Le Club Harricana se déroulera désormais tous les étés dans les montagnes de Charlevoix

Club Harricana
L'édition 2021 du club Harricana a été lancée le 26 juin et se déroulera jusqu'au 10 octobre - Photo : Jacques Vincent

Les organisateurs de l’Ultra-Trail Harricana du Canada (UTHC) ont lancé fin juin la deuxième édition du Club Harricana. Il offre six parcours entièrement balisés et chronométrés à courir n’importe quand jusqu’au 10 octobre, en solo ou en groupe, dans le secteur du mont Grand-Fonds (le 5, le 10, le 20 et le 28 km de l’UTHC) et au Massif de Charlevoix (un 10 km et un 17,5 km), mais aussi des ateliers de trail avec des coureurs élites. Retour sur ce concept qui a si bien marché durant la pandémie l’été dernier, qu’il a désormais vocation à se pérenniser.

À l’origine, le Club Harricana avait été imaginé pour faire face à la pandémie et proposer un événement à la communauté de traileurs alors que toutes les courses étaient annulées. Pour cela, l’équipe Harricana avait balisé son 28 km et son 10 km et avait invité les coureurs à venir se tester sur ces parcours durant l’été.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Après une première édition réussie, les organisateurs de l’Ultra-Trail Harricana (UTHC) ont jugé évident qu’il fallait renouveler l’expérience. « On s’est rendu compte que c’était quelque chose qui pouvait répondre à un besoin, même en dehors de la pandémie, confie Marline Côté, la directrice des Événements Harricana. Les gens qui y ont participé l’année dernière ont beaucoup aimé ça parce que ce n’est pas non plus tout le monde qui aime participer à un événement où il y a beaucoup de monde et où il y a une pression de performance. »

Pour Marline Côté, cet événement permet aussi de combler un manque de l’Ultra-Trail Harricana. « Il y a une capacité d’accueil limitée à l’UTHC donc pouvoir offrir autre chose et montrer autre chose, c’est fun », s’enthousiasme-t-elle.

Nouveaux parcours et nouveau terrain de jeu

Pour cette seconde édition, les organisateurs ont donc ajouté quatre parcours. L’un d’entre eux est déjà connu puisqu’il s’agit du 5 km proposé tous les ans sur l’UTHC, mais les trois autres sont des nouveautés. Il y a tout d’abord le nouveau parcours du 20 km de l’UTHC au mont Grand-Fonds, qui sera inauguré officiellement lors du 10e anniversaire en septembre, mais aussi un 17,5 et un 10 km sur les sentiers du Massif de Charlevoix.

« Ça va être un beau highlight parce que c’est nouveau, c’est proche de Québec, ce sont des beaux parcours vraiment intéressants, assure la directrice des Événements Harricana. On explore le territoire de Charlevoix le plus possible, c’est un grand territoire avec plein de sentiers et de possibilités. » D’ailleurs, Événements Harricana avait annoncé récemment qu’ils réfléchissaient sérieusement à la création à l’été 2022 d’une course à étapes, la TransCharlevoix.

« Le parcours offre un bel équilibre avec une alternance de sections techniques et d’autres plus roulantes, détaille le champion de l’Ultra-Trail Harricana 2020 David Savard-Gagnon, qui a parcouru le 17,5 km pour l’inauguration de cette 2e édition. La section technique de la descente offre un bon défi et que dire de la montée… »


À lire aussi : Annulation, report ou version modifiée? Distances+ fait le point sur la situation des trails au Québec


Ce système de « off », baptisé « Loup Solitaire »à l’avantage de permettre à chacun de courir sur le parcours balisé à n’importe quel moment dès lors qu’il est inscrit et qu’il a reçu son dossard par la poste. Lors du lancement, quelques athlètes élites sont venus réaliser les temps de référence. Ainsi, Rémi Leroux et Sarah Bergeron-Larouche ont établi le temps de référence du 28 km, respectivement en 2 h 05 min 31 s et 2 h 22 min 39 s.

Sur le nouveau 17,5 km, c’est David Savard-Gagnon chez les hommes et Joannie Desroches et Laurence Baril (à égalité) qui ont posé la marque de référence avec un temps de 1 h 40 min 37 s pour David et 2 h 06 min 57 s pour les deux femmes. « Je ne crois pas que mon temps tiendra longtemps, car ces parcours sont le terrain de jeu de Rémi Leroux, a averti David Savard-Gagnon. Toutefois je ferai une ou deux autres tentatives afin de courir sous les 1 h 30. »

Le champion 2020 de l’UTHC a beaucoup apprécié le concept du Club Harricana « puisqu’il permet, selon lui, de tester sa forme durant la saison dans un contexte à mi-chemin entre une compétition et un entraînement ».

