIUT, l’Ultra-Trail du Mont-Fuji ou encore le 100 miles du Tarawera Ultramarathon —, à l’image de Katie Schide (2e de la CCC 2018, 6e de l’UTMB 2019), Kaytlyn Gerbin (victorieuse de la Transgrancanaria 2020), ou encore Camille Herron qui collectionne les victoires, notamment au Black Canyon Ultras et au JFK 50 Miles l’an dernier, deux courses emblématiques aux États-Unis, ou encore aux 100 km et 100 miles du Tarawera Ultramarathon.

Courtney Dauwalter devra aussi se méfier des athlètes chinoises qui sont de plus en plus à l’aise dans les Alpes. Fuzhao Xiang serait la mieux armée pour tenter de rivaliser. Elle compte 20 victoires en 40 courses, et 33 podiums. Elle a notamment remporté le Panda Trail by UTMB 2020 en Chine, et terminé deuxième de la Transgrancanaria. Elle avait fini 20e de l’UTMB en 2018 et 11e en 2019.

Parmi les championnes qui feront le déplacement à Chamonix pour tenter quelque chose, notons l’Espagnole Azara Garcia (2e de la CCC 2019), la Suédoise Mimmi Kotka, qui a déjà gagné la CCC et la TDS, mais qui ne s’est encore jamais illustrée sur l’épreuve reine de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, et la Canadienne Ailsa MacDonald (6e de la CCC 2019 et première femme à l’arrivée du 100 miles du Tarawera Ultramarathon 2020).

Les Françaises comme la double tenante du titre de la TDS Audrey Tanguy et Camille Bruyas (3e de la CCC 2019, victoire, à La Réunion, à la Mascareignes 2016, au Trail de Bourbon 2017 et 5e place à la Diagonale des fous 2018) ont évidemment quelque chose à jouer également.

La liste des prétendantes est encore longue. On trouve pour se donner une idée de la densité incroyable de compétitrices la championne de l’UTMB 2018, l’Italienne Francesca Canepa, en 47e position sur la liste des favorites.

Du côté des hommes, si tous les favoris inscrits répondent présents, il y a fort à parier que ce sera une édition d’anthologie, peut-être plus relevée encore que l’UTMB 2017 nonobstant l’absence — a priori du moins — de Kilian Jornet. Car sur le papier, les 30 ou 40 premiers athlètes sur la liste des favoris pourraient prendre le départ avec l’ambition légitime de monter sur le podium. À commencer par l’Américain Jim Walmsley, qui tentera sa chance pour la troisième fois, le champion en titre et peut-être meilleur ultra-traileur actuellement sur 160 km l’Espagnol Pau Capell, les triples vainqueurs de l’UTMB Xavier Thévenard et François D’Haene.

Il faudra sans doute encore compter sur Tim Tollefson, qui a terminé à la 3e place de l’UTMB en 2016 et 2017, ce que n’avait jamais réussi un autre américain avant lui, mais il reste sur deux abandons en 2018 et 2019.

L’Espagnol Pablo Villa sera l’un des autres hommes forts de cette liste de départ, lui qui est tenant du titre du nouveau parcours, rallongé, de la TDS (145 km, 9100 m D+).

Parmi les nombreux coureurs élites français, il faudra surveiller Germain Grangier, l’ancien vainqueur de l’UTMB Ludovic Pommeret, le vainqueur de la Diagonale des fous 2019 et chamoniard Grégoire Curmer, Nathan Jovet, Mathieu Blanchard (le Français sera sous le drapeau canadien), Vincent Viet ou encore Ugo Ferrari et l’expérimenté Sébastien Camus.

Même s’ils se retrouvent parfois noyés dans cette liste interminable, on peut aussi mentionner des coureurs comme le Russe Dmitry Mityaev, les Suisses Jean-Philippe Tschumi et Diego Pazos, les Américains Sage Canaday, Jason Schlarb et Timothy Freriks, l’Espagnol Jordi Gamito, le Roumain Robert Hajnal (2e de l’UTMB 2018), le Néo-Zélandais Scott Hawker ou encore le Lituanien Gediminas Grinius (2e de l’UTMB 2016).

À noter que les coureurs élites chinois seront nombreux au départ (Jing Liang, Jiaju Zhao, Yanqiao Yun, Guomin Deng, Min Qi sont parmi les 18 premiers favoris selon la cote ITRA). Comme les Américains, ils rêvent d’un premier succès sur ce qui demeure l’ultra-trail de référence sur la planète.



 

 

TDS — 145 km, 9100 m D+

rob krar
Le champion canadien Rob Krar participera pour la première fois à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc – Photo : Francis Fontaine / Ultra-Trail Harricana du Canada

L’ultra le plus technique de la semaine s’élancera de Courmayeur en Italie et passera par le Beaufortain.

Le Britannique Tom Evans, vainqueur de la CCC en 2018, tentera de monter d’un cran, mais il devra faire face à un monstre de l’ultra-trail aux États-Unis, Rob Krar. Le Canadien, qui prend généralement l’une des deux premières places de chaque course à laquelle il participe, a notamment remporté la Western States, deux fois le Leadville 100 et un 100 km en Chine début février. Un autre Britannique, Tom Owens, sera à surveiller. Le garçon avait signé une 5e place à la CCC en 2017, mais surtout une 4e place au dernier UTMB, en 2019.

