Place aux Championnats du monde de trail en Espagne!

La course de la Penyagolosa fait partie de l'Ultra-Trail World Tour. Photo : Javier Vilar
Photo : Javier Vilar

V2

C’est ce samedi, en Espagne, dans le nord de la région de Valence, que se dérouleront les Championnats du monde de trail 2018. Quelques Québécois y seront pour courir les parcours ouverts au grand public et six athlètes de l’élite canadienne se frotteront à l’élite mondiale. Distances+ sera sur place pour suivre leur performance.

Les Championnats du monde de trail sont ouverts uniquement aux athlètes sélectionnés par les fédérations nationales. Chaque année, les compétitions alternent les parcours courts, d’environ 50 km, et les parcours longs, soit de plus de 80 km.   

Cette année, les championnats présentent le format de trail long et ils sont organisés par l’équipe responsable de la Penyagolosa Trail, un événement de course situé dans la province de Castellón, en plein cœur de la chaîne de montagnes côtières catalanes. 

C’est donc sur un tout nouveau tracé de 85 km et de 5000 m de dénivelé positif appelé le TWC, l’acronyme de Trail World Championships, que les meilleurs coureurs internationaux s’élanceront et mettront leurs talents à l’épreuve. Les participants auront 15 heures pour terminer l’épreuve. C’est au terme de ce défi que les titres de champion et championnes du monde de course en sentier sur longue distance seront donnés. 

Si le parcours élite est tout nouveau et créé pour l’occasion, les organisateurs de la Penyagolosa Trail n’en sont pas à leurs premières armes en termes de compétition. Ils présenteront, parallèlement aux championnats, la 20e édition de la course en sentier Marató i Mitja appelée MIM, un parcours de 62 km avec 2300 m de dénivelé positif et la 7e édition de la Castellón Penyagolosa Ultra, nommée CSP, une course du circuit Ultra-Trail World Tour, qui offre 109 km avec 5600 m de dénivelé positif. Pour partager cette expérience auprès du plus grand nombre, ces deux courses sont ouvertes au public.

Une lutte parmi les favoris 

Chez les hommes ayant le plus haut indice de performance ITRA, arrive en tête le champion en titre, Luis Alberto Hernando. Il est suivi de près par deux Britanniques, Tom Owens et Jonathan Albon. Mais l’Espagnol est sur ses terres et il risque fort d’en profiter et de dominer le parcours.  

Les deux Américains Zach Miller et Mario Mendoza, ainsi que les Français, Sylvain Court, Sébastien Spehler et Ludovic Pommeret seront à surveiller. Enfin, les deux Espagnols Christofer Clemente et Pablo Villa profiteront, quant à eux, de leur bonne connaissance du terrain.

Chez les femmes, le plateau promet une compétition riche et pleine de surprises. À domicile et en tête se trouve l’Espagnole Maite Maiora, suivie de l’Américaine Clare Gallagher puis de la Française Nathalie Mauclair.  

On retrouve également trois Espagnoles, Azara García, Gemma Arenas et Laia Cañes. Cette dernière est une experte des lieux et a terminé première l’an dernier sur le parcours de la MIM.

Les deux Françaises arrivées l’une derrière l’autre aux derniers Championnats du monde de trail court en 2017, Amandine Ferrato et Adeline Roche seront également au départ de la course. La championne Caroline Chaverot a dû déclarer forfait et ne sera pas sur les lieux tel que prévu.

Six Canadiens sur la ligne de départ

La Canadienne Stephanie Case
La Canadienne Stephanie Case – Photo : Ultra Runner Girl

La délégation canadienne présentera autant d’hommes que de femmes. Parmi ceux-ci Stephanie Case, 36 ans, une coureuse élite d’expérience. Avocate spécialisée dans les droits de l’homme, elle était jusqu’à tout récemment en mission en Afghanistan. Case a participé plus tôt cette année à la mythique course Barkley, réussissant à faire deux boucles

À ses côtés, la Canadienne Anne-Marie Madden, 38 ans, habituellement très rapide sur de courtes distances, pourrait créer la surprise malgré le format plus long de cette course. À surveiller également : Kim Magnus, une Manitobaine de 35 ans qui vit maintenant en Colombie-Britannique. 

Du côté des hommes, Nick Elson, 34 ans, de Campbell River en Colombie-Britannique est un adepte de la course à pied, mais aussi de ski et d’escalade. Puisqu’il performe bien sur les sentiers très techniques et sur toutes les distances, il pourrait être à son aise sur les parcours de la Peyniagolosa. Nommé coureur de l’année 2016 par le Canadian Running Magazine, il sera donc à surveiller. 

Son compatriote, le Vancouvérois Cody Callon, 36 ans, est un habitué des championnats mondiaux. L’an dernier, il s’est classé premier Canadien et 52e au monde. Il avait aussi remporté la première place sur le Zion 100 km en 2016. 

Enfin, Jack Sikkema, un jeune Ontarien de 28 ans en sera à ses débuts sur le circuit international.

Tous les coureurs prendront le départ de la TWC depuis la ville de Castellón, située au niveau de la mer, et termineront leur course au sommet de la montagne de Saint-Jean de Penyagolosa à 1280m d’altitude. 

Des Québécois participent aux courses régulières de la Penyagolosa, notamment une délégation de l’Ultra-Trail Harricana, composée de Marline Côté et Sébastien Côté, la directrice générale ainsi que le président-fondateur. Jean Fortier du Québec Méga Trail et de la Trans Vallée, Simon Benoit – le « Doc Benoit » de Distances+ – ainsi que la coureuse Marie-Josée Hotte font aussi le voyage pour découvrir les sentiers catalans.

Tout au long de leur parcours, ils passeront par un chapelet de petits villages typiques de la région. Une portion de ce trajet est d’ailleurs l’objet d’un pèlerinage millénaire. C’est sur un parcours chargé d’histoire que les championnats mondiaux écriront la leur.

*

Distances+ remercie Québec Méga Trail, qui a rendu possible ce reportage.

À lire aussi :

Mathieu Blanchard écrase la concurrence à Bear Mountain; plusieurs Québécois sur le podium

Jean Fortier lors de la Trans Vallée

Jean Fortier aux Championnats du monde de trail pour faire grandir la discipline