15 trails incontournables près de Paris

Sur le parcours boueux du MaxiCross de Bouffémont, dans le Val d'Oise
Sur le parcours boueux du MaxiCross de Bouffémont, dans le Val d'Oise - Photo : Laurent N'Guyen
BANNIERE TOUR DE FRANCE DES TERRES DE TRAIL
Flowhynot carte France Paris

Distances+ vous propose un tour de France des terres de trail, afin de découvrir plusieurs des courses en sentier à faire au moins une fois dans votre vie dans l’Hexagone.

Le trail, ce n’est pas uniquement les grands espaces, des paysages magnifiques à perte de vue et de somptueuses vallées surplombées par des montagnes majestueuses. Pour une majorité de coureurs vivant près de Paris, il se pratique même plus souvent dans des champs ou dans des chemins forestiers, les pieds dans la boue plutôt que dans la neige. Mais s’il n’y a pas de montagnes en région parisienne, les sentiers ne manquent pas et les courses à découvrir sont nombreuses.

L’Ile de France s’étendant sur plus de 12 000 km2, on court sur différents types de terrain. Le plus répandu est sûrement le « classique » sentier en forêt en terre, boueux en hiver et sec en été. L’automne, les feuilles mortes masquent les dangers du sol.

En sortant de la forêt, on est souvent amenés à trottiner au milieu des champs, sur des chemins verdoyants remplis d’ornières causées par les tracteurs. Mais on peut aussi trouver des sentiers sablonneux dans certains bois du sud de le l’Île de France, à l’image de la forêt de Fontainebleau.

Pour les amateurs de technicité, plusieurs massifs forestiers proposent des petits monotraces serpentant entre les blocs rocheux et les pins. En revanche, il n’y a pas de pierriers comme on trouve parfois en montagne. Selon la saison, les crampons sont utiles pour accrocher dans la gadoue, mais une paire de chaussures de route peut suffire.

Distances+ vous propose une liste, non exhaustive, de 15 trails incontournables d’Île-de-France, par ordre chronologique.

facebook distances+

MaxiCross de Bouffémont (février)

Sur le parcours du 10 km du MaxiCross
Sur le parcours du 10 km du MaxiCross – Photo : Laurent N’Guyen

Organisé d’une main de maître par le champion Aurélien Collet, ce trail du Val-d’Oise est l’un des plus durs de la région. Le dénivelé est costaud pour la distance, puisqu’il cumule 1700 m de D+ sur le format long de 41 km.

Sur le MaxiCross, il faut composer avec des litres de boue sur le tracé
Sur le MaxiCross, il faut composer avec des litres de boue sur le tracé – Photo : Laurence Tangé

Le tracé emprunte les plus beaux sentiers de la forêt de Montmorency. Ce MaxiCross porte bien son nom, car la plupart du temps, le parcours regorge de boue. Certaines années, on peut également trouver de la neige. Dans tous les cas, c’est un enchaînement de montées et descentes qui ne laisse aucun répit.

ÉcoTrail de Paris (mars)

Julien Jorro a remporté le 45 km de l'ÉcoTrail de Paris 2019
Julien Jorro a remporté le 45 km de l’ÉcoTrail de Paris 2019 devant la tour Eiffel – Photo : ÉcoTrail

C’est sans aucun doute le trail parisien le plus connu et le plus relevé. Souvent décrié pour emprunter trop de bitume, il traverse tout de même de très belles forêts franciliennes (Versailles, Meudon, Fausses-Reposes, Saint-Cloud…). C’est un énorme événement populaire avec des milliers de coureurs au départ de chaque distance, du 10 km à la distance reine de 80 km.

L’organisation est bien rodée et le point d’orgue de l’ultra est l’arrivée au premier étage de la tour Eiffel.

Sur le papier avec ses 1500 m de D+ pour 80 km, le format peut sembler abordable, mais attention à ne pas le sous-estimer. Il faut être capable de courir vite et longtemps, ce qui est bien différent d’un trail montagnard.

Trail d’Auffargis (mars)

Sur le tracé du Trail d'Auffargis, dans les Yvelines
Sur le tracé du Trail d’Auffargis, dans les Yvelines – Photo : ASR Trail 78

Bien plus convivial que l’ÉcoTrail de Paris, le Trail d’Auffargis, dans les Yvelines, est l’un des classiques de la région. Il permet de découvrir de superbes sentiers au cœur de la vallée de Chevreuse. À cette époque, c’est en général l’arrivée du printemps et les couleurs de la forêt sont majestueuses.

C’est un régal de parcourir ce tracé concocté par des organisateurs à l’écoute des coureurs. Même si les yeux prennent un maximum de plaisir, les bosses sont bien raides et rallier l’arrivée n’est pas si simple.

