Le club-école du Pentathlon des neiges

Photo : courtoisie

BannièrePentathlon_LongueTom Iza, Élodie Laflamme, Liam Dubois et Audrey-Anne Lapointe ont 27 ans… à eux quatre. Avec Sophie Roberge, 31 ans, ils forment l’équipe « Les p’tits voisins » du Pentathlon des neiges de Québec. Et c’est grâce à un concours radiophonique qu’ils se sont rassemblés.

Participez, pour voir

En janvier dernier, la station Radio-Canada Québec lançait le concours « Défi Familles et Amis du Pentathlon des neiges ». Les auditeurs devaient soumettre des projets pour inciter les familles à participer à l’événement. C’est le projet de Marline Côté qui a été sélectionné par le jury.

« Mon conjoint et moi, on est de gros amateurs de plein air. On pratique vraiment beaucoup d’activités l’hiver : le ski de fond, la raquette, la course à pied, le vélo et, même, la course en canot sur glace pour Pierre-Luc. Pour le concours, on ne voulait pas soumettre un projet seulement pour notre famille, on voulait aussi partager l’expérience avec d’autres familles pour maximiser le plaisir », explique Marline, emballée.

Elle précise : « Notre idée était de réunir cinq familles de notre quartier à Saint-Jean-Chrysostome, sur la Rive-Sud de Québec, pour former une équipe. Un enfant par foyer fera l’une des cinq disciplines du Pentathlon : patin, vélo, course, raquette ou ski de fond. Le tout dans un esprit purement participatif et, aussi, dans le but d’apprendre à se connaître davantage dans le voisinage. » Car il faut dire que si cinq membres participent officiellement, ce sont cinq familles entières qui bougent dehors ensemble en prévision du défi. Le 4 mars, chaque famille aura son représentant et les autres membres seront présents pour les encourager.

Concrétiser le projet

Une fois l’idée énoncée et couronnée, la difficulté aurait pu être de la mettre en application. Les jeunes familles ne sont pas nombreuses et sont dispersées dans le quartier de Marline. « Nous savions où habitaient les familles avec de jeunes enfants dans le voisinage, mais on ne s’était jamais vraiment parlé ou presque. Ce qui est beau, c’est que tout le monde a embarqué avec enthousiasme dans le projet, sans hésiter! » explique-t-elle.

Cinq familles qui ne se connaissaient pas ou très peu, mais toutes situées dans un rayon de 500 mètres, se réunissent désormais pour faire du sport. « Le premier entraînement a eu lieu avec nos motivateurs Claude Bernatchez et Catherine Lachaussée, animateurs à Radio-Canada, de même qu’avec François Calletta, directeur général du Pentathlon. Les enfants sont pas mal excités et contents de tout ça », poursuit la maman de trois jeunes garçons.

D’ailleurs, les deux animateurs ne tarissent pas d’éloges quant à l’idée de Marline, qu’ils qualifient d’originale et rassembleuse. « Nous trouvions super que les parents des cinq enfants participants soient mobilisés lors du défi pour les soutenir. L’énergie de l’équipe est débordante et touche tout le monde qui l’entoure », explique Sarah Monaghan-Matthews, agente de communication à Radio-Canada.

Une course un jour et des changements pour toujours

Déjà, la dynamique du quartier a commencé à changer. « Avec nos vies remplies, le travail, l’école, les enfants, c’est difficile de prendre le temps de connaître nos voisins. Avec ce projet, les cinq familles sont maintenant en contact. »

Leur nouveau groupe privé sur Facebook leur permet de s’inviter aisément les uns les autres pour faire des activités. Les entraînements sont variés et visent à couvrir toutes les activités du Pentathlon, « sauf le vélo d’hiver, car ce n’est pas toutes les familles qui sont équipées pour ce sport ou qui sont à l’aise pour le pratiquer en toute sécurité », précise Marline.

Ces jeunes délaissent leur X-Box 360, PS4 et tablette pour goûter aux joies du plein air et auront la chance de participer au Pentathlon des neiges. Une vie de quartier prend forme grâce à de nouveaux liens entre ces cinq familles. Cela donne tout son sens à la citation d’Henry David Thoreau que Marline aime bien citer :
« le bonheur n’est réel que quand il est partagé ».

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!