Trail nocturne de Saguenay : elles termineront inévitablement dernières

Natasha Gaudreault et Isabelle Joly au Trail LK 50 / Photo : Mario Boily

Le succès d’une course repose en partie sur les épaules des bénévoles qui se démènent avant, pendant et après l’événement. On remarque facilement les personnes responsables de l’accueil et de l’inscription, ainsi que celles qui nous abreuvent ou nous nourrissent aux points de ravitaillement, mais avez-vous déjà porté attention à celles qui terminent inévitablement dernières? Portrait de trois « fermeuses » de parcours, sans qui l’expérience de course de certains participants ne serait certainement pas aussi agréable.

Ce samedi soir, plus de 200 coureurs s’élanceront sur l’un des deux parcours proposés pour la troisième édition du Trail nocturne de Saguenay, au Centre de ski de fond Le Norvégien, à Jonquière. Il s’agit de la première course du circuit des courses en sentier Ultraviolet-Salomon. Chaque coureur aura un objectif personnel à atteindre, sauf Natasha Gaudreault, Isabelle Joly et Sophie Desgagné.

Duo en amitié et dans le sport

Natasha et Isabelle, les deux « fermeuses » du parcours de 5 km, sont amies. Elles pratiquent la course en sentier depuis environ cinq ans. L’une y a vu l’occasion d’adopter de meilleures habitudes de vie et l’autre, l’opportunité d’intégrer une nouvelle activité physique rapide pour venir compléter ses entraînements de vélo de montagne. Samedi soir, elles en seront à leur deuxième expérience de « fermeuses » ensemble. Lorsqu’elles ne participent pas à un événement de leur région en tant que coureuses, Isabelle et Natasha ne se font pas prier pour être bénévoles afin de se retrouver au cœur de l’action.

« En étant “fermeuse” de parcours, j’ai le meilleur des deux mondes, commente Isabelle. J’ai un petit stress de moins, j’arrive à l’événement plus légère et je sais que je vais pouvoir apporter mon aide avant le début de la course. Quand je m’inscris à titre de coureuse, j’ai toujours le stress de me dépasser, de bien dormir. »

« Fermer une course permet d’y participer tout en prenant le temps de la vivre et d’en profiter, ajoute Natasha. Ça me permet de rencontrer de nouvelles personnes qui partagent la même passion que moi, tout en étant utile. Il ne faut pas oublier que sans les bénévoles, les organisations du genre ne pourraient pas exister. C’est ma façon de redonner tout en m’amusant, en encourageant les derniers coureurs et en les aidant en cas de besoin. »

Première fois

Sophie, la troisième « fermeuse », est une sportive polyvalente depuis plusieurs années, mais elle vient tout juste de découvrir les plaisirs de la course en sentier. Elle trouve que les kilomètres passent beaucoup plus rapidement en forêt, au gré des montées et des descentes. Ce sera sa première expérience du genre lors d’un événement de course, mais elle porte souvent ce chapeau dans son club de ski de fond. Ayant délaissé ses espadrilles au profit de ses skis depuis le début de l’hiver, son volume de course n’était pas suffisant, selon elle, pour participer en tant que coureuse, comme l’année dernière. Elle cherchait donc une façon différente de le faire.

Sophie-TN169
Sophie Desgagné au Trail du Saguenay 2016 / Photo : Frédérick Duchesne

« Lorsque j’ai vu l’offre pour fermer le 10 km, je me suis dit que la vitesse serait parfaite pour moi afin de me permettre de faire une belle longue sortie, a expliqué Sophie. Je voulais être là pour les coureurs qui se donnent un défi de faire cette distance. Le parcours est assez costaud et je suis heureuse de pouvoir donner mon appui comme “fermeuse” de parcours. Je veux être là pour encourager les coureurs et j’espère être en mesure de les soutenir dans leur objectif. »

C’est donc en compagnie de ces trois merveilleuses bénévoles que les derniers participants des courses de 5 km et 10 km auront la chance de passer la ligne d’arrivée. Quant à Isabelle, Natasha et Sophie, elles termineront dernières en ayant, sans doute, beaucoup de plaisir et le sentiment du devoir accompli.

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!