Trail du Josas (avril)

Sur le parcours du Trail des Josas, dans les Yvelines
Sur le parcours du Trail des Josas, dans les Yvelines – Photo : Ville de Jouy-en-Josas

Avec les différentes distances proposées (14, 28 et 42 km) et les heures de départ échelonnées, c’est la course idéale pour venir avec son club et tous ses amis. En effet, la plupart des coureurs finissent en même temps et tout le monde se rejoint pour le déjeuner en plein air, toujours sous un soleil éblouissant! L’organisation, à savoir le Service des sports de Jouy-en-Josas, dans les Yvelines, propose une paella géante à l’arrivée, accompagnée de la bière locale. La course en elle-même est très sympa, notamment pour ce moment convivial une fois la ligne d’arrivée passée.

Contre-la-Mon’trail (mai)

Nicolas Duhail crapahute dans une mare de boue sur le parcours du Contre la Montrail
Nicolas Duhail crapahute dans une mare de boue sur le parcours
du Contre-la-Mon’trail – Photo : ALTI & CO

Voici un concept innovant à Cernay-la-Ville, dans les Yvelines. Il s’agit d’un contre-la-montre en binôme lié à son partenaire par une ficelle au poignet. Les départs sont échelonnés et on découvre donc son classement lorsque tout le monde a terminé.

Le parcours de 10 km est exigeant et il ne faut pas avoir peur de se mouiller. Un conseil : optez pour des vêtements qui ne craignent rien, car vous risquez d’arriver immaculé de boue.

Trail des Lavoirs (mai)

Sur le parcours du Trail des lavoirs
Sur le parcours du Trail des lavoirs, dans la vallée de Chevreuse – Photo : Route des 4 Châteaux

Le Trail des Lavoirs est la course idéale pour découvrir la vallée de Chevreuse. Le parcours propose de passer devant et même à l’intérieur d’une multitude de lavoirs. On traverse aussi de nombreux points remarquables comme le Château de Dampierre ou bien l’Abbaye de Port-Royal. Le tracé est bien vallonné et il faut mériter sa bière à l’arrivée.

Trail des Cerfs (mai)

Nicolas Duhail (à droite) sur le parcours du Trail des Cerfs
Nicolas Duhail (à droite) sur le parcours du Trail des Cerfs dans les Yvelines – Photo : Trail des Cerfs

Le Trail des Cerfs est une autre course à partager avec son club. Avec des distances de 15 km à 45 km, il y en a pour tous les goûts. Les départs différés permettent à tout le monde de se retrouver à l’arrivée, après avoir fourni un bel effort dans les forêts entourant La-Queue-lez-Yvelines, toujours dans le nord-ouest de l’île de France. Quelle que soit la distance choisie, l’objectif est de finir avant vos copains inscrits sur les autres distances.

Le Castor Fou (juin)

Sur le parcours du Castor Fou, dans l'Essonne
Sur le parcours du Castor Fou, dans l’Essonne – Photo : Étoile sportive de Vauhallan

Avant de partir pour un objectif estival en montagne, voici un trail de 25 km pour mettre un peu de rythme. Le parcours est casse-pattes et se déroule bien souvent sous un gros cagnard, ce qui peut rapidement abîmer les organismes. Avec une alternance de champs et de sous-bois, on découvre avec plaisir les sentiers de l’Essonne. Et pour ceux qui voudront redécouvrir ces chemins différemment, les organisateurs proposent une édition nocturne au mois de décembre, le Castor Garou.

Imperial Trail de Fontainebleau (septembre)

Sur le tracé de l'Imperial Trail de Fontainebleau, en Seine et Marne
Sur le tracé de l’Imperial Trail de Fontainebleau, en Seine et Marne – Photo : Imperial Trail

Ce parcours est incontestablement l’un des plus beaux d’Île-de-France. Avec un départ au cœur de la forêt de Fontainebleau, de nouveaux sentiers sont à découvrir chaque année, car le tracé est repensé à chaque édition.

La longue distance, environ 60 km, permet d’arpenter les plus beaux chemins de cette forêt. Pour les connaisseurs, la course se déroule dans le même coin que les fameuses « 25 bosses ». On se faufile donc entre les rochers sans arrêt, en appréciant les couleurs automnales. Le terrain est rarement boueux, plutôt sablonneux. Un bon repas à l’arrivée récompense chaque concurrent.

