L’espoir du trail français Sylvain Cachard n’en finit plus de gagner

Sylvain Cachard
Sylvain Cachard.a remporté une victoire emblématique en Slovénie ce week-end - Photo : Slo Maraton

Le jeune traileur Sylvain Cachard, sacré champion de France de course en montagne fin septembre, est sur un nuage depuis le début de l’automne. Il gagne toutes les courses auxquelles il participe, enchaînant des performances de très haut niveau — au-delà de 900 points ITRA — face à des grands noms de la discipline. Il a d’ailleurs remporté ce week-end la Smarna Gora Race, une course en montagne internationale très relevée en Slovénie.

« À vrai dire, je ne comprends pas trop pourquoi tout s’aligne si bien », s’est étonné l’athlète de 21 ans sur sa page Facebook peu après sa victoire éclatante sur l’épreuve de 10 km (710 m de dénivelé), qu’il a avalé en 41 min 47 s. Il s’est imposé nettement devant l’Érythréen Filimon Abraham (37 s), déjà 2e l’an passé, l’Italien vice-champion du monde de course en montagne courte distance Cesare Maestri, et l’un des autres grands espoirs de l’équipe de France, Alexandre Fine.

Sylvain est le premier français à s’imposer en Slovénie sur cette épreuve vieille de 41 ans. La veille, il avait brillé sur l’épreuve du kilomètre vertical, une autre des forces de ce coureur complet, où il avait terminé 2e.

Victoire au Trofeo Nasego

Le week-end précédent, fraîchement auréolé de son premier titre de champion de France décroché avec autorité dans le massif du Dévoluy (12,5 km, 850 m D+), il avait obtenu une victoire fracassante lors de la classique italienne Trofeo Nasego (21,5 km, 1366 m D+), en Lombardie, en s’imposant face au solide Francesco Puppi, vice-champion du monde de course en montagne longue distance. Il avait fracassé au passage le prestigieux record de l’épreuve en 1 h 34 min 11 s

Mi-septembre, Sylvain Cachard, qui n’était alors « que » champion de France espoir, avait déjà marqué les esprits en remportant le Tour des Chapelles (12 km, 600 m D+) du Serre Che Trail.

Chaque compétition à 200 %

Sylvain Cachard
Sylvain Cachard en chemin vers son premier titre de champion de France en septembre 2020 – Photo : FFA

S’il semble donc surpris par ce pic de forme qui dure, le jeune homme assure qu’il ne se « prend pas la tête » et qu’il essaie juste de faire ce qu’il sait faire. « Je ne comprends pas encore trop ce qui m’arrive, a-t-il confié à Distances+ au terme de son week-end gagnant. Ça a toujours été mon rêve, mais de là à commencer à le réaliser, je n’étais peut-être pas près. Pour l’instant, je vis chaque compétition à 200 % et je vais attendre la fin de la saison pour analyser ça à froid », commente-t-il.

Sylvain Cachard estime toutefois que la période de confinement au printemps lui a sans doute fait beaucoup de bien. « Durant toute cette période sans compétition, il fallait vraiment de la motivation pour aller à l’entraînement et vouloir continuer à dépasser ses limites et pas uniquement être dans l’attente de résultats, explique-t-il. Moi, c’est vraiment juste la passion et la découverte de mon corps, de mes limites, de mes sensations qui m’ont poussé à aller à l’entraînement chaque jour. »

« Cette période de confinement a été propice à faire un très bon bloc d’entraînement, dense, avec du volume et de l’intensité, poursuit le garçon entraîné par Pascal Balducci. Il y a sans doute des enseignements à en tirer. Cela m’a permis d’avoir une longue période sans compétition et donc une longue période d’entraînement et ce sera peut-être à reproduire les saisons d’après, car je pense que c’est ça qui me permet de surfer sur un pic de forme aussi longtemps aujourd’hui. »

Meilleur athlète de la nouvelle génération de traileurs

Sylvain Cachard
Sylvain Cachard a été sacré champion de France de course en montagne courte distance 2020 – Photo : FFA

La victoire de Sylvain Cachard au Championnat de France de course en montagne n’a pas surpris ceux qui le côtoient depuis plusieurs années. Le jeune étudiant grenoblois travaille dur et jouit d’une courbe de progression régulière.

Son titre à Super Dévoluy symbolise l’avènement de la nouvelle génération de traileurs élites dans l’Hexagone, prête à succéder aux coureurs expérimentés comme Emmanuel Meyssat, Julien Rancon ou encore Didier Zago, qui demeurent de très gros clients. D’ailleurs, Sylvain Cachard n’avait pas été le seul espoir de l’équipe de France à s’illustrer lors du championnat de France de course en montagne, puisque Johann Baujard, 23 ans, et Alexandre Fine, 22 ans, avait terminé 4e et 5e de cette course d’élites.

« Le cap que Sylvain a franchi va tous nous tirer vers le haut et nous faire évoluer, assure son compatriote et ami Alexandre Fine. Sa professionnalisation me motive à faire les choses encore mieux que ce que je le faisais. »

Il peut viser très haut, selon Julien Rancon

Questionné par Distances+, le vice-champion du monde de trail Julien Rancon ne tarit pas d’éloge sur Sylvain Cachard, à qui il promet un avenir radieux.

« C’est quelqu’un de très intelligent dans la vie et dans la manière de s’entrainer, de planifier les choses et dans sa démarche globale d’athlète de haut-niveau, dit-il. Il sait où il veut aller, il s’en donne les moyens, mais prends le temps de faire les choses dans le bon sens, en posant les bases. Dans notre société d’instantané, c’est rare et une sacrée qualité et je pense que ça le mènera loin. »

Pilier de l’équipe de France, Julien Rancon a un regard affûté sur ce qui est en train de se dessiner pour le jeune international français.

« Quand on regarde les coureurs qu’il a battu dernièrement, Puppi, Maestri, Douglas, Filimon, Chevrier, ce sont tous des tops niveau mondial, observe-t-il. Et les chronos réalisés — Sylvain a notamment battu le record à Nasego et a été proche du record à Smarna Gora — le confirment. Je pense qu’aujourd’hui il est capable de viser une médaille sur un grand championnat international, car très peu de coureurs sont capables de produire ce niveau de performance. »

La prochaine étape pour Sylvain Cachard sera le célèbre Trofeo Vanoni, une course en relais — qu’il a gagné en 2018 — à laquelle il participera, justement, avec Julien Rancon et Alexandre Fine, une équipe de choc qui visera probablement la victoire. Ce qu’a confirmé Alexandre à Distances+ : « on va essayer de faire un jolie coup au Vanoni avec Sylvain et Julien! » Rendez-vous le 25 octobre à Morbegno en Italie.

À lire aussi :

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!