Grand to Grand Ultra : l’autre course dans le désert offerte par l’Ultra-Trail World Tour

Photo : Grand to Grand Ultra

L’Ultra-Trail World Tour (UTWT) a déjà une course à étapes inscrite à son calendrier principal, le redoutable Marathon des Sables, au Maroc. Mais le circuit mondial de courses en sentier, qui souhaite se développer, notamment en Amérique du Nord, s’intéresse de près au Grand to Grand Ultra (GTGU), un raid de 273 km en six étapes entre le Grand Canyon et le sommet du Grand Staircase, dans l’Ouest américain. Il a lieu en ce moment même, jusqu’à dimanche.

Le GTGU, sélectionné cette année dans la liste des futures courses de l’UTWT, se présente comme un défi hors du commun. Il se déroule sous un soleil de plomb et une chaleur harassante, en autonomie complète, dans le désert à cheval entre l’Utah et l’Arizona, loin de la civilisation, ce dont s’enorgueillissent les organisateurs.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Le nombre de participants est limité à 170, mais ils n’étaient que 139 concurrents au départ en cette fin de septembre, à braver les dunes et à escalader des formations géologiques, entre autres.

Seulement 10 Canadiens ont la possibilité de s’attaquer au GTGU par année, comme le prévoient les quotas mis en place. Aucun Québécois n’était présent lors de cette cinquième édition.

Vendredi matin, après quatre étapes, le Suisse Florian Vieux, devant depuis le départ, avait un peu plus d’une heure d’avance (24 h 33) sur les Français Sébastien Nain (26 h) et Émilie Lecomte (26 h 13), une ultratraileuse de classe mondiale qui a remporté la Diagonale des fous à deux reprises (2009 et 2012) et qui a terminé troisième de l’Ultra-Trail de l’île de Madère au printemps.

grand-2-grand
Photo : Grand to Grand Ultra

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!