L’Isère, entre gros dénivelé et sentiers de montagne techniques

Trail de la Sure
Sur le parcours du Trail de la Sure - Photo : courtoisie
BANNIERE TOUR DE FRANCE DES TERRES DE TRAIL
Isère

Distances+ vous propose un tour de France des terres de trail, afin de découvrir plusieurs des courses en sentier à faire au moins une fois dans votre vie.

L’Isère, c’est la porte d’entrée des Alpes du Nord qui s’ouvre sur une multitude de massifs : les terres froides au Nord, la vallée du Rhône à l’Ouest, le Vercors, le Trièves et les Écrins au Sud, les massifs de Belledonne et de la Chartreuse à l’Est. Ce département, grâce à ses montagnes et à la qualité de ses infrastructures, s’est imposé comme une destination privilégiée pour les amateurs de plein air en toutes saisons. Rappelons d’ailleurs que les Jeux olympiques avait eu lieu à Grenoble et dans les stations de sports d’hiver alentours en 1968.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

La diversité des terrains rend la plupart des parcours de trail extrêmement techniques et c’est un paradis pour celles et ceux qui aiment le dénivelé. L’Isère, que ce soit en compétition ou à l’entraînement, est un lieu privilégié pour courir et se préparer aux objectifs de votre saison, en course en montagne ou en ultra-trail par exemple.

Ici, chaque calorie dépensée lors de vos sorties ou vos courses peut largement être compensée par la richesse de la gastronomie locale. Le gratin dauphinois et les ravioles font partie des plats incontournable de l’Isère, entre autres. On peut aussi mentionner la Chartreuse, un élixir dont la recette est gardée par les pères Chartreux depuis 1605 qui ne vous fera pas courir plus vite, mais qui vaut le détour.

Distances+ vous propose une liste non exhaustive de 15 trails incontournables à courir en Isère, variés, authentiques et plus ou moins accessibles selon votre niveau, du tout public aux montagnards plus aguerris. Ils sont classés ci-dessous par ordre chronologique selon le calendrier officiel initialement prévu (il ne tient pas compte des reports et annulations en raison de la pandémie). 

La Montée Sèche du Funiculaire (mars) 

Montée sèche du funiculaire
Sur le parcours de la Montée Sèche du funiculaire – Photo : Trail des petites roches

La course est idéale pour lancer sa saison et parfaire sa préparation. La compétition fait 2,7 km avec 700 m de dénivelé positif, soit une pente moyenne de 26 %, avec des passages à plus de 30 %. Les départs se font en contre-la-montre.

Le parcours longe le funiculaire de Saint-Hilaire du Touvet en empruntant le sentier du Pal de Fer. Le terrain est assez varié, passant tantôt sur des sentiers propres, tantôt sur des parties rocailleuses, et même ponctué d’escaliers sur la fin du tracé. Chaque participant a la possibilité de redescendre par le funiculaire après avoir franchi la ligne d’arrivée

Le Trail du lac de Paladru (avril)  

Trail du Lac du Paladru
Sur le parcours du trail du Lac du Paladru – Photo : Trail du Lac du Paladru

C’est l’une des premières courses longues de la saison. La distance reine du 55 km avec 2100 m de dénivelé positif permet de se mettre en jambes en vue des ultras à venir. Une autre distance est proposée avec un 29 km (900 m D+) pour les spécialistes de trails plus courts.

La boucle autour du lac de Paladru offre de très beaux points vue au gré des montées et descentes dans les terres froides iséroises. Le parcours vallonné n’offre pas de grande montée – la plus longue fait 250 m -, mais reste difficile avec des monotraces roulantes tout en étant quand même techniques. Les coureurs pourront profiter d’un bain pour les plus téméraires ou tout simplement d’un repos mérité sur les berges du lac de Paladru après leur effort. 

Trail des 3 Pucelles (avril) 

Trail des 3 Pucelles
Sur le parcours du trail des 3 pucelles – Photo : Michel Mermoux

Le gros des 1140 m de dénivelé du Trail des 3 Pucelles est concentré sur les 13 premiers kilomètres du parcours 23 km. La deuxième partie est une descente.

L’historique de la course est intéressant puisqu’elle se veut l’héritage de l’antique Grenoble – Saint-Nizier-du-Moucherotte, née en 1977. Elle passe sur les contreforts du Vercors avec de beaux points de vue sur l’agglomération grenobloise, mais surtout à côté de plusieurs curiosités, comme l’ancien tremplin olympique à Autrans, aujourd’hui à l’abandon, et l’ancienne ligne de tramway reliant Grenoble et Villard-de-Lans.

