La nouvelle aventure de Caroline Côté : deux mois dans la nuit polaire

Caroline Côté
L'aventurière Caroline Côté lors d'un périple en Norvège - Photo : Vincent Colliard
bannière

La pandémie a chamboulé nos vies. Les athlètes ont dû s’adapter à l’annulation ou au report de la plupart des compétitions de trail dans le monde. Ils ont dû réviser leurs objectifs et adapter leur entraînement. En ce début d’année 2021, Distances+ a demandé à plusieurs coureurs inspirants de raconter comment ils vivent cette période inédite.

L’aventurière, championne d’ultra-trail et cinéaste québécoise Caroline Côté multiplie depuis des années les expéditions dans la nature sauvage, dans le grand froid tout particulièrement — qui deviennent des films ou un livre comme Dépasser ses limites, le récit de six de ses aventures —, mais c’est souvent quand il fait chaud qu’elle brille et remporte des ultras de plus de 100 km, notamment en Guadeloupe, en Martinique et au Guatemala.

Si la championne en titre du Grand Raid des Pyrénées (120 km, 7000 m D+) a hâte de recourir, sans savoir encore où et quand, elle mobilisera toute son énergie physique et mentale pour sa nouvelle aventure, essentiellement sur des skis, dans le but d’observer l’accélération du changement climatique en Norvège.

Caroline a pris le temps de répondre aux questions de Distances+ juste avant de se lancer avec son compagnon, l’explorateur polaire français Vincent Colliard, dans ce nouveau défi hors norme. Ensemble, ils vont traverser dans la pénombre permanente la plus grande île de l’archipel de de Spitsbergen.

caroline côté
Caroline Côté a remporté le Tour des cirques du Grand Raid des Pyrénées 2019 – Photo : Cyril Bussat / GRP

Distances+ : Avec du recul, comment as-tu vécu ton année 2020?

Caroline Côté : 2020 a été pour moi une année de dépassement personnel à plusieurs niveaux : je ne pensais jamais, par exemple, courir plus que 100 km dans mon quartier en faisant des boucles de 5 km pendant toute une journée. Au début de l’année, j’avais aussi été merveilleusement bien entourée lors de ma course à l’Ultra Trace de Guadeloupe (154 km) avec la gang de québécois avec qui nous sommes allés courir le dernier événement juste avant que toutes les courses soient annulées. Je ne pensais pas que je réussirais à me rendre au bout de cette épreuve [elle a terminée 2e après avoir longtemps mené la course].

Entre planification d’expédition et entraînement musculaire intense, j’essaie de garder mon focus toujours positif. J’ai développé à l’aide de plusieurs activités de trail cette année une collaboration inébranlable avec mon partenaire de vie Vincent Colliard. On se connaît mieux depuis qu’on partage ensemble les kilomètres. On a beaucoup appris lorsque l’on a couru à Bergen, en Norvège, le parcours de sélection afin d’obtenir le « golden ticket » pour le Golden Trail Championship aux Açores.

[Caroline a également parcouru, dans le courant de l’été 2020, 3900 km en vélo de Montréal jusqu’à Banff, en Alberta dans l’ouest du Canada, NDLR]

Caroline Côté
Caroline Côté a parcouru 3900 km à vélo de Montréal à Banff, en Alberta – Photo : Caroline Côté

Quels enseignements as-tu tirés de cette période insolite?

Comme principal enseignement, je garderai toujours en mémoire que l’on peut se dépasser n’importe où, même s’il faut rester près de la maison. J’ai retrouvé pendant cette période l’envie de passer encore plus de temps en famille. J’apprends aussi que je suis entourée de gens professionnels qui réalisent des choses exceptionnelles, comme Mathieu Blanchard qui a monté et descendu le mont Royal 100 fois comme un king [il a grimpé 10 000 m D+ et descendu 10 000 m D- en faisant des aller-retours sur une pente de 100 m de dénivelé au cœur de Montréal, NDLR]. Malgré qu’on soit maintenant loin l’un de l’autre désormais [Mathieu est actuellement en France, NDLR], je sens qu’il m’encourage à persévérer. Je pense à son positivisme qui m’emmène à ne jamais abandonner. 

J’ai appris aussi que je peux compter sur mes partenaires Naak et Coros Canada qui m’aident à accomplir tout ce que j’entreprends. J’ai adoré cette période qui m’a permis de faire des contrats de réalisation de vidéos et de photos à Montréal. Et j’ai découvert une communauté de coureurs et coureuses québécois(es) qui s’agrandit! 

Qu’est-ce que la pandémie et ses conséquences ont eu comme impact sur ta « carrière » de coureuse de haut niveau? Quelle est ta vision d’avenir à court ou long terme sur ta vie sportive?

Je suis affamée et je ne peux m’empêcher de penser à parcourir les sentiers des prochains événements de course. Je regarde devant et j’ai espoir de pouvoir aller me confronter à moi-même dans la prochaine année sur des parcours assez longs. Par contre, mon énergie doit rester dirigée vers mes prochaines expéditions. 

Caroline Côté
Caroline Côté s’est lancée début février 2021 dans une traversée hivernale dans l’archipel norvégien du Svalbard – Photo : Vincent Colliard

Comment appréhendes-tu cette saison 2021? À quoi, au moment où l’on se parle, devrait-elle ressembler?

La saison commence en force puisque je pars (le 2 février) parcourir un territoire immense pendant deux mois avec Vincent au cœur de l’hiver polaire et donc en expédition nocturne puisque le soleil ne se lève pas durant cette période. Nous allons tenter de traverser du nord au sud le territoire vaste et brut de l’île de Spitsbergen. Cela représente une distance de plus de 1000 km en complète autonomie. Au-delà de dépasser nos propres limites, on veut témoigner de la fragilité de la glace et documenter l’accélération du changement climatique dans les régions polaires.

Quel message souhaites-tu faire passer à la communauté de traileurs et aux sportifs en règle générale en cette période difficile?

Keep pushing, keep training! On va se retrouver ensemble pour célébrer et pour se dépasser très bientôt sur les sentiers les guerriers!



 

 

À lire aussi :

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!