La Savoie, une terre de trail par excellence

High Trail Vanoise
Sur le parcours du High Trail Vanoise - Photo : Cyrille Quintard
BANNIERE TOUR DE FRANCE DES TERRES DE TRAIL
Savoie

Distances+ vous propose un tour de France des terres de trail afin de découvrir plusieurs des courses en sentier à faire au moins une fois dans votre vie.

La Savoie est un département chargé d’histoire. Les premières traces humaines datent du Néolithique. Elle est rattachée à la France depuis seulement 1860.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Géographiquement située dans les Alpes, elle est divisée en plusieurs vallées : la vallée des Huiles, la combe de Savoie, la Maurienne (lieu de passage d’Hannibal avec ses éléphants), la Tarentaise, le val d’Arly en direction du Mont-Blanc et l’enclave paisible du Beaufortain. 

La gastronomie savoyarde – pensez à la tartiflette, à la fondue savoyarde, à la croziflette, aux diots et à la polente – saura nourrir le plus affamé des traileurs après une course. Il existe aussi tout un tas de fromages tels que le Reblochon, la tome des Bauges, le Bleu de Bonneval ou encore le Beaufort, pour ne citer qu’eux. 

De nombreuses stations de ski alpin permettent de profiter des sports d’hiver. Les coureurs peuvent aisément diversifier leur entraînement hivernal avec le ski de fond ou le ski de randonnée. Des parcours balisés pour le trail sont également proposés en montagne à la fonte des neiges.

La Savoie est l’une des plus fabuleuses terres de trail en France. Voici une liste non exhaustive de 17 trails incontournables à courir en terres savoyardes. Ils sont classés ci-dessous par ordre chronologique selon le calendrier officiel initialement prévu (il ne tient pas compte des reports et annulations en raison de la pandémie).

Trail Nivolet Revard (mai)

Trail Nivolet-Revard
Sur le parcours du Trail Nivolet Revard – Photo : Agence Pixalpes

Lors du premier week-end de mai, plusieurs courses sont organisées au départ de la commune de Voglans. L’épreuve principale est un 51 km pour 2700 m de dénivelé positif.

La course gravit l’ouest du massif des Bauges pour gagner le Revard – et sa superbe vue sur le lac du Bourget – et les Mont du Chat. La course poursuit son chemin vers la station de ski de fond de la Féclaz jusqu’à la croix du Nivolet, qui surplombe Chambéry et offre un point de vue sur la Chartreuse et le mont Granier et son impressionnante falaise en à-pic de près de 900 mètres, si caractéristique de sa face nord.

Le parcours du Trail Nivolet Revard emprunte en grande partie des monotraces et évoluent majoritairement en sous-bois, avec des passages diversifiés, à la fois techniques et roulants.

Au programme également : un 23 km (1160 m D+), un 13 km (400 m D+) et une marche de 12 km.

Depuis 2018, c’est l’ultra-traileur Ugo Ferrari qui est à la tête de l’organisation de l’événement.



 

 

Grand Raid 73 (mai)

Raid 73
Sur le parcours du Raid 73 – Photo : Raid 73

Au départ de Cruet, dans la combe de Savoie, la course principale (73 km pour 4800 m de D+) grimpe dans les Bauges et explore la partie sud-est du massif avec de nombreux passages remarquables comme le lac de la Thuile, la pointe de la Galoppaz, le mont Margeriaz ou encore le mont Pelat, avant de redescendre sur Cruet et ses vignes.

Le printemps montagnard permet généralement de faire de superbes photos.

Il est possible de faire la course en relais ou de se frotter à des distances plus courtes comme le 23 km (1450 m D+) et le 10 km (500 m D+).


À lire aussi : L’Isère, entre gros dénivelé et sentiers de montagne techniques


Trails du Fort du Mont (juin)

Trail du Fort du Mont
Sur le parcours du Trail du Fort du Mont – Photo : Olympus digital camera

Deux courses et une randonnée sont au programme de cet événement de la mi-juin. L’épreuve de 22 km et 1700 m de dénivelé positif, au départ du fort surplombant Albertville, est résolument tournée vers la montagne de la Roche Pourrie. Même si une sécurisation de l’arête sommitale est prévue le jour de la course, les participants doivent faire preuve de prudence dans cette portion. Le tracé emprunte également le circuit des Pointières et la Pointe Saint-Jean.