L’épreuve peut se faire en individuel ou en duo. L’équipe bénévole organisée autour de Vincent Gay sait se montrer attentionnée avec les participants. Franck Derrien, athlète souffrant du syndrome d’Asperger et vice-champion de France de cross sport adapté en 2018, peut en témoigner. « J’avais eu le droit à une ovation à côté de Dawa Sherpa [parrain de la course] sur la ligne de départ qui m’avait beaucoup touché », a-t-il raconté à Distances+. Le coureur handisport précise également que, certaines années, le terrain peut être « boueux » et rendre « la course, notamment les descentes, très techniques ».

Skyrace des Matheysins (mai)

Skyrace des Matheysins
Sur le parcours de la Skyrace des Matheysins – Photo : Justin Galant

La compétition est la deuxième étape, la seule sur le territoire français, du circuit Skyrunner World Series. Située au sud de Grenoble, à travers le massif du Taillefer, cette course de 25 km et 1980 m de dénivelé positif comporte tous les ingrédients du skyrunning. Le dénivelé important, les portions techniques, l’altitude moyenne de 1527 m, avec quatre sommets à plus de 2000 m, rendent l’effort particulièrement intense.

L’édition de 2019 est restée dans les mémoires en raison d’une épreuve rendue dantesque par la neige, le vent et des températures très basses. Les organisateurs proposent également un 18 km pour initier au skyrunning, même si les participants ne montent pas aussi haut en altitude que sur la Skyrace. Elle reste difficile avec ses 1250 m de dénivelé positif. 

L’histoire de la Skyrace des Matheysins retiendra aussi que c’est là que l’orienteur Frédéric Tranchand a remporté sa première victoire sur une course de trail, la première à laquelle il participait d’ailleurs (il a couru peu de temps avant sur le parcours de Sierre-Zinal, mais seul dans le cadre de l’édition spéciale 2020). Début 2021, il pointait en tête du classement ITRA des meilleurs traileurs français.

Le Chartreuse Trail Festival (mai)

Chartreuse trail festival
Sur le parcours du Chartreuse trail festival – Photo : Chartreuse trail festival

L’organisation du Chartreuse Trail Festival propose plusieurs distances pour varier les plaisirs et plonger au cœur de ce qui fait la beauté du Parc naturel régional de Chartreuse : l’ascension du Grand Som lors du Skytrail (27 km, 2300 m D+), du Charmant Som lors du Maratour (47 km, 3400 m D+) ou encore de la Scia pour l’épreuve du kilomètre vertical (3,7 km pour 880 D+). Les parcours alternent entre forêt et sommets, roulant et technique.

Et à deux pas du monastère de la Grande Chartreuse, il est possible de prolonger le plaisir avec la Station de trail Chartreuse, dont la base d’accueil se trouve à Saint-Hilaire-du-Touvet.

Chartreuse Terminorum (mai)

Chartreuse terminorum
Benoit Laval dans le décor de la Chartreuse – Photo : courtoisie

La Chartreuse Terminorum, qui en sera à sa quatrième édition en 2021 (si elle a lieu), s’inspire de la mythique Barkley, dans l’État du Tennessee aux États-Unis. Le principe de cet ultra-trail hors sentier sans balisage créé par le coureur français Benoit Laval est simple : parcourir cinq 5 boucles de 60 km, soit 300 km pour 25 000 m de dénivelé positif, à réaliser en 80 heures maximum. Pour le moment, seul un coureur parmi les 115 participants est allé jusqu’au départ de la quatrième boucle, mais personne n’a terminé l’épreuve.

C’est probablement l’un des défis les plus durs à réaliser dans le monde de l’ultra-endurance. D’ailleurs, le fondateur de la Barkley, Lazarus Lake, a adoubé la course en donnant le coup d’envoi de la première édition.

Trail du circuit de la Sure (juin)

Trail du circuit de la Sure
Sur le parcours du Trail du circuit de la Sure – Photo : Pascal Flamant

Une nouvelle fois dans le massif de la Chartreuse, le Trail du circuit de la Sure permet de réaliser une belle sortie avec ses 55 km (3500 m D+) dans les premières chaleurs de l’été. Il peut aussi faire office de tremplin pour préparer les distances potentiellement plus longues.

L’épreuve peut se faire seule, en duo ou en relais pour plus de convivialité. Elle offre la possibilité d’un départ de Voiron, situé entre Grenoble et le lac de Paladru, et donc de parcourir la Chartreuse sous un angle moins connu. Le parcours vous fera notamment passer par le chalet de Jusson, le col d’Hurtières ou encore le sommet de la Sure, avec une vue imprenable sur toute la Chartreuse et l’ensemble des Alpes françaises, dont le Mont-Blanc, lorsque le temps est clément.

L’événement propose aussi un 30 km pour 1500 m D+ et un 10 km pour 600 m D+ afin de satisfaire l’envie de chacun.

