Le Québec Méga Trail et le Défi des couleurs Simard sont annulés

jean fortier
Jean Fortier, organisateur du Québec Méga Trail - Photo : courtoisie

La pandémie de coronavirus aura finalement eu raison des deux événements majeurs qui restaient encore au calendrier de trail au Québec cette année. Le Québec Méga Trail et le Défi des couleurs ont en effet annoncé mardi matin leur annulation.

Le mont Sainte-Anne, où devait se dérouler les deux événements le week-end du 10 et 11 octobre, fait partie de la MRC de la Côte-de-Beaupré, dans la région de la Capitale-Nationale, placée en « zone orange » depuis une semaine.

Ce statut rendait déjà presque impossible la tenue des événements. Le basculement de la région, ce lundi, en « zone rouge », soit le plus haut palier d’alerte au COVID-19, a rendu la chose inévitable.

« C’est assez clair que le gouvernement ne veut pas que les gens se rassemblent à l’Action de Grâce. Pour nous, ça devenait ingérable », explique Jean Fortier, directeur du Québec Méga Trail (QMT).

« Il faut qu’on respecte les limites imposées par le gouvernement. Il faut qu’on soit responsable à travers tout ça. On a un devoir de contribuer au mieux de ce qu’on peut », dit encore M. Fortier.

Le Québec Méga Trail devait initialement se tenir du 2 au 5 juillet, avant que tous les événements sportifs soient interdits par les autorités publiques jusqu’au 31 août. Le QMT avait fait le pari de tenir une « édition spéciale » à une seule épreuve – le 50 km – le même week-end que le Défi des couleurs, en collaboration.

L’épreuve de 50 km constituait le championnat canadien d’ultra-trail courte distance, qui sera maintenu en 2021, confirme Jean Fortier.

Plusieurs athlètes élites québécois et canadiens devaient y prendre part, dont, chez les femmes, Sarah Bergeron-Larouche (qui vient de remporter le 65 km de l’UTHC, l’Ultra-Trail Harricana du Canada ), Claudine Soucie (qui vient de remporter le 80 km de l’UTHC) et Mylène Sansoucy (qui compte de nombreux podiums en carrière).

Chez les hommes, la liste des aspirants champions canadiens était impressionnante, à commencer par Maxime Leboeuf, qui a remporté l’été dernier le 110 km du Québec Méga Trail et du même coup le titre de champion du Canada d’ultra-trail longue distance. À ses côtés sur la ligne de départ, on aurait pu voir Olivier Collin, Martin Dagenais (qui vient de remporter le 65 km de l’Ultra-Trail Harricana), Mathieu Dubé, Hubert Fortin, Alister Gardner, Cyril Galland, David Jeker, Emmanuel Joncas, Julien Lachance, Rémi Leroux, Rémi Poitras, Gabriel Sanfaçon, Alexandre Sauvageau, David Savard-Gagnon (qui vient de remporter le 125 km de l’UTHC) ou encore Jean-Philippe Thibodeau, entre autres. Nous n’avons pas inclus dans cette liste les élites canadiens hors-Québec.

« Je trouve ça vraiment dommage pour tous les coureurs qui se sont entraînés, reconnaît M. Fortier. On s’alignait pour avoir un méchant beau show. Mais il ne faut pas se décourager, ce n’est que partie remise. »

Pas de remboursement

Les conséquences sur la « Corporation Événements Trail Running Québec », qui organise le Québec Méga Trail, sont importantes, avoue Jean Fortier. Évoquant un manque à gagner de « plusieurs dizaines de milliers de dollars », il fait savoir que les inscrits ne pourront être remboursés. La politique de report d’inscription ou de transfert s’applique. Les participants pourraient aussi obtenir un crédit s’il changent d’épreuve l’an prochain.

« Ça va nous prendre quelques éditions pour revenir sur le chemin de la rentabilité, parce qu’il va falloir effacer des pertes », fait savoir Jean Fortier. Il faut payer les salaires des gens qui ont travaillé jusqu’à maintenant ainsi que les fournisseurs. »

Malgré tout, Jean Fortier voit du positif dans toute cette crise : l’organisation a appris à travailler avec l’obligation d’instaurer des mesures sanitaires strictes, et elle a collaboré avec d’autres équipes, notamment celle du Défi des couleurs, ce qui a permis d’établir de nouveaux liens professionnels.

Les partenariats du Québec Méga Trail avec le Grand Raid de la Réunion et la course Swiss Canyon Trail ne sont pas remis en question. En vertu de cette entente, les gagnants du 110 km du Québec Méga Trail sont invités de facto à La Réunion. Le statut de course qualificative pour la Western States a aussi été reconfirmé jusqu’en 2022.

Défi des couleurs : « il n’y aurait pas eu de plaisir »

sebastien Lachance
Sébastien Lachance, organisateur du Défi des couleurs Simard – Photo : courtoisie

« Le plaisir n’était plus au rendez-vous », lance Sébastien Lachance, à la tête du Défi des couleurs Simard, qui aurait dû accueillir environ 1000 participants sur sa 8e édition les 9 et 10 octobre.

« La décision d’annuler était prise depuis l’annonce du passage de la région de Québec en zone orange, et on allait l’annoncer mercredi, révèle M. Lachance. On attendait de voir si on aurait des bonnes nouvelles, mais ce n’est vraiment pas le cas : on passe en zone rouge! Ça ne donne plus rien d’attendre et on s’est coordonnés avec le Québec Méga Trail pour faire notre annonce plus tôt. »

Sébastien Lachance explique qu’il n’était pas question de présenter un « événement dénaturé », avec toutes les limitations imposées par la Santé publique pour tenir un événement sportif.

Mais surtout, « depuis quelques jours, la tête n’est plus à faire un événement. On est en train d’essayer de reprendre le contrôle sur la pandémie, on n’a pas la tête aux festivités », dit Sébastien Lachance, qui est enseignant au secondaire.

Le Défi des couleurs Simard offre des courses sur chemin forestier pour permettre aux coureurs non initiés au trail de courir en nature, ainsi que des distances de pur trail, dont un marathon de 42 km avec 1300 m de D+.

Son équipe, dit-il, commence à « avoir la langue à terre ». « Il faut tout le temps se réorganiser, parce que les mesures sanitaires changent tout le temps.Tout était prêt, tout était fait, mais là tout va rester dans le garage. »

M. Lachance estime que les pertes à éponger sur les prochaines éditions seront de l’ordre d’environ 35 000 $. Il espère que les participants, qui pourront se prévaloir d’un remboursement, opteront plutôt pour le report de leur inscription.

La grande majorité des événements de trail au Québec ont été annulés cette année. Si l’Ultra-Trail Harricana et le Béluga Ultra Trail ont pu se faufiler au début du mois de septembre entre les deux vagues, une série d’annulations a été annoncée pour les compétitions de la fin septembre et de l’automne, tel que le Big Wolf Backyards Ultra, le Trail du Grand-duc et Défie le sentier Soucy. Le Bromont Ultra a annoncé son annulation lundi, après avoir osé espérer le maintenir sans les concurrents provenant des zones orange et rouges.

Le trail du parc national du Bic, prévu le 1er novembre, n’a pas encore fait connaître ses intentions. Une réunion est prévue mardi matin entre les organisateurs et la direction de la Santé publique à ce sujet.

À lire aussi :

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!