Elliot Cardin se lance à l’assaut des Chic-Chocs pour remplacer la Western States

elliot cardin
Elliot Cardin - Photo : Alexandra Cote-Durrer

Alors qu’il devait participer à la Western State Endurance Run en Californie, annulée en raison de la pandémie de coronavirus, l’athlète élite québécois Elliot Cardin s’est trouvé un autre défi de taille. Dans la nuit de vendredi à samedi, il s’élancera à l’assaut des 174 kilomètres et 10 000 mètres de dénivelé positif de la traversée des Chic-Chocs, en Gaspésie.

Elliot Cardin avait obtenu l’un des rares dossards de la Western States (il n’y a que 369 participants chaque année) en remportant un très convoité Golden Ticket. C’est en prenant la troisième place du 100 km de la Black Canyon Ultra, en février dernier, qu’il avait ainsi pu se qualifier. 

Mais les organisateurs de la mythique épreuve californienne, considérée comme la plus vieille compétition d’ultra-trail au monde, n’ont eu d’autre choix que d’annuler leur 47e édition, pour la deuxième fois de leur histoire, en raison de la crise.

À la suite de cette annulation, Elliot explique qu’il était à la recherche d’un défi lui permettant de découvrir une distance qu’il n’avait jamais encore parcourue, le 100 miles, tout en évoluant au sein de somptueux paysages. C’est ainsi que lui est venue l’idée de tenter la traversée des Chic-Chocs en partant de la réserve faunique de Matane pour se rendre jusqu’au pied du mont Albert. 

Plaisir et performance

Dans cette aventure, Elliot Cardin souhaite découvrir un environnement très sauvage et difficile d’accès, caractéristique des Chic-Chocs et de la Gaspésie.

« À ma connaissance, cet itinéraire n’a pas encore été fait à la course à pied, lance Elliot. C’est une belle opportunité de tenter d’établir un Fastest Known Time (FKT) » sur ce parcours qui pourrait bien devenir, en tout ou partie, un itinéraire de l’Ultra-Trail des Chic-Chocs.

Un défi sportif et organisationnel

Pour se préparer à la Western State, Elliot Cardin avait modifié son entraînement afin de lui permettre de courir sur une distance encore inconnue pour lui. Des ajustements professionnels lui ont permis d’augmenter son volume de course hebdomadaire entre 160 et 200 kilomètres, tout en continuant de travailler sa vitesse. 

« Malgré les incertitudes et les craintes que je peux avoir face à cette aventure, je suis bien préparé », confie Elliot. « La possibilité de gérer mon allure tout au long du parcours, sans avoir à me soucier d’autres concurrents, rend les choses un peu moins stressantes que lors d’une compétition », ajoute-t-il.

Cependant, si les aspects sportifs peuvent être gérés par Elliot lui-même, une telle expédition ne pourrait pas être possible sans un support logistique fort. C’est notamment grâce au soutien de son commanditaire, l’équipementier On Running, et de l’appui de sa famille, d’amis et de Félix Dubeau (fondateur de l’Ultra-Trail des Chic-Chocs), qu’Elliot Cardin pourra bénéficier d’accompagnateurs et d’une assistance tout au long du parcours. 

« La Gaspésie présente des défis d’accessibilité majeurs, avec des sections très éloignées de tout chemin, explique Elliot. Il a été donc important que je passe du temps avec l’équipe pour bien penser la logistique et les ravitaillements », ainsi que les scénarios d’évacuation. À cette fin, Elliot Cardin sera muni en tout temps d’un traqueur GPS permettant à son équipe de savoir où il se situera, mais aussi au coureur d’envoyer un message d’alerte en cas de besoin. 

Si de nombreuses inconnues empêchent Elliot de savoir exactement combien de temps il lui faudra pour compléter son objectif, le coureur prévoit compléter l’aventure entre 25 et 30 heures. 

« Je suis heureux de partir vivre de nouvelles expériences à la découverte de mes capacités physiques et mentales », dit Elliot. Qui plus est, il a joint une cause à son initiative, récoltant des fonds pour le Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Gaspésie. 

 « J’espère créer un engouement chez les Québécois pour la réalisation de traversées dans les montagnes de la province, quelle que soit la distance parcourue », conclut-il.

La réalisation de grands défis a la cote cette saison, alors que presque toutes les compétitions de trail sont annulées. Mathieu Blanchard a annoncé qu’il allait tenter une traversée du sentier international des Appalaches (650 km). Xavier Thévenard vient de compléter la traversée du GR20, en Corse. Plusieurs autres athlètes se sont lancés sur des défis dans les Alpes ou dans les Pyrénées.

À lire aussi :

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!