Swiss Canyon Trail : victoire d’Hugo Deck et Benoit Girondel sur le 111 km, désarroi pour Caroline Chaverot et Martin Kern

Swiss Canyon Trail
Hugo Deck et Benoît Girondel ont franchi la ligne d'arrivée ensemble - Photo : Swiss Canyon Trail

Le jeune Français Hugo Deck et l’expérimenté Benoit Girondel — double vainqueur de la Diagonale des fous —, ont franchi main dans la main la ligne d’arrivée du Swiss Canyon Trail, dans la région de Val-de-Travers près de Neuchâtel, ce samedi 5 juin. Ils ont bouclé les 111 km et 5550 m de dénivelé en 11 h 02 min après avoir couru toute l’épreuve ensemble, suivis de près par le favori, le coureur suisse Jean-Philippe Tschumi. Sur le 51 km, à son grand damne, Martin Kern a été disqualifié.

« On a su qu’on allait terminer ensemble avec Benoît Girondel quand il nous restait 25 bornes, a confié Hugo Deck à Distances+. Au bout de 10 heures de course, quand on est vraiment fatigué, c’est un peu dur d’avoir la volonté d’attaquer. En plus, on est du même team (l’équipe Asics, NDLR) et Benoit m’a apporté beaucoup de sérénité pendant la course. »

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Les deux hommes ont donc fait cause commune et terminé avec 8 min d’avance sur « Tschumi », qui avait fait une bonne partie de la course avec eux.

« J’avais des sensations incroyables pendant les 20-25 premiers kilomètres, mais dès la première descente, j’avais déjà mal aux jambes », a raconté Hugo Deck, le plus jeune des trois, lui qui a déjà participé cette saison au 128 km de la Transgrancanaria et au Trail de la Cité de pierres. « Je me suis dit que ça allait être long, a-t-il poursuivi. C’est bizarre, j’ai eu deux points (de douleur) et mal aux jambes pendant longtemps, mais les jambes étaient quand même là durant toute la course. »

Le coureur âgé de 21 ans a vanté l’expérience de ses deux adversaires qui ont imposé, dit-il, un « rythme lisse » et « propre ».

Le vice-champion de France espoir de course en montagne a été marqué par la densité d’excellents coureurs qui étaient sur la ligne de départ de la plus longue distance du week-end. « On était encore 15 ou 20 (dans les mêmes temps) au 40e kilomètre, je trouve ça incroyable pour une course », s’est extasié Hugo Deck, qui a décidé d’accélérer le rythme à la suite « d’un moment d’euphorie » dû à son « tempérament un peu fou-fou ».

Le Varois a maintenant en ligne de mire le 50 km de l’Ultra-Trail Côte d’Azur Mercantour (4200 m D+) début juillet et la CCC (100 km, 6100 m D+) fin août.

À noter que les traileurs français Mikaël Pasero, Arnaud Lejeune et Adrien Lebreton se sont également classés dans le top 10 (respectivement 6e, 8e et 10e).

Nouvelle déception pour Caroline Chaverot

La course féminine a été remportée par la Suissesse Laurence Yerly (14 h 15), déjà vainqueure de l’épreuve en 2018, devant sa compatriote Caroline Muller (14 h 44) et la Française Ophélie Rossignol (15 h).

De retour sur un ultra après deux ans d’absence, l’ancienne championne du monde Caroline Chaverot espérait, quant à elle, renouer avec le plaisir de courir en compétition, mais sa grande forme du moment à l’entraînement, validée récemment sur le 30 km du Torgon Trail (4e), déjà en Suisse, n’était pas au rendez-vous ce week-end. Elle a vécu un nouveau calvaire et a dû se résigner à l’abandon avant de faire un malaise. Elle a d’ailleurs partagé son désarroi sur sa page Facebook avant même que la course ne soit terminée : « C’est terrible d’avoir été aussi en forme pendant deux mois d’entraînement et de m’être sentie aussi mal au départ de la course, écrit-elle. Hier (vendredi), un bon malaise vagal m’avait déjà alertée. Et ce matin (samedi), à la moindre montée, ma tête tournait. J’ai bien essayé de ralentir, mais mes malaises s’amplifiaient, jusqu’à ce que je tourne de l’œil au deuxième ravitaillement. » 

Après plusieurs abandons successifs en raison de soucis de santé et d’un ras-le-bol généralisé, Caroline Chaverot avait décidé de mettre un terme à sa carrière en 2019 avant de découvrir, comme elle la raconté au podcast Pas sorti du bois, qu’elle souffrait d’une carence en iode, ce qui a de lourdes conséquences sur les capacités du cerveau et la régulation hormonale au niveau de la thyroïde. Grâce à une supplémentation appropriée, elle a pu recouvrer son énergie et le plaisir de courir et de s’entraîner en montagne, au point de finalement renouer avec la compétition. Mais que s’est-il passé ce week-end? Mystère!


