Western States 100 : duel de titans dans les canyons californiens

Départ du 100 miles de la Western States - Photo : Jordi Saragossa / Salomon
Départ du 100 miles de la Western States – Photo : Jordi Saragossa / Salomon

La mythique Western States 100 devrait être marquée cette fin de semaine par un duel au sommet entre deux des meilleurs ultra-traileurs de la planète, l’Américain Jim Walmsley, actuellement en tête au classement international de l’ITRA, et le français François D’Haene, triple vainqueur de l’UTMB. Les deux hommes ont fait de la plus ancienne course de 100 miles (160 km) au monde l’un des grands objectifs de leur saison.

La course traverse la Californie de Squaw Valley jusqu’à Auburn. Le parcours, qui cumule 5200 m de dénivelé, passe par les sentiers et les canyons qu’empruntaient autrefois les chercheurs d’or lors de la conquête de l’Ouest.

D’Haene et Walmsley ont fait connaissance l’été dernier en courant ensemble sur une partie de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, après avoir semé à mi-chemin le grand Killian Jornet. Mais le champion français a fini par prendre le dessus sur l’ultra-rapide américain, qui après un gros passage à vide a su se reprendre pour terminer, dans les circonstances, à une superbe 5e place.

Jim Walmsley, 28 ans, est un coureur hors norme, capable de courir à haute vitesse pendant longtemps. Il prend toujours le départ d’une course pour la gagner – ce qu’il fait généralement depuis ses débuts en 2014 -, mais aussi pour battre le record de l’épreuve. L’an dernier, il était parti comme une flèche de Squaw Valley, mais avait abandonné brutalement, à bout de force. Il a vécu une mésaventure similaire à l’automne lors de la Diagonale des fous sur l’île de La Réunion.

L’athlète le plus rapide sur sentier

Déterminé à gagner enfin la Western States, il a prévenu qu’il ne fallait pas s’attendre à ce qu’il parte comme un fou cette fois-ci. Sa stratégie serait de laisser ses principaux concurrents le suivre et de les fatiguer. « Et si j’explose, ils exploseront aussi », a-t-il dit à nos confrères du magazine américain Trail Runner.

Il y a quelques jours, Jim Walmsley a publié sur son compte Strava le bilan d’une sortie de 10 km, qu’il a courue à 3 min 08 sec par kilomètre de moyenne. Hallucinant à moins d’une semaine d’une échéance pareille. Même si ça demeure très relatif dans la perspective d’un ultra-marathon en sentier, il a envoyé un message clair à tous ses concurrents : il est en très grande forme.

Plus probant encore, l’Américain a survolé sa dernière course officielle en avril, la Lake Sonoma 50, en Californie, en réalisant sa meilleure performance à vie, selon l’indice ITRA, avec 958 points sur 1000. Jim Walmsley trône d’ailleurs en tête du classement mondial établi par l’Association internationale de course en sentier.

Derrière, ou à côté de lui, il faudra également surveiller quatre autres coureurs américains de Flagstaff, en Arizona, avec lesquels il s’entraîne et forme le groupe des Coconino Cowboys. Tim Freriks, Jared Hazen, Cody Reed et Eric Senseman seront tous sur la ligne de départ pour gagner. Tout comme Jeff Browning, très à l’aise sur le parcours de la Western States où il avait pris la 3e place en 2016.

Victoire de François D’Haene en Californie ?

François D’Haene, 32 ans, a vécu une saison 2017 éblouissante avec entre autres des victoires à l’Ultra-Trail de l’île de Madère au Portugal et à l’UTMB, mais aussi avec un prestigieux record de la Traversée du John Muir Trail dans la Sierra Nevada (359 km et 14 630 m de dénivelé positif en 2 jours 19 heures et 26 minutes).

Le champion français retourne en Californie avec lui aussi le désir de l’emporter, sur un terrain qui ne lui est a priori pas aussi favorable que les sentiers techniques alpins.

Il a en tout cas construit son entraînement post-hivernal avec cet objectif dans le viseur. Au cours des trois derniers mois, comme il l’a indiqué sur sa page Facebook, il a progressivement augmenté son volume, en faisant mensuellement une semaine intensive, suivie chaque fois d’une semaine très allégée. Et il s’est efforcé à courir sur un « terrain plus roulant » que ce auquel il est habitué, afin de s’adapter à la spécificité de la Western States, qui est un ultra rapide et assez peu technique une fois le premier tiers de la course, en altitude, passé.

Ryan Sandes va aider D’Haene a gagner la WS100

Les derniers entraînements se sont déroulés sur place, ce qui lui a permis de faire d’une pierre deux coups en allant reconnaître le parcours tout en adaptant son corps à l’un des plus gros défis de cette course: la chaleur. Il s’attend à courir sous un soleil de plomb et une température oscillant autour de 40 degrés.

« Je ne sais pas si on peut se sentir prêt avant une course de 100 miles. J’en doute en tout cas, a écrit D’Haene à ceux qui le suivent cette semaine. Une chose est sûre, il a mis toutes ses chances de son côté en s’offrant pour l’occasion un donneur de rythme de luxe, son ami Ryan Sandes. Le Sud-Africain, qu’il côtoie par l’intermédiaire de Salomon, leur partenaire respectif, est un spécialiste de la WS100 puisqu’il l’a remportée l’année dernière. Ce n’est pas tous les jours qu’un grand champion sert de pacer à un autre.

François D’Haene ne fait pas que représenter la marque d’Annecy puisqu’il participe, tout comme Kilian Jornet, au développement des produits techniques. Ce week-end, il fera d’ailleurs un test grandeur nature en chaussant un prototype utilisant la base de la S/LAB Ultra dont la tige a été modifiée pour accueillir « un mesh léger et respirant afin d’appréhender le mieux possible les conditions de chaleurs extrêmes des canyons américains ».

Le chaussure prototype Salomon en test grandeur nature par François D'Haene sur la WS100 - Photo : DROZ / Salomon
La chaussure prototype Salomon en test grandeur nature par François D’Haene sur la WS100 – Photo : DROZ / Salomon

Côté canadien, on suivra la meilleure marathonienne en sentier du pays, Alisa Macdonald, et le Québécois Richard Turgeon, qui a eu le plaisir d’être l’un des heureux élus à la loterie de la Western States. Seulement 369 coureurs prendront le départ ce samedi.

Lavaredo Ultra-Trail

À noter qu’en parallèle de la WS100 se déroulera la Lavaredo Ultra-Trail dans les Dolomites italiennes. Et la course devrait être passionnante puisque plusieurs cadors seront au départ, dont le leader de l’Ultra-Trail World Tour, l’Espagnol Pau Capell, qui devra composer entre autres avec les Américains Tim Tollefson, Hayden Hawks, les Français Michel Lanne et Aurélien Collet ou encore le Suisse Diego Pazos et le Chinois Min Qi.