La Normandie, une terre de trail, au fil de l’eau et en bord de falaises

Sur les falaises de calcaire de Normandie, le long de la vallée de la Seine, où passe notamment le Trail des Rois Maudits
Sur les falaises, le long de la vallée de la Seine, où passe notamment le Trail des Rois Maudits - Photo : Nicolas Fréret
BANNIERE TOUR DE FRANCE DES TERRES DE TRAIL

Un texte écrit avec la collaboration de Nicolas Fréret

Distances+ vous propose un tour de France des terres de trail, afin de découvrir plusieurs des courses en sentier à faire au moins une fois dans votre vie dans l’Hexagone.

Située au nord-ouest du pays, la Normandie est une région touristique côtière où l’eau est omniprésente, entre la mer qui la borde, la Seine, l’Orne et l’Eure qui la traversent, et la pluie qui s’invite régulièrement tout au long de l’année. Les falaises de calcaire, les sentiers maritimes, les nombreuses forêts et l’immensité des parcs naturels en sont les principaux terrains de jeu pour les randonneurs et les coureurs à pied. Dans les terres, de beaux endroits sauvages, vallonnés et préservés permettent aux traileurs de s’évader et de profiter de leur passion. La Normandie est une terre de trail et plusieurs événements incontournables le prouvent.

Nous attirons particulière votre attention ci-dessous sur 10 courses. Les trails de cette liste, non exhaustive, sont classés par ordre chronologique dans le calendrier annuel officiel (nous ne tenons pas compte des annulations ou des reports en raison des mesures prises pour lutter contre la propagation du COVID-19).

facebook distances+

La Diabolik de Ragnar (mars)

Sur le parcours de la Diabolik
Sur le parcours de la Diabolik de Ragnar – Photo : Corinne Fleury

Après seulement deux éditions, la Diabolik de Ragnar est devenue une référence des manifestations de trail en Normandie. La thématique « viking », chère à l’histoire de la région, en fait l’événement le plus singulier. Les coureurs se retrouvent à la fin du mois de mars à Herqueville, un petit village en bordure de mer situé sur la presqu’île du Cotentin, qui s’enfonce dans la Manche avec l’Angleterre et les îles anglo-normandes (Guernesey, Jersey…) en vis-à-vis.

Les lieux sont transformés pour l’occasion en village viking. La compétition est, elle aussi, originale puisque le parcours se résume à une boucle de 6,5 km et 300 mètres de dénivelé positif, à répéter le plus de fois possible pendant six heures, en solo ou en relais.

Le Trail des 2 Amants (avril)

Sur le parcours du TDA, avec vue sur la Seine et le lac de Poses – Photo : Émilie Dalibert

Le Trail des 2 Amants, lancé par David Leclercq en 2011, s’élance et arrive dans la petite ville de Pitres, près de Rouen, la capitale normande. Il sillonne sur 55 km et 2000 m de D+ les sentiers de roches calcaires surplombant la Seine et le lac de Léry-Poses, la forêt et les champs de vaches et de colza. Il passe aussi par la célèbre côte des Deux-Amants, où viennent s’entraîner au dénivelé les traileurs locaux. « Ici, on n’a pas de montagnes, c’est vrai, mais on a plein de collines, disait à Distances+ la coureuse Émilie Dalibert, membre des Traileurs normands, lors de la dernière édition du TDA, en 2019. Ça monte et ça descend sans arrêt, c’est très varié, avec des chemins techniques qui se courent. Ça surprend beaucoup les gens qui ne connaissent pas, mais 2000 m de dénivelé, ça commence à faire pas mal sur seulement une cinquantaine de kilomètres. »

Le TDA a la réputation « d’être parmi les plus beaux et les plus difficiles du nord-ouest de la France », selon Xavier Masseline, qui a participé à l’organisation de l’événement. « L’avantage, c’est qu’on a très peu de routes, et une fois sur les falaises, on n’a que du sentier et du single, à la fois technique et roulant », précise-t-il.

Il est aussi possible de réaliser un challenge en combinant l’une des courses du dimanche avec le 21 km nocturne du samedi.

Le Radicatrail (avril)

Sur le parcours du Radicatrail
Sur le parcours du Radicatrail – Photo : MF et JM Dumouchel

« Venez vivre l’intensité », voilà un slogan accrocheur pour l’un des trails les plus populaires de Normandie. Le Radicatrail a lieu à Lillebonne, non loin du Havre, en Seine Maritime, toujours à la fin du mois d’avril. De multiples challenges s’offrent aux traileurs sur des sentiers boisés et campagnards, parfois très pentus, que ce soit sur des épreuves en journée ou en nocturne, tout au long du week-end et avec des distances allant de 14 à 126 km et 3410 m de D+.

