UTMB : Avant la Diagonale des fous, Mathieu Blanchard se teste face à l’élite mondiale sur la CCC

Ultra-Trail du Mont-Blanc 2019

Mathieu Blanchard a passé deux semaines à Chamonix pour s'acclimater à l'altitude - Photo courtoisie
Mathieu Blanchard a passé deux semaines à Chamonix pour s’acclimater à l’altitude – Photo : courtoisie

Après son extraordinaire performance l’an dernier à l’UTMB, et sa 13e place au général, le Montréalais Mathieu Blanchard est de retour à Chamonix. Il a pris le départ ce vendredi matin de la CCC (Courmayeur-Champex-Chamonix), une course de 101 km et 6100 m de dénivelé positif où la concurrence de très haut niveau est féroce.

Distances+ s’est entretenu avec le champion quelques jours avant sa course. Comme à son habitude, il était très décontracté.


MISE À JOUR : Mathieu Blanchard termine 10e sur la CCC


« Je suis à 3200 m d’altitude, je suis proche d’un chamois, il me sert d’antenne » plaisante-t-il au téléphone du haut du Mont-Bué. Lui qui a souffert de l’altitude à l’Ultra-Trail Atlas Toubkal, au Maroc, l’an dernier, le menant à l’abandon, a souhaité prendre le temps de s’acclimater cet été. « J’essaie de passer un maximum de temps le plus haut possible, alors je monte à 3000 m, je mange un sandwich, je fais une petite sieste et je redescends tranquillement », explique-t-il.

Cette acclimatation, conjuguée à ses choix de vie tournés prioritairement vers la course en sentier lui permettent d’aborder la course sous un autre angle. « Habituellement, je viens trois ou quatre jours avant la course et je reste à l’hôtel sans bouger, frustré, avec toutes ces magnifiques montagnes autour. Cette fois, j’ai eu la chance d’arriver 15 jours avant, alors j’explore tout et c’est merveilleux. C’est la première fois que je peux me rendre à une course aussi longtemps avant pour m’acclimater et reconnaître le parcours. Ça m’a permis de réaliser à quel point je prends tellement plus de plaisir dans les entraînements et que la course a finalement peu d’importance, confie-t-il. Tu te rends compte que ta passion, c’est de crapahuter et courir dans la montagne et que la compétition est un petit plus. »

L’ultra-traileur de 31 ans apprécie sa nouvelle condition de coureur élite professionnel. « Parfois, en course, le cerveau est tellement fatigué, il y a des sortes de black-out, tu ne te rappelles de rien. Là, j’ai refait 101 km du parcours de l’UTMB et j’ai passé mon temps à me dire : « c’est fou, je n’ai jamais vu ça », alors que j’y suis passé l’année dernière ».


À lire aussi : 10 choses à savoir sur l’Ultra-Trail du Mont-Blanc 2019


Pour l’épauler sur la CCC, l’athlète masculin Distances+ 2017 et 2018 peut à nouveau compter sur son équipe, son « crew ». « Comme l’année dernière, ma famille vient et sait très bien faire ça, se félicite-t-il. Et au niveau émotionnel, c’est plus fort d’avoir la famille que des inconnus (…) Ma maman prendra soin de moi, mais il y aura aussi le soutien de Salomon et de la Clinique du Coureur. »

Les blessures sont-elles derrière?

Mathieu Blanchard a terminé son entraînement pour la CCC dans les Alpes - Photo courtoisie
Mathieu Blanchard a terminé son entraînement pour la CCC dans les Alpes – Photo : courtoisie

De retour aux affaires après une longue période de convalescence au printemps à la suite d’une blessure au dos, l’athlète revient plein d’humilité sur cette expérience difficile. « La blessure m’a fait réaliser que le sport et la santé ne sont pas acquis et quand je cours dans la montagne sans douleur, chaque pas, chaque descente, chaque montée, même si mon cœur bat à 3000 et que je suis dans le dur, je me dis ˝mais quelle chance tu as!˝ Je ressens plus le bonheur et la gratitude pour le sport qu’avant ma blessure. »

Cette blessure lui a aussi permis de se reposer. Par la suite, Mathieu Blanchard a augmenté son volume d’entraînement pour exister sportivement sur cette CCC, au risque même de compromettre sa participation. « Je commençais à monter les volumes à 150-200 km par semaine et pile les deux semaines où j’avais les plus gros volumes et les plus gros dénivelés, je me suis tordu la cheville bêtement », raconte-t-il.