À lire aussi : Caroline Chaverot est de retour : « j’ai retrouvé une bonne santé et le plaisir de courir! »


Martin Kern et le top 3 disqualifiés du 51 km

Swiss Canyon Trail
Sur la ligne de départ du 31 km du Swiss Canyon Trail – Photo : Swiss Canyon Trail

L’épreuve de 51 km du Swiss Canyon Trail, qui faisait office de championnat de Suisse de trail, a donné lieu à un énorme imbroglio. Un temps vainqueur de l’épreuve, le Français Martin Kern a finalement été disqualifié, tout comme ses deux poursuivants suisses Tobias Baggenstos et Pascal Egli. Ils n’ont en effet couru que 45 km au lieu de 51, en raison d’une erreur d’aiguillage au niveau du 30e kilomètre.

Martin Kern a fait part de « son amertume » sur sa page Facebook à la suite de sa disqualification, « sur l’erreur d’un autre ». « Tant d’efforts, tant de sacrifices si peu reconnus, le sport peut être tellement ingrat, déplore-t-il. Cette performance passe à la trappe, c’est dur à accepter! »

L’organisateur de l’événement a confié à Distances+ son agacement vis-à-vis du commissaire tenu pour responsable de cette erreur, sans prendre de gants. Fâché, il s’est dit dans « une rage folle ». « C’est un véritable cataclysme, a réagi Patrick Christinat. Je ne supporte pas que le commissaire ne soit pas capable de mettre les bras dans le bon sens. » Le fautif a donc été immédiatement sanctionné par l’organisation. « Ce commissaire, ainsi que son club, sont tout simplement radiés pour deux ans de notre événement. »

« La disqualification, comment faire autrement? interroge le président de l’événement. Six coureurs ont été mal aiguillés, mais trois ont fait marche arrière après 500 m, alors que les trois premiers ont continué. Pourtant, les coureurs en 4e, 5e et 6e position ont crié pour rappeler les trois premiers. Si les trois premiers avaient eu 5 min d’avance sur les autres, nous les aurions classés ensemble, mais là, ce n’est pas possible. La course pouvait encore se jouer entre six coureurs », se justifie Patrick Christinat.

Au classement officiel, c’est donc le Belge Rémy Gardier qui a remporté le 51 km avec seulement 59 secondes sur le Français Baptiste Chassagne. Le Suisse Ramon Manetsch s’est classé 3e.

Chez les femmes, les Suissesses ont réalisé le triplé avec la victoire d’Emma Pooley devant Sara Escobar Carron et Ariane Wilhem. Les Françaises Caroline Lafaye et Esther Eustache ont terminé au pied du podium, respectivement 4e et 5e.

Disqualifié, mais champion de Suisse de trail quand même

Swiss Canyon Trail
Le podium du championnat suisse de trail running avec Tobias Baggenstos et Pascal Egli malgré leur disqualification sur le 51 km – Photo : Swiss Canyon Trail

La disqualification des trois premiers coureurs du 51 km a été marquée, peu de temps après, par un nouveau coup de théâtre. Les deux coureurs qui avaient passé la ligne d’arrivée derrière Martin Kern et qui avaient été rayés du classement général, à savoir Tobias Baggenstos et Pascal Egli, sont tout de même devenus respectivement champion et vice-champion de Suisse de trail.

« Nous avons fait une analyse pointue de leur course avant l’erreur, a souligné le patron du Swiss Canyon Trail, Patrick Christinat. Au 33e kilomètre, ils étaient trois ensembles à plus de 5 min du 4e. Au terme de leur course, cet ordre a été respecté avec plus de 30 secondes. Quant au 3e, il est lui revenu en arrière et a fait le bon choix. J’ai demandé une séance avec ces trois athlètes et nous avons discuté ouvertement ensemble. Il est sorti que cet ordre de course était sans nul doute, sauf cas exceptionnel, celui que cela aurait été à l’arrivée. »

Il faut préciser qu’en Suisse, un titre national en trail n’assure pas une qualification automatique pour les championnats d’Europe ou du monde.


À lire aussi : Dans les coulisses du « Team Matryx », l’incubateur de champions de trail


Victoire de Simon Paccard sur le 31 km

Sur le 31 km enfin, le coureur du Team Matryx Simon Paccard l’a emporté en 2 h 05 devant le jeune Breton Yves Heloury. Le podium a été complété par l’Allemand Hannes Namberger.

La traileuse de la région lyonnaise Marie Goncalves, autre recrue 2021 du Team Asics avec Hugo Deck, s’est, elle, hissée à la deuxième place du classement féminin entre les Suissesses Marianne Fatton et Nathalie Geiser.

Test à 2000 coureurs

Outre l’incident du 51 km, Patrick Christinat retient de cette édition 2021 « une énorme satisfaction d’avoir été les premiers à rouvrir la planète trail ». Malgré des restrictions sanitaires, qui ont conduit à l’annulation du 81 km cette année, l’organisateur estime avoir « prouvé à l’Europe entière qu’un événement de 2000 coureurs est possible sans prise de risque, moyennant que les organisateurs soient rigoureux et responsables. »

Le Swiss Canyon Trail avait appris le 10 mai qu’il avait été choisi comme événement test, moyennant des restrictions sanitaires « élevées », laissant seulement un mois pour mettre sur pied un événement rassemblant 2000 personnes.

Le fondateur de la course, en 1994, ne cache pas avoir lâché sa petite larme au moment du départ du 111 km à 5 h du matin samedi.

Article écrit avec la collaboration de Nicolas Fréret

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!