Le Trail Grand Duc (juin)

Trail du Grand Duc
Sur le parcours du Trail du Grand Duc – Photo : Eric Meson

Le Trail Grand Duc, en Chartreuse, est l’une des plus anciennes courses en Isère avec un premier départ en 1988. Actuellement, la plus longue distance est de 80 km pour 5000 m de dénivelé positif. Le tracé change tous les ans, mais la convivialité reste le maître-mot des organisateurs.

L’épreuve est très technique en raison de la diversité du terrain avec des pierriers, des passages aériens, des alpages, d’épaisses forêts ou encore des traversées de ruisseaux.

Il existe aussi la possibilité de courir un 40 km (3000 m D+) ainsi que le Grand Duc en duo ou en relais à cinq. L’athlète handisport Franck Derrien avait participé au relais avec son club : « Je me souviens d’avoir pu, grâce à ce trail, découvrir un coin de Chartreuse que je ne connaissais pas sous le Grand Som », se rappelle-t-il.

Trail des passerelles du Monteynard (juillet)

Tour des passerelles de monteynard
Sur le parcours du Tour des passerelles de Monteynard – Photo : courtoisie

Le 65 km (3440 m D+) au départ de La Mûre est un rendez-vous phare dans l’agenda des trails isérois. Il permet de parcourir le massif autour du Sénépi avec de magnifiques points de vue sur le Trièves, les lacs du Monteynard et sur le plateau de la Matheysine. Les organisateurs cherchent à proposer une aventure aux coureurs avec des passages dans des lieux insolites tels que le musée de la mine sur la commune de la Motte-d’Aveillans ou les fameuses passerelles himalayennes surplombant le Monteynard, une chouette curiosité de la seconde partie du parcours.

Les chemins évoluent en sous-bois et dans les alpages et alternent portions roulantes et d’autres plus techniques.

L’arrivée à Treffort se fait à la base nautique pour profiter d’un bain bien mérité. C’est une petite semaine de trail qui est organisée chaque année avec de nombreuses courses, notamment un 42 km (2600 m D+), un 25 km (1150 m D+) et un 16 km (600 m D+) ainsi qu’un kilomètre vertical.

UT4M – Ultra tour des 4 massifs (juillet) 

UT4M
Sur le parcours de l’UT4M – Photo : N. Grez / UT4M

Plus communément appelée UT4M, l’Ultra-Trail des 4 Massifs est sans aucun doute la course la plus connue en Isère, et l’une des plus difficiles, avec l’épreuve reine : l’ultra-trail de 169 km et 11 000 m D+. Il permet, dans l’ordre, de traverser les hauteurs du Vercors, d’enchaîner sur les alpages du Taillefer avant de se frotter au parcours minéral de Belledonne pour terminer par les forêts de la Chartreuse tout en gravissant le point culminant du massif qu’est Chamechaude.

Les organisateurs proposent 13 courses au total, du 10 au 169 km. Il est possible de réaliser le 100 miles en quatre étapes, à raison d’un massif par jour, mais aussi de courir sur le massif de son choix, soit un 20 soit un 40 km. 138 combinaisons seraient possibles!

Le Français Aurélien Collet a fait de l’UT4M l’un de ses rendez-vous favoris en remportant deux fois le 160 challenge, la course à étape du 169 km (2016 et 2017), ainsi que l’UT4M 40 Chartreuse (42 km, 2540 m D+) et l’UT4M 40 Vercors (40 km, 2670 m D+) en 2015.

Les parcours permettent de profiter d’une multitude de paysages et panoramas sur les Alpes. « Un bon moyen de se tester avant d’envisager l’ultra-trail », comme le dit Denis Clerc, alias Zinzin Reporter dans son reportage vidéo à l’intérieur de la course lorsqu’il a couru l’Ut4M challenge en 2016.

Un nombre impressionnant de bénévoles, plus de 800 lors de la dernière édition, permet une organisation de qualité, tout en conservant un aspect convivial cher aux valeurs du trail. Après avoir été annulé les deux dernières années, les organisateurs espèrent maintenir l’événement en 2021.

Oisans Trail Tour (juillet) 

Oisans Trail Tour
Sur le parcours de l’Oisans Trail Tour – Photo : courtoisie

L’Ultra Tour de 86 km et 4800 m de dénivelé positif est une nouvelle découverte tous les ans puisque le tracé est différent à chaque édition. Il conserve tout de même quelques passages incontournables qui font sa force comme un passage dans la mythique station de l’Alpe d’Huez, un passage dans le massif des Grandes Rousses et le plateau d’Emparis face à la Meije qui permet de superbes points de vue sur les Écrins.