L’épreuve permet aussi de se mesurer à des parcours alpins avec de superbes vues sur les Bauges, les Aravis et le massif de la Lauzière.

Pour les traileurs souhaitant découvrir la course en montagne, un autre parcours de 8,5 km et 450 m D+ leur est proposé. La majeure partie du parcours se fait en forêt, mais permet, grâce à quelques fenêtres à travers la végétation, d’avoir de beaux points de vue sur les vallées alentour. Lorsque le temps se montre dégagé, il est d’ailleurs possible d’apercevoir la chaîne du Mont-Blanc.


À lire aussi : La Haute-Garonne, du trail urbain aux sentiers les plus techniques


Pierra Menta Été (juillet)

Pierra Menta Été
Sur le parcours de la Pierra Menta Été – Photo : F.Ouddoux

Si la Pierra Menta évoque a priori une course de ski-alpinisme, il faut savoir que sa petite sœur se déroule l’été et qu’elle est non moins éprouvante. Le point de départ se situe dans l’enclave du Beaufortain. Le concept de la course reprend l’idée qui a fait le succès de l’emblématique compétition hivernale, à savoir des montées et des descentes techniques, parfois encordées, une épreuve sur trois jours, un gros ratio kilomètre/dénivelé positif (70 km pour 7000 m de D+ au total) et une épreuve en duo.

L’une des particularités de l’événement, c’est que le tracé définitif est donné aux coureurs seulement la veille de chaque étape.

La Pierra Menta reste atypique dans le paysage des courses estivales avec l’obligation d’avoir un baudrier et de suivre une ligne de vie sur des passages « aériens » en crête. Le port d’un casque d’alpinisme peut être de mise pour les moins aguerris. La Pierra Menta Été n’est donc pas une épreuve à prendre à la légère, un pied alpin est vivement nécessaire.


À lire aussi : Les trails des Cévennes et de l’arrière-pays montpelliérain : gloire aux cailloux


Tour des glaciers de la Vanoise (juillet)

Tour des glaciers de la Vanoise
Sur le parcours du Tour des glaciers de la Vanoise – Photo : Tour des glaciers de la Vanoise

Ce trail vous fera parcourir l’un des plus beaux spots de la Savoie autour du massif de la Vanoise et notamment de la Dent Parrachée.

L’épreuve s’élance à 4 h du matin pour environ 73 km et 3800 m D+ depuis Pralognan-la-Vanoise. Après un tour permettant de basculer dans la vallée de la Maurienne, les participants reviennent en Tarentaise.

Sur cette boucle, les coureurs passeront notamment par le col de la Vanoise, le lac des Lozières ou encore le col de Chavrière. Les sentiers sont un concentré de montagne, certains sont roulants, d’autres cassants et techniques. Le tracé propose de nombreux ravitaillements et quatre points avec des barrières horaires.

Les paysages sont grandioses et incroyablement diversifiés. Pour les plus chanceux et les plus observateurs, il sera aussi possible d’apercevoir des chamois ou des bouquetins le long du parcours.

Trail des Bauges (juillet)

Trail des Bauges
Sur le parcours du Trail des Bauges – Photo : Trail des Bauges

Les Bauges représentent un massif de moyenne montagne centré sur l’activité agricole, mais ce trail permet de découvrir des sentiers ludiques et des paysages ravissants tout au long du parcours.

Le Trail des Bauges se veut à taille humaine et propose un parcours de 48 km (2750 m  D+), un autre de 21 km (1270 m D+) et une nouveauté en 2021 avec un 10 km (350 m D+).

Toute la complexité du massif se révèle au cours de la course avec des sentiers roulants et techniques, en forêt et dans les alpages, en fond de vallée et sur les crêtes alentour. Les ravitaillements permettent de découvrir des produits locaux comme la savoureuse tome des Bauges.

