« Déterminé à travailler sur mes faiblesses » : la saison 2019 d’Elliot Cardin

elliot cardin
Elliot Cardin au départ du 55 km du Bromont Ultra - Photo : Bromont Ultra

D+_MaSaison2019_banniere

En début d’année, Distances+ présentait des reportages sur une quinzaine d’athlètes élites québécois et sur ce qui les attendait en cours d’année sur le plan sportif. Alors que se termine la saison, nous avons demandé à ces coureurs de jeter un coup d’oeil sur les derniers mois afin de nous partager ce qu’ils ont vécu de beau et de fort, ce qu’ils ont appris sur eux-mêmes, tout en reconnaissant leurs moins beaux moments et leurs réflexions. Aujourd’hui : Elliot Cardin.

L’année 2019 a été difficile en termes de performance. J’ai été blessé de novembre 2018 à mars 2019. M’entraîner si peu durant autant de mois a été terriblement dur. J’aime courir et le processus nécessaire pour être un coureur élite n’est que du pur plaisir pour moi!

En mars dernier, la douleur à la hanche s’était atténuée un peu, et j’ai fait l’erreur classique de reprendre trop rapidement l’entraînement. C’était plus fort que moi, même si j’étais conscient qu’il y avait un risque. Après trois semaines de reprise, c’est avec frustration que j’ai dû reprendre le repos complet.

J’ai pu reprendre en avril, et cette fois j’y suis allé très progressivement, malgré mon envie de courir davantage. J’ai fait un bref ˝build up˝ pour arriver en juin à mon premier et plus important objectif 2019, soit les Championnats du Monde de trail au Portugal. Cet évènement a été une expérience ˝débile˝ et enrichissante, qui m’a donné l’envie de courser davantage sur la scène internationale. Par contre, sur le plan de la performance, ça a été loin de mes attentes. J’ai eu une course très difficile, sans énergie. Ce n’est pas toujours notre journée. J’ai profité du reste du voyage pour explorer.

J’ai tout de suite enchaîné ma préparation pour les 110 km du Québec Méga Trail, hôte du championnat canadien d’ultra-trail. J’ai eu seulement un mois pour mettre un peu de millage à mes entraînements.

Malgré mon sous-entraînement, je désirais performer sur cette course que j’aime bien. Je suis parti très conservateur et j’ai commencé à pousser après 30 km, où j’ai rejoint la tête de course. J’étais super content de ma gestion d’effort et j’ai malheureusement été frappé par des crampes abdominales intenses que j’ai endurées durant 30 km, avant d’abdiquer pour la toute première fois de ma vie de coureur.

De l’abandon à la victoire

Elliot Cardin peu de temps avant son abandon au Québec Méga Trail - Photo : Vincent Champagne
Elliot Cardin peu de temps avant son abandon au Québec Méga Trail – Photo : Vincent Champagne

L’objectif suivant était le 125 km de l’Ultra-Trail Harricana. J’étais motivé et confiant cette fois-ci. Ma seule crainte était de revivre les crampes du Québec Méga Trail.

Après 35 km, le scénario se répète et je prends la décision d’arrêter et de me rendre lentement au 60e km où je pouvais abandonner.

L’année 2019 est alors devenue une investigation et une série de tests en compétitions pour régler les crampes.

Quelques semaines après mon deuxième abandon, j’ai profité d’une invitation au Trail urbain de Québec (54 km) pour tester des stratégies nutritionnelles. C’est avec le champion du 125 km Harricana, Guillaume Barry, que j’ai disputé la première place. Le test a été concluant et cette petite victoire m’a redonné la confiance perdue.

Initialement, cette course devait mettre fin aux compétitions de ma saison pour ne laisser place qu’à l’entraînement. Enchaîner ce 54 km en plus de mon travail physique de maçon m’a blessé à nouveau à la jambe.

Un fin de saison à Bromont

Le départ du 55 km du Bromont Ultra - Photo : Bromont Ultra
Le départ du 55 km du Bromont Ultra – Photo : Bromont Ultra

Malgré l’arrêt de l’entraînement, je n’ai pu résister à la tentation de courir le Bromont Ultra 55 km, où j’ai vécu le baptême de la course en sentier il y a trois ans. J’ai couru avec mon ami Rémi Leroux que je savais en forme. Ça allait être sa course. Il a remporté 17 minutes devant moi. Belle performance, j’étais content pour lui et aussi bien satisfais avec ma course, bien gérée malgré la douleur vive sur la fin.

J’ai été incapable de marcher pendant une semaine suite au BU. J’ai bien endommagé ma jambe, mais je ne regrette pas, car je voulais vraiment faire cette course que j’affectionne énormément.

J’ai pris le repos nécessaire et maintenant je m’entraîne pour l’année 2020. Je suis déterminé à travailler sur mes faiblesses. Malgré les moins bonnes performances, j’ai eu du plaisir tout au long de ma saison 2019.

À lire aussi :

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!