La particularité du Radicatrail est surtout de pouvoir se lancer de gros défis en s’alignant sur plusieurs courses. Les coureurs les plus ambitieux peuvent cumuler plus de 200 km durant cette fin de semaine.

La Barjo (juin)

Au départ du Mont-Saint-Michel sur La Barjo
Au départ du Mont-Saint-Michel sur La Barjo – Photo : Le Studio de Com’

Chaque année, depuis 10 ans, au mois de juin, la Barjo fait résonner son engouement dans la presqu’île du Cotentin, dans la Manche. Les distances proposées vont de 15 à 100 km, chacun y trouve son bonheur, au détour de parcours magnifiques qui empruntent le célèbre Sentier des douaniers. En 2012, l’organisation a ajouté une épreuve hors normes, à savoir le Raid de l’Archange. Le concept est simple : remonter le chemin de grande randonnée GR 223 de son point de départ, le Mont-Saint-Michel, jusqu’à Beaumont-Hague, le point le plus au nord de la Normandie. Le périple est intimiste, avec 50 dossards au maximum, impressionnant et aventureux, avec ses 300 kilomètres en auto-suffisance.

Le Trail d’Écouves et du Pays d’Alençon (juin)

Sur le parcours du Trail d'Écouves et du pays d'Alençon
Sur le parcours du Trail d’Écouves et du pays d’Alençon – PHOTO Trail d’Écouves

Le département de l’Orne, situé grosso modo entre Paris et la Bretagne, est également à l’honneur avec une course de trail de référence dans le calendrier normand, le Trail d’Écouves. Il est situé dans la forêt du même nom, près de la ville d’Alençon. Le parcours des différentes épreuves, allant de 8 à 61 km, est très forestier, avec de multiples relances, des montées sèches et des descentes sur de magnifiques monotraces, qui raviront les coureurs aguerris.

Un trail nocturne de 16 km est désormais également au programme. Il peut se cumuler avec une autre course du week-end dans le cadre d’un défi avec classement dédié.

Le Trail des Rois Maudits (septembre)

Sur le parcours du Trail des Rois Maudis
Sur le parcours du Trail des Rois Maudis – Photo : TRM

C’est un rendez-vous populaire lors du dernier week-end de septembre, près de Rouen depuis 2017. L’épreuve phare, le 50 km, emmène les participants sur un parcours en ligne entre le Château Gaillard, une forteresse en ruine construite au 12e siècle sur une falaise calcaire sur les hauteurs de la ville des Andelys par le roi d’Angleterre Richard Coeur de Lion, et l’étang des Deux-Amants, à Poses.

C’est l’un des trails les plus difficiles de la région avec ses 2000 m de D+. Le parcours est aussi l’un des plus jolis de la vallée de Seine, qui s’illustre par ses méandres, depuis Paris jusqu’à l’estuaire du Havre. Les montées et les descentes se succèdent à souhait sur ce profil des plus exigeants. L’arrivée se fait autour de la base de loisirs de Poses. Les trois éditions du TRM ont été remportées par le parrain de l’événement, le coureur élite français Aurélien Collet.

Le Trail des Rois Maudits est organisé, tout comme le Trail des 2 Amants, par David Leclercq.

Le Trail de la Roche d’Oëtre (octobre)

La Roche d'Oetre en Suisse normande
La Roche d’Oëtre en Suisse normande – Photo : Trail de la Roche d’Oëtre

C’est devenu le rendez-vous incontournable de fin de saison en Normandie. Le village de départ et d’arrivée se situe au cœur de la Suisse normande, à la frontière entre l’Orne et le Calvados, où les bosses et les collines sont appréciées des traileurs. La Roche d’Oëtre constitue par ailleurs un superbe belvédère naturel sur les gorges de Rouvre.

Neuf formats de course sont proposés, et notamment un ultra-trail de 90 km et 2300 m de D+. Ce week-end se veut un rassemblement populaire autour des sports nature sur un site naturel absolument magnifique. 

À noter que l’auteur de ces lignes a été parrain de l’édition 2019.

