L’Ultra-Trail Harricana s’enligne vers un record de participation le weekend prochain

Photo : Jérôme Kearney
Le départ du 28 km est toujours bien impressionnant – Photo : Jérôme Kearney

Distances+_UTHC_SB_728x90

La 7e édition de l’Ultra-Trail Harricana (UTHC) se fera sous le signe de la nouveauté le weekend prochain. Avec une forte délégation d’élites, un nombre record de coureurs, un nouveau parcours pour le 125 km et une scène de spectacle, Harricana poursuit sa croissance.

Grâce à son inscription dans le calendrier de l’Ultra-Trail World Tour, Harricana a gagné en visibilité auprès des élites, même si la proximité avec l’Ultra-Trail du Mont-Blanc lui fait un peu ombrage.

« C’est vraiment un gros challenge d’intéresser les athlètes à venir à Harricana, reconnaît la directrice générale de l’organisation, Marline Côté. C’est sûr que si on était à un autre moment de l’année, je crois qu’on pourrait attirer plus de coureurs internationaux de haut niveau. Mais on est quand même heureux d’avoir plusieurs athlètes de l’international cette année. »

Le nouveau parcours du 125 km devrait plaire, selon sa directrice. On sait que les 20 premiers kilomètres étaient autrefois courus sur route, ce qui déplaisait à certains. Ils se feront maintenant en forêt. « J’ai couru la nouvelle section à deux reprises, et c’est vraiment magnifique. Les gens vont vraiment vivre une belle expérience de course », dit Mme Côté. 

Des inscriptions en hausse

Cette année, c’est 1600 coureurs, dont un nombre appréciable, près de 12 %, vient de l’extérieur du Québec qui prendront part aux différentes courses.

Ce nombre n’inclut pas les 150 coureurs qui feront les 2 km de l’ascension du mont Grand-Fonds. L’ « ascension » fait partie d’une nouvelle programmation parallèle réalisée en collaboration avec de nouveaux partenaires, dans ce cas-ci, l’entreprise de plein air MEC. Il sera possible de prendre le départ de cette course chronométrée de 2 km (de la base au sommet du mont Grand-Fonds) pour contempler les paysages de Charlevoix. 

 « C’est idéal pour les accompagnateurs et tous ceux qui viennent de loin. L’inscription ne coûte que 10 $ et donne accès à un ravitaillement au sommet de la montagne. Durant l’après-midi du samedi, il y aura un départ aux 30 min. C’est une course qui peut être faite de façon conviviale, pour s’initier à la course en sentier, ou encore, en mode compétitif, pour réaliser l’ascension la plus rapide de la journée », précise Marline Côté.

UTHC_Karine Maltais_1
Le gagnant masculin de l’édition 2017 de l’UTHC, Vivien Laporte, à son arrivée – Photo : Karine Maltais

Une journée d’accueil rehaussée

L’un des défis de l’organisation cette année était de renforcer son ancrage dans la région. En effet, même si Harricana paraît comme un incontournable dans le petit monde de la course en sentier, l’événement passait presque inaperçu auprès de la communauté de la région de Charlevoix.

« Quand tout se passait au mont Grand-Fonds, la population n’avait pas vraiment conscience qu’une course majeure avait lieu juste à côté de chez eux. Cette année, le but est de rapprocher les gens de Charlevoix et les athlètes. On espère une belle synergie. On veut développer l’ancrage local autant que le volet international », explique Marline Coté.

Pour concrétiser cette volonté, la journée d’accueil du vendredi est déplacée du mont Grand-Fonds au centre de la ville de La Malbaie. Au programme : remise des dossards, conférence de presse et une toute nouvelle course symbolique pour commencer le weekend.

En effet, le coup d’envoi sera une course de 5 km sur la piste cyclable qui longe le fleuve Saint-Laurent. « C’est super beau! C’est une course non compétitive qui permettra de courir avec notre président d’honneur, Pierre Lavoie et les athlètes de haut niveau. C’est un événement organisé pour la Société canadienne de sclérose en plaques, l’organisme pour lequel Harricana amasse des fonds », précise Marline Côté.

Pour clore cette journée d’accueil, il y aura un panel de discussion avec les coureurs élites Rob Krar, Hillary Allen, Mathieu Blanchard et Sarah Bergeron-Larouche, présenté par Distances+. « C’est vraiment une grosse journée pour une journée d’accueil », dit-elle.

UTHC_Francis Fontaine_1
Le départ du 65 km et du 80 km au parc des Hautes-Gorges – Photo : Francis Fontaine

« On veut être plus présent dans la région en amenant les coureurs au centre-ville de La Malbaie, dit Marline Côté. Notre pari est que cette présence accrue va amener les gens à s’intéresser davantage à notre événement. »

La course aux bénévoles

Les courses se déroulent dorénavant sur deux journées, les longues distances le samedi alors que les courtes sont déplacées le dimanche. 

« Les équipes seront présentes sur deux jours, ça prend donc plus de bénévoles, explique Marline Côté. Au niveau logistique, c’est une décision qui a beaucoup d’impact. »

La directrice générale reconnaît que le recrutement de près de 300 bénévoles requis pour l’événement est un défi de taille. Pour faciliter le recrutement et rehausser l’expérience des bénévoles, plusieurs mesures ont été mises en place.

« Les mêmes efforts sont mis à développer le volet bénévole que le volet coureur, affirme-t-elle. On avait un comité bénévole cette année pour optimiser l’expérience, le recrutement, le soutien et la reconnaissance et on est à mettre tout ça en place. »

Le volet culturel

Harricana expérimente pour la toute première fois une programmation culturelle, en parallèle à sa programmation sportive. 

« Il y aura une scène de spectacle mobile, explique Mme Côté. On s’est inspiré un peu de ce qu’on a vu au The North Face California Challenge à San Francisco. Le but n’est pas de faire d’Harricana un festival de musique, mais de créer de l’ambiance et d’insuffler du dynamisme au site. Ça donne un petit côté festif à l’événement. On va tester la formule cette année. »

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!