Il est possible de réaliser la course à deux en relais, mais aussi de s’essayer à un format marathon. La majorité du parcours s’effectue dans des terrains alpestres permettant à chacun de profiter de toutes les richesses de l’Oisans et d’une partie du parc national des Écrins.

L’Échappée Belle (août) 

L'Échappée Belle est l'un des ultras les plus techniques en France
L’Échappée Belle est l’un des ultras les plus techniques en France – Photo : Bruno Lavit

C’est sûrement la course la plus célèbre en Isère, avec l’UT4M, et peut-être la plus dure. L’épreuve de 149 km pour 11 400 m de D+ propose une traversée de tout le massif de Belledonne.

L’Échappée Belle, c’est une traversée du glacier Freydane, 15 cols et 40 km à plus de 2000 m d’altitude. Le point culminant de la course atteint 2930 m au sommet de la Croix de Belledonne. Le record de la traversée intégrale est détenu par François D’Haene en 23 h 55 min 11 s. Cependant, seuls en moyenne 50 % des participants parviennent à sonner la cloche, symbole du franchissement de la ligne d’arrivée. 

L’univers de Belledonne est très minéral et les trois courses proposées (l’organisation propose un 84 et un 62 km en plus de la distance reine) pendant l’événement permettent de s’en rendre compte. L’Échappée Belle, c’est également de nombreux bénévoles et des animations à toutes les bases de vie.

L’organisation s’évertue à devenir à chaque édition plus éco-responsable en proposant des produits locaux aux ravitaillements, le tri sélectif des déchets, un balisage respectueux de la nature, etc…

L’Ultra-trail du Vercors (septembre)

Ultra-trail du Vercors
Sur le parcours de l’Ultra-trail du Vercors – Photo : Ultra-trail du Vercors

L’Ultra-trail du Vercors propose un parcours de 85 km (4900 m D+) autour des communes de Méaudre, Autrans, Lans-en-Vercors, Corrençon, Villard de Lans. Le tracé et la ligne de départ changent chaque année, ce qui permet de découvrir sans cesse de nouveaux paysages dans ce massif verdoyant. Les sentiers alternent entre les alpages, les forêts et les crêtes comme lors de l’édition 2019 où le passage le plus technique entre la Grande Brèche et la Sure a laissé des traces chez tous les coureurs, bien qu’il proposait de très beaux panoramas sur la vallée de l’Isère en contrebas. Il est possible de réaliser l’ultra en relais à 4. Un 40 km est aussi au programme. 

Trail du Tétras Lyre (septembre)

Trail du Tetras lyre
Sur le parcours du Trail du Tetras lyre – Photo : Trail du Tetras lyre

Au départ de Saint Andéol, dans le Trièves du cadre de l’équipe de France de trail Nicolas Martin, la compétition propose une boucle de 38 km avec 2600 m de dénivelé positif.

Cette course ne fait pas partie des plus connues, mais elle permet de découvrir la région du Trièves, lovée entre Vercors et Dévoluy. Le tracé longe une partie des grandes falaises du Vercors, il chemine au travers des sentiers roulants ou techniques, en forêt ou sur des terrains plus alpins. Certains passages laissent apprécier tout le panorama environnant. Le ratio km/D+ est important. Il existe également une boucle de 18 km (1140 m D+) pour ceux qui ne se sentiraient pas capables de réaliser le grand parcours. 

Chartreuse Backyard Ultra (octobre)

Chartreuse Backyard Ultra
Sur le parcours de la Chartreuse Backyard Ultra – Photo : Chartreuse Backyard Ultra

La Chartreuse Backyard Ultra reprend le concept inventé par Lazarus Lake et importé des États-Unis. Il faut réaliser une boucle de 6,7 km toutes les heures. Il n’y a qu’un seul vainqueur, celui qui est capable de tenir le plus longtemps. Tous les autres reçoivent une médaille DNF pour Did Not Finish (« n’a pas terminé », en français).

Le tracé est relativement plat, à peine 20 m de dénivelé positif par boucle, mais il faudra tout de même bien gérer son effort. Les allers-retours le long de la rivière du Guiers offre une vue magnifique sur les sommets de Chartreuse.

Lors du championnat du monde de « Backyard » en 2020, qui s’était déroulé en simultanée partout dans le monde en raison de la situation sanitaire, l’équipe de France a terminé à la cinquième place. Le meilleur d’entre eux avait terminé avec 308 km au compteur, loin du vainqueur belge, Karel Sabbe, et ses 504 km.

À noter que la Chartreuse Backyard Ultra est aussi qualificative pour la finale aux États-Unis, dans le Tennessee, la « Big Dog’s Back Yard Ultra », organisée par Lazarus Lake.



 

 

À lire aussi :

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!