L’Ultra-trail auTour De Rouen et le Rouen Urban Marathon Trail

Dans la montée vers Belbeuf depuis les bords de Seine à Saint-Adrien
Dans la montée vers Belbeuf depuis les bords de Seine à Saint-Adrien – Photo : David Leprovost

À ce tour d’horizon des épreuves officielles, nous avons souhaité souligner l’existence de deux événements en marge des courses organisées, deux courses « off » en bon français, pensées par le coureurs rouennais hyperactif David Leprovost.

L’Ultra-trail auTour De Rouen (UTDR) a tout de suite été prisé. « A l’origine, je voulais partir de chez moi, faire le tour des forêts de l’agglomération rouennaise, et rentrer », explique David, qui a proposé à ceux qui le souhaitaient à travers ses réseaux sociaux de l’accompagner sur cette épreuve de 110 km pour 2600 m D+. L’UTDR a ainsi vu le jour en 2017. Il rassemble désormais plusieurs dizaines de passionnés, évidemment sans dossard.

Les participants du RUMT 2020 au belvédère de la côte Sainte-Catherine à Rouen, sous la pluie
Les participants du RUMT 2020 au niveau du belvédère de la côte Sainte-Catherine à Rouen, sous la pluie – Photo : David Leprovost

L’année suivante, avec son compère d’entraînement Julien Créa, David Leprovost a également lancé le Rouen Urban Marathon Trail (RUMT), un marathon urbain de 45 km pour 2000 m de dénivelé positif. L’idée est de faire des montées et descentes, une trentaine, entre Rouen et la butte de Mont-Saint-Aignan via la côte de la Croix de l’Épine, à raison de 80 % de bitume pour 20 % de sentiers. Cette année, l’événement avait lieu en février. « Nous étions plus de 30 passionnés à nous retrouver, sous la pluie, à 4 h du matin au pied de la Cathédrale de Rouen ».

L’athlète espère renouveler l’expérience, « en gardant la base du off sans dossard, l’objectif premier étant de partager des kilomètres », souligne-t-il.

L’Ultra montée de Rouen (avril ou mai)

Rouen, la capitale de la Normandie, du haut de la cote Sainte-Catherine – Photo : Nicolas Fréret

Dans le même genre, il y a aussi l’Ultra montée de Rouen, organisée par Quentin Thieblemont, du groupe de course Urban Runners Rouen. Il s’est inspiré de l’Ultra-trail de Montmartre à Paris en lançant le défi off d’enchaîner 50 allers-retours de la côte Sainte-Catherine, une bosse du haut de laquelle on domine tout Rouen et la Seine. Cela représente environ 5000 m de D+. Si d’aucun juge que c’est une folie, d’autres profitent de l’événement pour s’offrir un entraînement choc ciblé sur le dénivelé dans une région très éloignée des montagnes.

Trail Tour Normandie

Les falaises d'Étretat, un lieu incontournable en Normandie
Les falaises d’Étretat, un lieu incontournable en Normandie – Photo : Nicolas Fréret

De nombreux autres trails sont organisés tout au long de l’année en Normandie, notamment toutes les courses comptant pour le challenge Trail Tour Normandie, à savoir :

  • Trail des Résistants (14 et 30 km), à Manneville-sur-Risle (février)
  • Trail des 7 Mares (11 et 22 km), à Gonfreville L’Orcher (mars)
  • Trail des Violettes (12 et 22 km), à Louviers (mars)
  • Les Aiguilles Aliermontaises (10, 16 et 30 km), à Saint-Nicolas d’Aliermont (mars)
  • Trail de la forêt d’Eu (16 et 30 km), à Saint-Pierre-en-Val (mai)
  • Trail de la Forêt de Lyons (12, 22 et 35 km), à Lyons-la-Forêt (mai)
  • La Galopée (10, 15 et 30 km), à Franqueville-Saint-Pierre (juin)
  • Les Cinq Châteaux (13 et 25 km), à Villequier (juin)
  • Trail du Domaine du Torf (15, 24 et 41 km), à Campigny (juin)
  • Le Mascaret (15 et 27 km), à Caudebec-en-Caux (juillet)
  • La Pointe de Caux (12 et 25 km), à Étretat (septembre)
  • Trail des Hautes Falaises (13 et 32 km), à Sassetot-le-Mauconduit (octobre)
  • Trails du Tour du Canton (24, 40 et 75 km), à Beuzeville-la-Grenier (décembre)
  • LHSA Aventure (14 et 23 km), au Havre (décembre)

À lire aussi :

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!