PHOTOREPORTAGE – L’hiver, du jour à la nuit, dans l’effort du coureur

cyrille quintard
Photo : Cyrille Quintard

On a l’habitude de dire que l’hiver « s’abat » sur le pays, comme s’il était lourd, comme si la neige était du plomb et le froid de l’acier. Or, les coureurs savent que l’hiver est chaud. Sous les manteaux, la peau s’humidifie en raison de l’effort. Il faut enlever une couche et s’aérer un peu. Respirant le grand air vif, les poumons remplies d’un froid qui tonifie, les sportifs éveillent leurs sens lorsqu’ils se mettent en mouvement. La tête devient claire. Aucun brume. L’effort hivernal est une récompense en soi. Notre collaborateur photographe Cyrille Quintard a saisi les subtilités de cet effort sur différents trails des neiges français, entre le jour et la nuit, alors que notre collaboratrice Isabelle Bernier s’est laissé inspirée par la beauté brute de ces clichés impressionnants.

Photos : Cyrille Quintard
Textes : Isabelle Bernier

Photo de la une : À flanc de montagne, au fond de la vallée de Briançon, la lumière se fait haute. Elle accompagne celui qui court avec son ombre. Au Serre Chevalier Snow Trail.

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

Descendre sur la neige, comme s’il s’agissait d’une incursion sur une planète recouverte d’un voile blanc, pendant le Serre Chevalier Snow Trail

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

Les arbres se dressent dans cet espace sauvage pour laisser passer les athlètes qui viennent à leur rencontre. 

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

Le ciel doré s’éparpille sur la montagne du Semnoz et offre ses couleurs à celui qui laisse ses empreintes enneigées au passage.

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

À l’heure où la lumière hésite, le pas, lui, se fait régulier et il dicte le rythme au coureur qui étend sa foulée sur la neige.

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

Ils ont entrepris une ascension qui se termine à la pointe lumineuse, histoire, peut-être un peu, de voir la lumière autrement.

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

Courir vers le lointain pour enjamber les montagnes pendant que le ciel se transforme.

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

Quand on court, on danse. On danse avec la terre, avec le ciel et avec ceux qui nous entourent.

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

Le Semnoz offre la vallée d’Annecy, comme un trésor, aux coureurs qui suivent le tracé.

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

Une vive descente est amorcée, en route vers les Deux Alpes, chemin qui brille déjà de tous ses feux.

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

Comme un serpent de lumière, la file des coureurs s’étend sur la plaine, en route vers le creux des montagnes.

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

L’amorce d’une descente, en partance du Col de Semnoz, est guidée par les faisceaux lumineux qui s’étalent de près ou de loin.

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

Avec les coureurs, des gribouillis de lumière s’étendent dans la nuit et elle prolonge les traits de couleur que créent leurs lampes. 

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

Une pluie de confettis enneigés est lancée comme une surprise alors que les pas traversent une zone où la neige est lancée en canons.

Photo : Cyrille Quintard
Photo : Cyrille Quintard

À la nuit tombée, les coureurs font de leur parcours sur les Deux Alpes une longue traînée qui prolonge la lumière jusqu’aux espaces éveillés, déjà, par ses signaux.

course yeti

Virée Nordique de Charlevoix : la première rencontre avec le yéti a fait une bonne impression

Virée nordique de Charlevoix

La virée nordique : longer et contempler le fleuve sur 43 kilomètres