High Trail Vanoise (juillet)

High trail Vanoise
Sur le parcours du High trail Vanoise – Photo : High Trail Vanoise

Au départ de la station de Val d’Isère, le High Trail Vanoise propose pas moins de cinq parcours pour tous les niveaux et tous les goûts, notamment un kilomètre vertical, un 20 km (1030 m D+), un maratrail (42 km, 3480 m D+) et une grande boucle de 70 km pour 5450 m de dénivelé positif.

Les tracés respectifs emmènent les participants dans le parc de la Vanoise, entre la Tarentaise et la Haute-Maurienne. Il sera possible de fouler le glacier de la Grande Motte, équipé et sécurisé pour l’occasion. 

Les coureurs du 70 km devront également grimper au sommet du col de Picheru, du col de la Baillettaz, des Aiguilles Pers et du col de l’Iseran. Le grand parcours se révèle particulièrement technique et exigeant, notamment à cause de l’altitude, en moyenne à 2544 m, dont il faudra tenir compte avant de se lancer.

Cet événement permet aux coureurs touristes de découvrir le charme de la haute montagne avec de nombreux sommets reconnaissables tout au long du trajet et un parcours très minéral.

Ultra Tour du Beaufortain (juillet)

Ultra tour du Beaufortin
Sur le parcours de l’Ultra tour du Beaufortin – Photo : Ultra tour du Beaufortin

Connue pour son fromage éponyme, la région de Beaufort propose en toute saison des activités diversifiées et le trail y occupe une grande place l’été. C’est donc tout naturellement qu’une épreuve faisant le tour de la vallée est née : l’Ultra Tour du Beaufortain. Le parcours de 107 km et plus de 6800 m D+ offre un magnifique panel de paysages. Les participants évoluent tour à tour sous les arbres, dans les alpages et le long de sentiers rocheux. 

Le tracé passe par des endroits mythiques du Beaufortain que sont le pic rocheux de la Pierra Menta, le lac Saint Guérin, le Cormet de Roselend ou la station des Saisies. Le Mont-Blanc en toile de fond ne laissera personne indifférent. Il est cependant important de souligner qu’une grande partie du parcours se situe à une altitude supérieure à 2000 m et que les sentiers souvent caillouteux ne seront pas une mince affaire pour venir à bout de l’épreuve.

La 6000D (juillet)

6000D
Sur le parcours de la 6000D – Photo : Laurent Salino

La 6000D, née en 1990 dans la station de la Plagne, est l’un des trails les plus connus de France. La Française Corinne Favre l’a remporté 13 fois entre 1992 et 2004, Maud Gobert quatre fois, tout comme Sébastien Spehler. Le principe est simple sur le papier : cumuler une grosse montée puis une longue descente, toutes deux entrecoupées de quelques variations de terrain. L’épreuve reine de 67 km et 3400 m de dénivelé positif propose un point de départ à 677 m d’altitude dans le village d’Aime, dans la Tarentaise, et un point culminant à 3047 m sur le glacier de Bellecôte.

Malgré un tracé composé à 95 % de chemins et de sentiers, il faudra passer au travers de quelques névés potentiellement piégeux et rester lucide lors de la longue descente vers l’arrivée.

La gratuité des remontées mécaniques permet aux spectateurs de venir encourager les participants tout le long du parcours. L’épreuve se veut chaleureuse et les bénévoles motivés pour créer une ambiance de folie.

D’autres courses sont au programme de l’événement avec pour chacune des spécificités comme la 6000 D Bob qui propose de remonter la piste de bobsleigh de la station le plus vite possible.

Pour l’édition 2021, les organisateurs ont prévu une nouveauté avec le lancement d’un 42 km (2000 m D+).

