Le Trail de La Clinique du Coureur repart le bal des compétitions québécoises

trail la clinique du coureur
Sur le parcours du Trail de La Clinique du coureur - Photo : François St-Pierre

Après une année 2020 marquée par l’annulation de la presque totalité des courses de trail québécoises, c’est ce samedi 5 juin que le Trail de La Clinique du Coureur redémarre la saison des compétitions, mais dans un format limité et pour les résidents de la Capitale-Nationale seulement.

À quelques jours de l’événement, l’organisatrice Isabelle Dumais se dit « fébrile », alors qu’elle complète l’horaire des bénévoles. L’équipe a nettoyé les sentiers, installé le balisage et réglé les derniers détails pour les quelque 500 participants prévus.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Le Trail de La Clinique du Coureur, qui en sera à sa 9e édition (ça aurait dû être la 10e sans l’annulation de l’an dernier), accueille normalement entre 1200 et 1300 participants, dont un large contingent d’enfants. La présence d’une forte délégation d’athlètes élites est aussi l’une des signatures de cette compétition (des primes en argent sont offertes aux vainqueurs) qui se tient à Lac-Beauport, en banlieue de Québec.

Situation sanitaire oblige, plusieurs règles ont été mises en place, notamment les départs par vague aux 30 minutes, avec un maximum de 50 personnes à la fois, espacées et masquées. Les coureurs seront chronométrés sur les distances de 1, 5, 10 et 30 km seulement. Il n’y a pas de 50 km cette année, comme en 2018 et 2019.

Il y aura des ravitos et de l’ambiance, avec de l’encouragement de la part des bénévoles, assure Isabelle Dumais, mais il n’y aura pas de cérémonie de remise de médailles et les gens devront partir tout de suite après avoir passé la ligne d’arrivée pour ne pas créer d’attroupement. Un fonctionnaire de la Santé publique sera d’ailleurs sur place pour veiller au respect du protocole sanitaire.


À lire aussi : Le Trail de la Clinique du Coureur annulé : « on est déçu », mais « c’était un peu prévisible »


Les coulisses de l’organisation

Isabelle Dumais – Photo : courtoisie

Isabelle Dumais n’a que des bons mots pour la Santé publique, et pour une fonctionnaire en particulier, qui a vraiment contribué à ce que l’événement ait lieu. « Au début, on se disait qu’on allait tout simplement ouvrir le site et laisser les gens partir à leur rythme pour faire un parcours, mais cette dame, elle voulait vraiment que ça fonctionne comme événement, dit Isabelle. On a monté un document, on a peaufiné notre projet, et ça a été accepté avec des modifications. On voulait ouvrir la course à tous ceux qui n’habitaient pas dans une ˝zone rouge˝, mais on a dû limiter ça à la grande région de la Capitale-Nationale. »

« C’est correct pour nous, assume Isabelle Dumais. Ce ne sera pas le gros party, mais comme on ne s’attendait à rien, c’est motivant. Ça fait assez longtemps déjà qu’on s’était dit qu’on n’allait pas passer une deuxième année sans rien offrir aux coureurs. »

L’organisation prend note du déconfinement progressif en vigueur au Québec, avec l’allégement de certaines mesures, le changement de couleur des ˝zones˝ et la progression de la vaccination, cependant elle reste campée sur son plan, et continue de refuser les participants résidant en dehors de la région de Québec.

« On a beaucoup d’appels et de courriels, mais on dit non à tout le monde, on ne peut pas gérer cela à la pièce », explique Isabelle Dumais.

L’idée de déplacer l’événement plus tard dans la saison n’a pas vraiment été prise en considération, dit-elle encore. « Tout est tellement incertain, de toute façon! »


À lire aussi : Blaise Dubois : « Jamais on organiserait une course juste pour faire une course »


Des élites, des élites!

Le Trail de La Clinique du Coureur est fidèle à son habitude d’inviter des coureurs élites, pour dynamiser la compétition. Et comme la région de Québec est riche d’excellents athlètes, il devrait y avoir une belle bataille en sentier sur la distance de 30 km.

Chez les hommes, notons la présence de David Savard-Gagnon, résident de Baie-Saint-Paul (Charlevoix fait partie de la région de la Capitale-Nationale). Il a remporté le 125 km l’Ultra-Trail Harricana 2020, le 70 km du Québec Méga Trail 2018, ainsi que plusieurs marathons sur route.

Le restaurateur de Québec Guillaume Barry, gagnant du 125 km de l’Ultra-Trail Harricana et du 80 km du Québec Méga Trail en 2019, s’élancera à ses côtés, tout comme Julien Lachance, Mathieu Louchard, Dany Racine et Joël Bourgeois, des habitué des podiums.

Chez les femmes, la compétition sera belle entre l’éternelle gagnante Sarah Bergeron-Larouche et la très forte Mylène Sansoucy (gagnante du 66 km du Trail du Grand-duc 2019 et du 80 km 2018 de l’Ultra-Trail Harricana).

Les élites seront les premiers à s’élancer dans les sentiers samedi matin sur le coup de 7 h. Une bourse de 1000 $ sera remise au premier homme et à la première femme.

Comme chaque année, une partie des sommes recueillies sera remise au camp de vacances Le Saisonnier, pour aider des familles moins bien nanties à payer les frais d’inscription. Les coureurs qui avaient payé leurs frais d’inscription en 2019 ont pu reporter à 2022 leur participation, mais plusieurs ont d’ores et déjà demandé un remboursement ou fait don de la somme à l’organisation.


À lire aussi : Mathieu Blanchard et Maxime Leboeuf rejouent la lutte amicale au Trail de la Clinique du Coureur


Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!