La lionne Line Bouffard sur les plaines

Photo : courtoisie

BannièrePentathlon_Longue

À presque 60 ans et entre deux traitements contre le cancer, Line Bouffard participera au 5 km du Championnat nord-américain de raquette, dans le cadre du Pentathlon des neiges. Le 3 mars, en soirée, elle foulera le parcours des plaines d’Abraham, à Québec, et ne vise rien de moins que le podium.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Sports d’hiver, encore et encore

Line participe au Pentathlon pour la deuxième année consécutive. C’est la seule participante n’ayant manqué aucune des séances d’entraînement offertes gratuitement par l’organisation au cours des semaines précédant l’événement. « C’est une assidue, une régulière », confirme le directeur de la compétition, François Calletta.

« C’est grâce à Blaise Dubois, physiothérapeute et fondateur de La Clinique du Coureur, si je fais de la course l’hiver. J’avais assisté à une de ses conférences sur la pratique des sports d’hiver et j’ai été convaincue », raconte Line. La course en hiver, pour elle, c’est relativement récent. Pourtant, les sports d’hiver comme le ski et la raquette font partie de sa vie depuis longtemps. De sa vie de famille, en fait, puisque ses fils, qu’elle a initiés lorsqu’ils étaient jeunes, s’entraînent encore avec elle aujourd’hui.

Line a opté pour la raquette cette année au Pentathlon. Mais pas question de se limiter à un sport cet hiver! Le ski et, bien entendu, la course à pied dans la neige sont régulièrement au programme.

Une lionne sur les podiums

Line court depuis quatre ans, mais des kilomètres, elle en mange depuis longtemps. Factrice chez Postes Canada, elle précise : « Je marche environ 90 km par semaine, beau temps, mauvais temps, dans les rues de la ville, depuis 35 ans. J’ai fait plusieurs fois le tour du monde à pied et avec bien de la côte à part ça! » Elle croit que ces grandes distances ont d’ailleurs contribué à préparer son corps à la course. Cela dit, comme elle parcourt déjà bien assez de kilomètres pour son travail, lors des événements sportifs, elle privilégie les courtes distances. Il faut dire qu’elle aime courir le plus vite possible.

« Quand je cours, c’est pour gagner, c’est pour tout donner. Quand je participe à un événement, je vise le podium. C’est ça, ma drogue, je cours pour arriver première de ma catégorie! », dit-elle en éclatant d’un grand rire.

Line Bouffard appartient à plusieurs « clans » de coureurs puisqu’elle adore courir en groupe. Elle s’entraîne en ville à Québec, puis en trail à Lévis, sur la Rive-Sud. Depuis le début de l’hiver, c’est avec les entraîneurs du Pentathlon qu’elle court. Elle dit le faire avec un sens de l’engagement et du devoir à accomplir.

Une lionne dans l’arène

Line est toute menue, mais elle est géante par ses accomplissements. Sa feuille de route et ses podiums sont dignes de mention, mais c’est sa façon de mener son combat contre le cancer qui impressionne le plus. Line, la lionne boréale, tient tête à cet adversaire qui s’est sauvagement invité dans sa vie. Chaque semaine, elle va, en courant, recevoir des traitements de radiothérapie. Une fois le tout terminé, elle revient à la maison, toujours en courant, avec le couteau entre les dents. Pas question de l’aborder à ce sujet avec de la pitié. Elle vous regarde, le feu dans les yeux, et elle ne laisse planer aucun doute : la maladie ne l’emportera pas. « Ce n’est pas facile, ça me brûle partout ces traitements-là, mais moi, j’ai un seul objectif dans la vie, c’est de gagner. Je vais aussi gagner contre la maladie », dit-elle avec détermination.

Courir lors du Pentathlon des neiges, sous les étoiles et en raquettes, sur le fabuleux parc des Champs-de-Bataille, c’est une occasion exceptionnelle pour Line de célébrer la vie. Wolf et Montcalm n’ont qu’à bien se tenir, la lionne des neiges a assiégé les remparts!

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!