Anne Champagne : après le record au Trail de Bourbon, enchaînera-t-elle en Guadeloupe?

anne champagne
Anne Champagne - Photo : Vincent Champagne

DISTANCES+ EN GUADELOUPE — Les coureurs Pierre-Michel Arcand, Mathieu Blanchard, Anne Champagne, Caroline Côté, Johan Trimaille et Annie-Claude Vaillancourt ont quitté l’hiver québécois l’espace de quelques jours pour participer à l’Ultra Trace de Guadeloupe, anciennement nommé Traces du Nord Basse-Terre (TNBT). Distances+ a sondé leurs ambitions, leurs impressions et leurs appréhensions quelques jours avant le départ.

Vous les retrouvez dans six articles. Voici celles de Anne Champagne :

Après avoir dominé et remporté le Trail du Bourbon en octobre dernier au Grand Raid de La Réunion, terminant à une exceptionnelle sixième place au classement général, les performances d’Anne Champagne seront scrutées à la loupe ce weekend, tant il est évident qu’elle est promise à une belle carrière internationale.

Mais la jeune championne de 25 ans n’a pas trop d’attentes sur cet Ultra Trace de Guadeloupe, qui « n’est pas prioritaire » dans son calendrier de compétitions, même si elle demeure foncièrement ambitieuse quand elle prend le départ d’une course.

Elle estime ne pas s’être vraiment préparée à l’épreuve qui l’attend, en grande partie dans la forêt tropicale luxuriante, hyper humide et ultra glissante. « Jusqu’à présent, je profite de l’hiver québécois, dit-elle. J’aime bien courir en raquettes et optimiser le travail de renforcement musculaire. »

Anne a toutefois hâte d’y être. « Je suis quelqu’un qui s’adapte beaucoup mieux aux températures chaudes que froides », estime-t-elle. Elle n’a donc pas spécialement anticipé la chaleur. « J’ai déjà essayé de m’entraîner avec plusieurs couches de vêtements, mais je ne trouve pas que c’est très efficace, donc ce sera un contraste à l’arrivée et une belle aventure. »

Pour visualiser les conditions de course, elle a discuté avec des coureurs qui ont déjà participé au TNBT et a regardé des vidéos, comme celle de Zinzin Reporter, qui donne le ton du défi qui l’attend. « Ce sera un parcours très technique et humide, avec de la boue. Et je m’attends à ce que ce soit relativement lent comme parcours. »

Anne Champagne ne veut pas se mettre de pression si tôt dans l’année. Ce qu’elle veut, pour cette première course de 2020, c’est « finir, sans blessure, en santé, et être en mesure de courir les jours suivants et de continuer ma préparation pour les courses à venir. Ce sera une belle opportunité de se remettre dans le bain. »

« On aime notre sport, on aime découvrir, c’est cela que je veux avoir en tête tout au long du parcours, ponctue la championne. Je sais que c’est une course où il n’y aura pas énormément de participants, mais c’est ce qui m’attirait, confie-t-elle. Cela sera assurément une ambiance spéciale, une expérience unique. »

Quant au record du parcours de 83 km (13 h 51), dont les deux premières éditions ont été remportées par des Québécoises (Maïté Galipeau Théberge et Caroline Côté), elle n’exclut pas essayer de s’en emparer. « Si tout va bien, pourquoi pas? Je pense que c’est atteignable, mais on ne peut pas prédire l’avenir », répond-elle humblement.

Anne Champagne sera l’une des favorites de la CCC à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc fin août. Le TNBT est la première étape de sa longue préparation à cet objectif ultime de sa saison.

Boueux, glissant et harassant 

Le parcours de l’Ultra Trace de Guadeloupe suit des « traces », c’est à dire des sentiers à peine défrichés, pleins de racines, qui permettent de traverser à pied la montagne ou la forêt tropicale. Le 83 km (2900 m D+) correspond à la dernière partie de l’épreuve majeure de 154 km (6300 m D+).

Sans qu’il ne s’agisse d’une course d’orientation, certaines portions requièrent une vigilance de tous les instants pour ne pas chuter et un mental d’acier pour accepter de beaucoup marcher et de progresser au ralenti (Mathieu Blanchard a avancé à un peu plus de 5 km/h l’année de sa victoire).

D’autant que de nombreuses sections sont boueuses et glissantes. Et ce sera tout particulièrement le cas cette année, puisqu’il a beaucoup plu ces derniers jours dans cette région de la Basse-Terre, située au nord-ouest de la principale île de l’archipel de la Guadeloupe.

Vue sur la mer des Caraïbes 

Le 83 km traverse une petite partie de la forêt tropicale à partir de Pointe-Noire, puis longe le littoral caribéen et quelques belles plages sur l’équivalent d’un demi-marathon entre les villes de Deshaies et de Sainte-Rose. La traversée de champs de canne à sucre, avec laquelle est fabriqué le rhum local, est également au programme, jusqu’à l’arrivée à Petit-Bourg.

Les coureurs devront aussi composer avec les brumes de sable, venues du Sahara, qui dégradent la qualité de l’air des Antilles présentement.

Le départ du 154 km sera donné ce vendredi soir à 18 h 30, heure de Pointe-à-Pitre, (17 h 30, heure de Montréal et 23 h 30 heure de Paris).

Le 83 km s’élancera pour sa part à 7 h samedi matin (6 h au Québec et midi en France métropolitaine).

À lire aussi :


La prise de position environnementale de Distances Médias

mathieu blanchard

Mathieu Blanchard : troisième participation et retour aux sources en Guadeloupe

annie-claude vaillancourt

Annie-Claude Vaillancourt : la compétition comme prétexte de vacances en famille