On suivra aussi l’Espagnol des Canaries Cristofer Clemente et son compatriote d’expérience Tofol Castaner, 2e de l’UTMB 2014 et 4e sur la TDS 2018.

Outre les Italiens Daniel Jung et Luca Manfredi qui courront en partie à domicile, les coureurs français pourront certainement tirer leur épingle du jeu, à l’image du détenteur du record du monde de dénivelé en 24 heures et skieur alpiniste émérite Aurélien Dunand-Pallaz, le double vainqueur de la Diagonale des fous Benoit Girondel, ou son modèle Antoine Guillon, sans oublier Gautier AiriauMartin Kern, Alban Berson, Tony Moulai, Arthur Joyeux-Bouillon ou encore Fabien Antolinos.

Chez les femmes, une favorite se distingue par son classement ITRA, la coureuse britannique Holly Page, mais elle est habituée et performante sur de plus courtes distances, ce qui ouvre des perspectives à l’une des grandes championnes de l’histoire de l’UTMB, l’Américaine Rory Bosio, qui a remporté la course reine deux fois, et a terminé 2e de la TDS en 2018.

CCC — 100 km, 6100 m D+

Mathieu Blanchard
Mathieu Blanchard sur le parcours de la CCC – Photo : courtoisie

Les Espagnols, à la tête desquels on retrouvera l’ancien champion du monde de trail et champion en titre de la CCC Luis Alberto Hernando, et les Chinois, portés par Longfei Yan, seront en force au départ de la CCC à Courmayeur, mais c’est l’Américain Jared Hazen, extrêmement rapide sur ce genre d’épreuve, qui partira avec l’étiquette de grand favori, lui qui a déjà signé deux podiums à la Western States — dont une deuxième place derrière Jim Walmsley en 2019 dans un temps stratosphérique et qui a remporté le JFK 50 Miles en 2018. À noter également la présence sur la liste de départ de Dylan Bowman, qui connaît bien les sentiers du Mont-Blanc.

Nicolas Martin, vainqueur de l’OCC 2014 et 3e de la CCC en 2015 et Thibaut Garrivier, 2e de la CCC en 2019, seront les meilleures chances françaises a priori. Mais attention à Thibaut Baronian, grand spécialiste de la distance marathon en trail, qui va s’essayer sur 100 km.

Chez les femmes, nous serons particulièrement sensibles au sein de la rédaction de Distances+ à la course de la Québécoise Anne Champagne, que nous suivons depuis ses débuts dans le trail. La meilleure Canadienne sur cette distance souhaitait se jauger face à l’élite internationale, elle qui avait remporté le Trail du Bourbon à l’île de La Réunion en 2019 en explosant le record de la championne français Camille Bruyas.

Et Anne devrait être fixée puisque la crème de la crème des ultras de 100 km sera au départ, à l’image de la Néo-Zélandaise Ruth Croft, qui vient de remporter le classement général du Tarawera Ultramarathon, ou encore l’Américaine Rachel Drake, qui a terminé deuxième derrière la meilleure traileuse au monde, la Suissesse Maude Matthys, lors du Golden Trail Championship aux Açores l’automne dernier. N’oublions pas sa compatriote Amanda Basham, deuxième de la dernière édition de la CCC, en 2019, qui espère sans doute l’emporter cette fois-ci.

OCC — 55 km, 3500 m D+

hayden Hawks
Le champion américain Hayden Hawks lors de la sa victoire sur la CCC en 2018 – Photo : Alexandre Girbal

La « petite course » de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc au départ d’Orsières, en Suisse, se révèle souvent explosive et l’édition 2021 ne devrait pas déroger à la règle quand on sait qu’il y aura au départ l’Américain supersonique Hayden Hawks, vainqueur de la CCC 2017, ainsi que le Norvégien Stian Angermund – l’un des meilleurs au monde sur ce format comme il le prouve régulièrement sur les courses du circuit Golden Trail World Series – qui défendra son titre sur cette OCC.

Mais ça devrait pousser fort derrière avec l’Espagnol Oriol Cardona, les Suisses Rémi Bonnet et Pascal Egli, le Britannique Jonathan Albon, le Japonais Ruy Ueda ou encore et le Français Thomas Cardin.

Cela promet d’aller également très vite chez les filles derrière la grande favorite, la Chinoise Miao Yao, vainqueur de la CCC en 2018, malheureuse sur l’UTMB l’année suivante. L’Espagnole Sheila Aviles (3e au championnat du monde de trail en 2019 et 3e à Zegama 2017), l’Italienne Elisa Desco, qui compte deux victoires au Marathon du Mont-Blanc à son palmarès, les Norvégiennes Eli Anne Dvergsdal et Yngvild Kaspersen, vainqueures de Zegama respectivement en 2019 et 2016 ou encore l’Espagnole Gisela Carrion, devraient être des chasseuses de luxe ou dynamiter cette course souvent nerveuse aux avant-postes.

Marine Quintard et Candice Fertin seront les meilleures chances françaises.


Voici la liste des coureurs québécois choisis à l’UTMB 2021 (s’ils décident d’y aller)


À lire aussi :

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!