Celui qui a terminé deuxième du Québec Méga Trail fin juin, derrière le champion canadien Maxime Leboeuf, a donc été contraint de couper la fin de sa préparation. Inquiet dans un premier temps, il était rassuré au moment de nous parler. Assez pour prendre le départ sereinement.

Reste qu’il s’est retordu la cheville lors de sa dernière sortie dans ce qu’il a appelé un excès de confiance. « On misera sur un straping bien serré pour ne pas que ça bouge, puis on verra », a-t-il précisé à la veille du départ.

Mathieu Blanchard parmi les meilleurs de la CCC

Mathieu Blanchard devra composer avec une entorse de la cheville sur la CCC - Photo courtoisie
Mathieu Blanchard devra composer avec une entorse de la cheville sur la CCC – Photo courtoisie

La CCC part de Courmayeur en Italie, puis rallie Chamonix en France en passant par Champex-Lac, en Suisse. C’est le parcours de l’UTMB auquel on a retiré les 70 premiers kilomètres.

Mathieu ne prend pas pour autant l’épreuve à la légère. « Il ne faut pas le dénigrer, c’est quand même presque 7000 m de dénivelé positif, un gros ratio dénivelé/distance », souligne-t-il. Une solide course donc, par son profil et aussi une concurrence redoutable. « Il y aura des coureurs incroyables, il y a tout le gratin », assure Mathieu, convaincu que l’athlète chinois Jiasheng Shen, vainqueur du Hong Kong 100, est inatteignable, tant il est rapide. Il sera aussi face à des monstres du trail mondial tels que Luis Alberto Hernando, Michel Lanne ou encore Benoit Girondel. Et bien que Mathieu Blanchard soit habitué à être le grand favori au Québec, sur cette CCC, une vingtaine de coureurs sont mieux classés que lui, selon leur cote ITRA.

Mathieu s’est toutefois préparé pour lutter et bien figurer sur une course de renommée mondiale, en vue des prochaines échéances. « Si j’ai choisi ce format-là (la CCC plutôt que de nouveau l’UTMB), c’est par sécurité », parce qu’il n’y aurait pas eu assez de temps de récupération entre l’UTMB et la Diagonale des Fous qui a lieu mi-octobre. Le mythique Grand Raid de La Réunion constitue en effet l’objectif principal de la saison 2020 du coureur franco-québécois.

La CCC pour préparer la Diagonale des fous

L'un des derniers entraînements de Mathieu Blanchard sur le parcours de la CCC - Photo courtoisie
L’un des derniers entraînements de Mathieu Blanchard sur le parcours de la CCC – Photo : courtoisie

Cette approche lui permet d’envisager sereinement l’issue de la course alpine, quelle qu’elle soit. « Je pars dans l’état d’esprit qu’en cas de problème sur la CCC, que je suis dans le dur ou que je ne fais pas une super course, ça ne me posera pas de problème. Parce que dès que la CCC sera finie, je re-focus le jour suivant sur la Diagonale des Fous. »

Toujours dans la perspective de ce Grand Raid de la Réunion, Mathieu se rendra en Corse, et pas uniquement pour les plages et la charcuterie locale, avant de revenir au Québec. Il ira notamment courir chez nos voisins du Sud, dans les Montagnes Blanches. Puis, il s’envolera sur l’île de La Réunion début octobre avec l’équipe constituée par La Clinique du Coureur afin de compléter son entraînement sur place. Et il a vraiment hâte. « Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti ça, reconnaît-il. Depuis l’UTMB l’an dernier qui était quelque chose de nouveau pour moi, je ressens à nouveau cette excitation, j’ai une crainte, une petite peur de ce que je vais avoir à affronter. »

Vous pourrez suivre la course de Mathieu Blanchard et les grandes lignes de la CCC sur le fil Twitter de Distances+.

À lire aussi :