Trail des Fonds de Cayenne (septembre)

La chaussure de trail en chocolat du Fonds de Cayenne, en Seine et Marne
La chaussure de trail en chocolat du Trail des Fonds de Cayenne, à 30 km de Paris – Photo : Nicolas Duhail

Outre le fait de parcourir de jolis sentiers en bord de Seine, au départ de Flins, à 30 km de Paris, cette course de 14 km et 200 m de D+ est atypique grâce aux lots proposés aux vainqueurs. Les lauréats ont en effet la chance de repartir avec une magnifique reproduction d’une chaussure de course… sculptée en chocolat. Un régal!

Trail des 7 Hameaux (octobre)

Dans l'une des bosses boueuses du Trail des 7 hameaux
Dans l’une des bosses boueuses du Trail des 7 hameaux, dans les Yvelines – Photo : TD7H

Encore un classique de la vallée de Chevreuse qui permet de découvrir quelques petites bourgades bien sympathiques autour de Magny-les-Hameaux. C’est l’occasion d’emprunter des chemins inconnus du grand public et d’arpenter les bois sans risquer de se perdre. Le parcours d’environ 24 km pour 500 m D+ est mis à jour régulièrement pour privilégier la nouveauté.

Course nocturne des Flambeaux (novembre)

Au départ de la Course nocturne des Flambeaux à Montfort l'Amaury, dans les Yvelines
Au départ de la Course nocturne des Flambeaux à Montfort l’Amaury, dans les Yvelines – Photo : AESN78

Sur cette course géniale, le parcours, moitié route moitié forêt, est roulant, avec quelques belles bosses bien raides. Le terrain est souvent très gras et mieux vaut ne pas oublier sa frontale pour éviter les chutes.

Les distances proposées (10 km et 18 km) permettent de mettre un peu de rythme et de bien se rentrer dedans. Le départ est donné par un feu d’artifice tiré au sommet du château de Monfort-l’Amaury, et des flambeaux sont disposés à de nombreux endroits sur le parcours. L’ambiance est conviviale et une bonne soupe permet de se réchauffer à l’arrivée.

Trail de La Sans Raison (novembre)

Deux des meilleurs traileurs « parisiens » actuels, Aurélien Collet (à gauche) et Nicolas Duhail, sur le parcours du Trail de La Sans Raison
Deux des meilleurs traileurs parisiens actuels, Aurélien Collet (à gauche) et Jonathan Duhail, sur le parcours du Trail de La Sans Raison – Photo : LSR

Désormais organisée au départ de Vélizy, tout proche de Paris, cet événement reverse l’intégralité de ses bénéfices au profit de l’association Laurette Fugain, qui a pour but de lutter contre la leucémie. Voilà, finalement, une bonne raison d’accrocher un dossard un dimanche matin. Et c’est sans compter la soupe, le reblochon et le vin chaud à l’arrivée.

Trois courses sont au programme, un 10 km, un 18 km et un sympathique 32 km pour 800 m D+ dans la forêt de Meudon.

VerTrail (décembre)

Sur le parcours du Vertrail
Sur le parcours du VerTrail – Photo : VerTrail

Disputé à l’occasion du Téléthon annuel, ce trail nocturne d’environ 17 km est organisé par les élèves du lycée Marie Curie de Versailles, dans la forêt de Porchefontaine. On y retrouve de la boue, des relances, des grosses côtes, et des descentes glissantes.

Et la section sportive du lycée est là pour amener une féroce adversité. À l’arrivée, les parents d’élèves ont préparé des dizaines de gâteaux et pâtisseries en tout genre, et une pizzeria locale est partenaire de l’événement. Autant vous dire qu’on repart plus lourd qu’avant la course.

L’Origole (décembre)

Le parcours de l'Origole, en partie dans le forêt de Rambouillet, requiert une grande vigilance
Le parcours de l’Origole, en partie dans le forêt de Rambouillet,
requiert une grande vigilance – Photo : l’Origole

Pour finir en beauté, voici L’Origole, une course nature dans la forêt de Rambouillet, dans les Yvelines. Un gros morceau qui fait peur à tous ceux qui l’ont déjà affronté. L’Origole propose, en alternance une année sur deux, une édition diurne avec notamment un 36 km et 700 m D+, et une édition nocturne avec un ultra d’environ 80 km. Autant la première peut se terminer avec un minimum d’entraînement, autant la seconde est un sacré défi.

Même si l’événement se déroule à proximité de Paris, sachez que la longue distance est « une boucherie » qui présente un taux d’abandon rarement égalé. Il n’est pas rare de chercher un chemin, alors qu’il n’y en a tout simplement pas. Soyez prêts mentalement si vous voulez affronter ce monstre!

L’auteur de cet article est un grand connaisseur des épreuves de trail franciliennes. Il a remporté 13 des 15 courses listées ci-dessus. Il a fini sur le podium des deux autres, à savoir deux fois deuxième du MaxiCross de Bouffémont et troisième du Castor Fou.

À lire aussi :

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!