Lavaredo Ultra Trail : Sébastien Côté veut « passer le cap des 100 km »

Photo : courtoisie

Le cofondateur de l’Ultra-Trail Harricana Sébastien Côté est en ce moment à Cortina d’Ampezzo, dans les Alpes italiennes. Pour promouvoir « sa » course, la région de Charlevoix et le Québec, naturellement, toutes les occasions sont bonnes, mais avant tout pour se surpasser en tant que coureur. Il prend le départ dans quelques heures du Lavaredo Ultra Trail, à l’assaut des sentiers pentus des Dolomites, sa première course de plus de 100 km.

Sébastien avait fait le choix d’arriver une semaine à l’avance pour adapter son corps aux conditions alpines, où l’oxygène vient vite à manquer. Sage décision. « J’ai souffert du décalage horaire, ça m’est rentré dedans », a-t-il confié lors d’une entrevue téléphonique, en soulignant qu’il était quand même allé courir 30 km en montagne le lendemain de son arrivée, samedi dernier, avec environ 1500 m de dénivelé positif. Dimanche, il a pris un télésiège pour passer du temps à 2700 m d’altitude. « J’ai lu toute la journée dans un refuge. Je suis revenu avec un gros mal de tête. Au-dessus de 2000 m d’altitude, c’est vraiment difficile pour moi. J’ai l’impression d’être en état d’ébriété et nauséeux. »

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Au début de la semaine, Sébastien avait le moral dans les chaussettes. « Je ne me suis pas entraîné, j’étais fatigué et pas motivé, a-t-il expliqué. Mais, c’est passé, et depuis là, ça y est, j’ai l’impression d’avoir recouvré la forme et d’avoir bien récupéré. »

Le départ sera donné à 23 h ce vendredi, heure de Cortina (17 h, heure de Montréal), pour un tour des Dolomites de 119 km, moyennant 5850 m de dénivelé positif entre 1200 et 2400 m d’altitude.

« C’est un terrain de jeu incroyable », s’enthousiasme Sébastien, en s’étonnant par exemple qu’à l’office de tourisme de la ville, il y a des cartes de trail spécifiques avec environ 300 km de sentiers. Le parcours du Lavaredo y est d’ailleurs référencé, pour les touristes sportifs adeptes des sentiers alpins de cette ancienne cité olympique.

Sébastien Côté s’estime « super affûté » et prêt à en découdre, mais il craint les longues descentes, auxquelles il n’est pas habitué. « Elles font mal et je n’en ai pas assez à mon actif », déplore-t-il, en notant qu’il y a « une grande finale avec 1700 m de dénivelé négatif » avec une traversée de forêt et de la boue. « Au début, je ne vais pas courir dans les descentes, je vais prendre ça relax pour rester en contrôle.

Pour l’ultra-traileur québécois, habitué aux courses de 80 km, le principal objectif est d’aller au bout et ainsi de franchir le cap symbolique des 100 km. « Mais pour moi, être en montagne, où l’air est plus sec et où il y a moins d’oxygène, c’est déjà tout un défi ». Il a choisi de s’aligner au Lavaredo pour retrouver un peu de la CCC, la petite sœur de l’UTMB (100 km), qu’il a bouclé en 20 h 05 l’an passé. « J’avais adoré l’expérience », dit-il avec l’engouement du passionné. Il aimerait courir en 18 h, mais il s’attend à ce que ce soit difficile.

Juste avant de quitter le Québec pour l’Italie, Sébastien Côté a établi la première marque pour le sentier « très technique » du Fjord du Saguenay, un 40 km trail qu’il a couru en solitaire et en autonomie totale en 6 h 12. «Ce n’est pas un record à proprement parlé, selon lui. J’ai simplement établi une marque de temps. Le prochain devra faire mieux». Le défi est lancé!

20160624_134133-620x626
Sébastien Côté et Gediminas Grinius – Photo : courtoisie

L’élite mondiale sur le parcours

Devant l’athlète québécois, qui considère ne pas être en mesure de rivaliser avec l’élite, on peut s’attendre à une bagarre de très haut niveau, avec notamment quatre membres du top 6 au classement de l’Ultra-Trail World Tour sur la ligne de départ, à savoir le leader, l’Espagnol Pau Capell Gil, le Lituanien Gédiminas Grinius (3e), le Suédois Jonas Buud (5e) et le Népalais Sange Sherpa (6e).

À propos de Grinius, Sébastien Côté nous a confié avoir passé un bon moment avec lui mercredi. Il en a profité pour l’inviter à venir courir l’Ultra-Trail Harricana. « Il m’a dit en regardant son calendrier que ce sera peut-être possible en 2017, puisqu’il sera déjà en Amérique à ce moment-là. »

L’an passé, Didrik Hermansen avait emporté le Lavaredo Ultra Trail en 12 h 34. Le Norvégien, vainqueur cette année de la Transgrancanaria, a préféré la chaleur du Colorado. Il s’élancera samedi sur la Western States 100 Mile Endurance Run. Il aura à ses côtés l’ancien champion de l’UTWT, le Français François D’Haene.

Chez les femmes, l’Américaine Rory Bosio, qui avait remporté l’édition 2014, et qui a gagné l’UTMB en 2013 et 2014, partira favorite. Parmi ses principales concurrentes, notons la présence de la Suissesse Andrea Huser, troisième au classement féminin de l’UTWT, après avoir terminé 2e de la Transgrancanaria et de l’Ultra trail de Madère.

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!