Trail Cenis Tour (août)

Trail Cenis Tour
Sur le parcours du Trail Cenis Tour – Photo : Denis Kelsch

Cet événement propose plusieurs boucles au départ de Termignon en Haute-Maurienne. Il permet de découvrir le fond de la vallée de la Maurienne, méconnue et sous-estimée à bien des égards. La distance reine de 82 km et 4700 m de D+, au départ de Lanslebourg-Mont-Cenis, permet de parcourir des paysages somptueux en alternant tantôt des sous-bois, tantôt des alpages mais aussi des sentiers techniques et d’autres roulants. Lorsque le temps est de la partie, le lever de soleil sur les glaciers de la Vanoise et la Dent Parrachée reste forcément dans la mémoire des participants. La remontée au Pas de la Beccia offre également une vue panoramique sur le lac du Mont-Cenis et sur l’Italie que l’on distingue à l’horizon.

La deuxième partie de la course, moins haute en altitude, nécessite de conserver des ressources pour affronter les dernières bosses avant une descente de 8 km pour retrouver la ligne d’arrivée et fêter cela comme il se doit.

L’événement propose aussi un 59 km (3410 m D+), un 35 km (2090 m D+), un 21 km (1240 m D+) et un 12 km (820 m D+).

Xtrail Courchevel (août)

Xtrail Courchevel
Sur le parcours de l’Xtrail Courchevel – Photo : Xtrail Courchevel

Situé au départ de la station mondialement connue de Courchevel, cet XTrail propose plusieurs parcours de 11 km (580 m D+), 22 km (1050 m D+), 33 km (2200 m D+) et 50 km. La plus longue distance cumule 4000 m D+ et permet de visiter des recoins inexplorés du massif de la station.

Les sentiers alternent des portions roulantes et techniques, mais aussi des passages alpins parfois délicats. Une grande partie de l’épreuve se situe au-dessus de 2000 mètres d’altitude. Si le parcours offre un émerveillement permanent, le clou du spectacle sera servi à la fin du tracé avec les crêtes du mont Charvet.

Trail « La Frison-Roche » (août)

Trail Frison-Roche
Sur le parcours du Trail Frison-Roche – Photo : Paul Viard-Gaudin

Voici une autre épreuve qui se déroule dans la petite région du Beaufortain. Cet événement, du nom du plus célèbre guide et écrivain de la vallée (Roger Frison-Roche), propose plusieurs formats dont un maratrail, l’épreuve principale, avec 42 km pour 2400 m de dénivelé positif.

Le parcours emprunte principalement des monotraces et permet d’explorer les sentiers autour d’Arêches, petite station au fond du Beaufortain. Les panoramas sont époustouflants. « C’est une course magnifique, le seul problème c’est que, tu as beau avoir des jambes, la beauté du site te coupera toujours le souffle », s’amuse à résumer un ancien participant.

L’événement propose également des formats de 17 km (944 m D+) et 7 km (366 m D+), une marche ludique et une course pour les enfants afin d’occuper tout le monde tout le week-end.

Trail du Galibier-Thabor (août)

Trail du Galibier-Thabor
Sur le parcours du Trail du Galibier-Thabor – Photo : Trail du Galibier-Thabor

La vallée de la Maurienne propose tout un tas d’activités tout au long de l’année. Elle est plus connue pour ses cols appréciés des cyclistes, mais les traileurs ne sont pas en reste avec de nombreux événements de qualité, dont le Trail Galibier-Thabor.

Plusieurs courses sont au programme du week-end avec une distance reine de 52 km et 3350 m D+. Elle emmènera les participants sous la pointe des Cerces et au col du Galibier, entre autres. Le terrain de jeu est varié et alterne entre chemin large, mais casse-pattes, et hors-piste balisé.

Le Trail du Thabor de 33 km et 1900 m D+ suit un tracé qui porte les coureurs jusqu’aux contreforts du mont éponyme. Les traileurs passeront tour à tour dans des alpages, dans des pierriers et au bord de torrents et lacs sublimant les montagnes alentour.

La Maurienne offre un panel de sentiers très diversifiés ce qui donne généralement envie d’y retourner.

