Chaleur, humidité, pluie, guêpes et records de parcours sur un Québec Méga Trail très relevé

benoit gaillard
Benoit Gaillard, grand gagnant du QMT 160 km 2021 - Photo : Christian Dionne

Après deux reports et une annulation en raison de la pandémie, le Québec Méga Trail a réussit ce weekend son pari de tenir un événement de trail majeur avec plus de 2000 participants, incluant une nouvelle distance de 160 km, un parcours de 50 km dans un circuit international, des consignes sanitaires, une rivière à traverser en radeau, des records de parcours qui tombent, et tout cela malgré la chaleur, la pluie et les guêpes!

La toute nouvelle épreuve de 100 miles (160 km), la troisième de cette distance au Québec, mais la seule sur un circuit linéaire, s’est élancée vendredi soir sur le coup de 22 h avec tout juste un peu moins de 100 participants, depuis Baie-Saint-Paul. Il faisait déjà chaud, même à cette heure tardive, et malgré la proximité du fleuve.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Les coureurs l’ont ressenti, certains parlant d’une chaleur écrasante en plein milieu de la nuit, alors que c’était très humide et qu’il n’y avait pas de vent au milieu de la forêt pour rafraîchir.


À lire aussi : Les podiums du Québec Méga Trail 2021


Au ravitaillement de mi-parcours à Saint-Tite-des-Caps, le champion Guillaume Barry, qui a pourtant remporté l’Ultra-Trail des Chic-Chocs 113 km il y a un peu plus d’un mois, est arrivé en 3e position épuisé par sa nuit passée dans cette chaleur. Après un bon moment de réflexion, il a préféré abandonner la course. 

Celui qui menait à ce moment, Jérôme Bresson, a lui aussi fait un DNF un peu plus tard dans la course. C’est finalement Benoit Gaillard qui a remporté l’épreuve en 21 h 15. L’an dernier, il avait terminé 3e au 125 km de l’Ultra-Trail Harricana. « Je me suis vraiment régalé, ça a été super tout le long », a-t-il dit au fil d’arrivée.

audree lafrenière
Audrey Lafrenière, ici à son arrivée au ravito de mi-parcours, a remporté le 160 km chez les femmes – Photo : Vincent Champagne

Chez les femmes, c’est Audrée Lafrenière qui s’est imposée en 30 h 24, terminant 14e au classement général. Au ravitaillement de mi-parcours, sa poursuivante Renée Hamel la talonnait de quelques minutes seulement. Au final, environ deux heures séparent les deux femmes au fil d’arrivée.


À lire aussi : Feu vert pour la tenue du Québec Méga Trail!


Perdu, mais retrouvé sur le 110 km

Sur l’épreuve de 110 km, c’est l’Ontarien Reid Coolsaet qui a pris la première place, et cela malgré le fait qu’il a dû courir une dizaine de kilomètres de plus que les autres après s’est trompé de chemin sur le parcours. Il a remonté les positions au fur et à mesure de la course pour entrer au mont Sainte-Anne en 14 h 24. Reid Coolsaet a participé aux marathons des Jeux olympiques de Londres et de Rio. C’est Kim Gaudet qui a remporté chez les femmes en 17 h 17.

Thibodeau et Desroches sur le 80

jean-philippe thibodeau
Jean-Philippe Thibodeau, à son passage au ravito de Saint-Tite-des-Caps – Photo : Vincent Champagne

Au 80 km, Jean-Philippe Thibodeau a pris les devants chez les hommes, raflant un record de parcours. Il a en effet amélioré de 12 minutes le temps de Guillaume Barry (8 h 53 en 2019), pour terminer en 8 h 42.

C’est Joannie Desroches qui l’a remporté chez les femmes. « Ça s’est bien passé, ça a été une belle journée », a-t-elle dit au fil d’arrivée, malgré un petit « creux » dans le parcours. « La chaleur ne me dérange pas tant que ça », a-t-elle ajouté.


À lire aussi : Le Québec Méga Trail intègre le circuit Golden Trail Series de Salomon


Un 50 km « piquant »

Québec Méga Trail 21 km
On pouvait constater la présence de plusieurs élites au départ du 50 km du Québec Méga Trail – Photo : Vincent Champagne

Le niveau élite était très relevé sur la course de 50 km, qui faisait son entrée dans le circuit régional nord-américain de la Golden Trail Series de Salomon. Il était difficile de prévoir, au fil de départ, comment allait se dessiner cette course, tant le peloton de tête avait de la profondeur. Il s’est mis à pleuvoir à souhait pendant une partie de l’avant-midi, ce qui a permis aux coureurs d’éviter la surchauffe comme l’ont vécu les coureurs des plus longues distances. 

Dans le sentier de la Mestashibo, plusieurs participants du 50 km ont été attaqués par des guêpes, à l’instar de Sarah Bergeron-Larouche, qui menait chez les femmes à ce moment-là, et qui a dû abandonner la course plus tard après avoir souffert de symptômes allergiques. « Je pense que je vais devoir traîner un Epipen dorénavant », a-t-elle confié. « J’étais déçue, parce que cette course là, ça fait longtemps que je la prépare, mais ce sont des choses qui arrivent, des guêpes, il y en a dans la nature. Même Kilian Jornet a dû abandonner sur l’UTMB à cause de piqûres de guêpes », a-t-elle rappelé. 

C’est Katheryn Cochrane qui l’a emporté. Chez les hommes, c’est Dany Racine qui a pris la première marche du podium. « Je n’avais pas d’attente précise en venant ici. La victoire n’était pas nécessairement l’objectif », a-t-il déclaré après son arrivée.

La course de 50 km se jouait cette année sur un nouveau parcours, avec un départ dans l’un des points d’accès du mont Sainte-Anne. La distance était légèrement réduite par rapport à la dernière édition, ce qui ne permet pas de comparer les records de parcours. En 2019, c’était Olivier Collins qui avait établi la marque en 5 h 05. Or, le gagnant de cette année a remporté en 4 h 21 (femmes : 6 h 43 en 2019 versus 5 h 54 en 2021). Il s’agit d’un nouveau parcours beaucoup plus rapide.

Les gagnants du 50 km reçoivent des points qui leur permet de se classer dans le tableau régional nord-américain de la Golden Trail Series, qui comprend quatre autres épreuves. Les meilleurs classés pourront accéder à la finale régionale en Californie, porte d’entrée du championnat mondial aux Açores.

Les gagnants des 50 et 80 km reçoivent une invitation à participer à l’équipe canadienne de trail, dont le but est de participer au championnat mondial en Thaïlande à l’automne.

Dans le sentier de la Mestashibo, une tempête a fait tomber il y a quelques mois le pont suspendu qui permettait de traverser la rivière. Qu’à cela ne tienne, l’organisation a installé un câble et un radeau pneumatique pour traverser les coureurs.


À lire aussi : Le Québec Méga Trail lance le seul 100 miles linéaire au Québec


Des records qui sautent sur le 25 km

Sur le 25 km, qui s’est joué dimanche matin, les meilleurs temps ont sauté sous les pas rapides d’Hubert Fortin et de Mélodie Gilbert.

Les deux athlètes ont remporté leur course en 1 h 54 et en 2 h 17 respectivement, améliorant les temps établis en 2017 par Nicolas Tremblay (2 h 02) et Hélène Michaux (2 h 28).

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!