Cette année un système de chronométrage a été mis en place afin d’établir un classement un peu plus « officiel ». Les dossards sont équipés d’une puce.

Les meilleurs temps seront qualifiés pour une finale les 9 et 10 octobre, bien que pour le moment « le concept n’est pas défini » prévient Marline Côté. L’an dernier, les cinq meilleurs hommes et femmes de chaque distance avaient été invités à courir le 10 km pour la finale.

Des activités parallèles 

Club Harricana
Quelques athlètes élites ont été invités pour établir les premiers temps de référence – Photo : Jacques Vincent

Mais le Club Harricana ce n’est pas uniquement des tentatives de faire le meilleur temps possible sur un parcours, c’est aussi des sorties découvertes et des ateliers de trails.

« On veut vraiment s’amuser avec les gens, explique Marline Côté. La fin de semaine dernière (le 3 juillet), on est allés explorer un parcours qui est méconnu dans la région de Charlevoix, le sentier des Florent. »

De la même manière, des ateliers autour du trail sont mis en place et animés par des coureurs comme Julien Lachance ou Sarah Bergeron-Larouche. L’an dernier, des sorties découvertes avec des élites avaient été organisées. Ainsi certains amateurs avaient eu l’occasion de partager quelques foulées avec Mathieu Blanchard et Florent Bouguin, entre autres. Elles sont de nouveau prévues cette année, notamment une avec Julien Lachance samedi prochain (10 juillet). 

« C’est le fun parce que dans une course, tu les côtoies, tu les vois, mais tu n’as pas l’occasion de leur parler, expose Marline Côté. Avoir l’occasion avec un petit groupe d’une douzaine de personnes de passer plusieurs heures avec quelqu’un d’inspirant qui va partager ses conseils, je pense que c’est une belle plus-value. »

Nettoyage des sentiers anticipé

Ce nouveau format a aussi l’avantage de représenter une charge moins lourde pour les organisateurs. « C’est sûr que c’est moins lourd de gestion parce qu’il n’y a pas de ravito ou de sécurité, mais c’est pas hyper simple non plus », nuance Marline Côté.

En effet, il a fallu nettoyer les sentiers qui avaient été envahis par la végétation durant la fin de l’automne, l’hiver et le printemps. « Ça fait un mois que les bénévoles travaillent pour débroussailler les sentiers », assure la directrice des Événements Harricana. Il a aussi fallu faire un balisage le plus clair possible pour tout le monde puisqu’il n’y a pas de signaleur pour guider les coureurs. Le chronométrage demande aussi un suivi quotidien.

« Mine de rien, ça demande quand même du temps. Ce que je trouve le fun avec un projet comme ça, c’est que c’est un petit peu tous les jours et c’est moins épuisant », juge Marline Côté. Ce format lui permet aussi de pouvoir participer à quelques ateliers ou sorties découvertes, elle qui lors de l’UTHC rit toujours de ne pas pouvoir courir la course qu’elle organise.


À lire aussi : Des « Rencontres du trail » auront lieu à l’automne au Québec


Mais Marline voit surtout un autre avantage à ce format, c’est qu’elle peut « s’améliorer et s’ajuster tous les jours » avec son équipe. « Quand tu organises un événement par année, parfois tu te dis que tu auras pu modifier quelque chose, mais tu ne peux pas le faire pour la semaine d’après, il faut attendre l’année prochaine, regrette-t-elle. Là, un événement en continu tu peux essayer de peaufiner des petites affaires. »

Dans le cas du Club Harricana, une réflexion a été menée sur les dossards. Le coureur inscrit pouvant parcourir plusieurs fois les parcours balisés durant l’été, le dossard doit être résistant et tenir dans le temps, malgré les potentielles intempéries.

« On s’est rendu compte qu’avec la pluie, si les gens veulent l’utiliser tout l’été, il va devenir un peu chiffonné et s’effriter donc finalement on va produire une carte réutilisable, un peu comme une carte de crédit, ça sera plus durable que le dossard », détaille Marline Côté.

Même avec la reprise des différentes courses cette année et avec un potentiel retour à la normale dans les prochains mois ou les prochaines années, le Club Harricana a vocation à s’installer dans le temps. Son organisatrice assure que tant qu’il y aura de l’intérêt de la part de la communauté de trail, l’expérience sera renouvelée.

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!