Grand Trail du Lac (octobre)

Grand trail du lac
Sur le parcours du Grand trail du lac – Photo : Thomas Vigliano

Au départ de Bourget-du-Lac, la course s’élance sur 10 km roulants avant d’enchaîner les monotraces et les vues imprenables sur le plus grand lac d’origine glaciaire situé intégralement en France.

La boucle du Grand Trail du Lac propose 75 km et 3600 m D+ en solo ou en relais. Les participants évoluent principalement en sous-bois avec un point culminant de la course à 1500 mètres d’altitude. Les sentiers, bucoliques, alternent entre portions raides et plates, roulantes et techniques.

Le passage à la Dent du Chat est équipé de câbles et il faudra que chacun garde la lucidité de franchir cet obstacle en fin de parcours. Par beau temps, il sera possible d’apercevoir les différents massifs environnants et même le Mont-Banc trônant majestueusement au-dessus des Alpes.

Trail des vallées d’Aigueblanche (octobre)

Trail des vallées d'Aigueblanche
Sur le parcours du Trail des vallées d’Aigueblanche – Photo : Laurent Fabry

Aux portes de la Tarentaise, ce trail atypique propose plusieurs courses dans le week-end et notamment des challenges cumulant des distances verticales avec un trail aux noms équivoques : Mégawatt, Gigawatt et Térawatt. En effet, le trail s’approche au plus près de la centrale hydraulique de la Coche Pelton.

Le plus grand parcours, 51 km et 2940 m D+, permet de visiter les deux versants autour de Grand-Aigueblanche. Les sentiers alternent entre roulants et techniques. Les coureurs évoluent principalement en sous-bois, mais profitent également de points de vue et curiosités de la région comme la cascade du Morel, les ouvrages de construction contre les inondations du Morel ou encore la station thermale de La Léchère-Les-Bains.

Trail du Petit Saint Bernard (octobre)

Trail du petit Saint Bernard
Sur le parcours du Trail du Petit Saint Bernard – Photo : Trail du petit Saint Bernard

Au-dessus de Bourg-Saint-Maurice, au fond de la vallée de la Tarentaise, le Trail du Petit Saint Bernard offre deux distances, un 60 km pour 3510 m D+ et un 40 km pour 2250 m D+. Cette dernière est aussi proposée en format relais.

À la frontière entre la France et l’Italie, ce trail permet de découvrir un versant peu exploré et pourtant si riche en sentiers ludiques. Le col du Petit Saint Bernard et son hospice, qui tient lieu de départ et d’arrivée, servent de lien aux deux courses. 

Chacune d’entre elles offre un parcours différent, très varié. Les courses proposées nécessitent un bon entraînement et la météo peut se montrer capricieuse en altitude.

La plus longue distance est déconseillée aux coureurs n’ayant pas ou peu d’expérience en montagne puisqu’elle comporte quelques passages aériens et techniques. Le magnifique massif du Mont-Blanc s’apprécie en toile de fond par tous les coureurs qui lèveront les yeux des sentiers techniques. De nombreux paysages à couper le souffle attendent les traileurs, notamment de nombreux lacs d’altitude.

St Off en Trail (octobre)

Saint Off en trail
Sur le parcours de St Off en Trail – Photo : Saint Off en trail

St Off en Trail explore une partie plutôt méconnue des Bauges entre le Revard et le Semnoz, près d’Annecy. L’essentiel du long parcours de 32 km et 2240 m D+ se situe en sous-bois. Les sentiers sont ludiques et parfois piégeux. Les monotraces offrent de belles couleurs automnales tout le long du parcours. Les participants doivent scruter la météo qui peut s’avérer une difficulté de plus à cette période.

Il existe aussi des parcours de 18 km (1040 m D+), 10 km (640 m D+), une marche nordique ainsi qu’une nocturne proposant une montée et une descente sèches sans possibilité de relancer.

Ce trail a, dès sa première année, obtenu le label Manifestation Sportive de Nature et Développement Durable pour l’ensemble de son organisation et de ses engagements, allant du tri sélectif à la réalisation de tous les repas et boissons bio en passant par la construction maison de leur mobilier.

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!