La Chine interdit les ultra-trails jusqu’à nouvel ordre

Forêt de pierres du fleuve Jaune
Forêt de pierres du fleuve Jaune, terrain de jeu de la course où 21 ultra-traileurs ont perdu la vie - Photo : Flickr

Les autorités chinoises ont pris une décision radicale ce mercredi 2 juin : les « compétitions sportives à haut risque » sont suspendues jusqu’à nouvel ordre partout au pays. Cette mesure, qui inclut les courses d’ultra-trail, fait suite à la mort, le 22 mai dernier, de 21 coureurs en sentier qui avaient été pris au dépourvu par une détérioration dramatique des conditions météo lors d’une épreuve de 100 km dans la forêt de pierres du fleuve Jaune.

Ce jour-là, le temps avait brusquement changé et des grêlons, une pluie glaciale et des vents violents s’étaient abattus sur les participants en pleine montagne. La température serait descendue en dessous de -20 degrés.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Lors de la course, si la couverture de survie était de mise, aucun vêtement chaud n’était apparemment exigé dans le matériel obligatoire. « En tant qu’organisateur de l’événement, nous ressentons une grande culpabilité et des remords », avait déclaré, la tête baissée, le maire de la ville de Baiyin lors d’un point de presse dans les heures qui avaient suivi cet événement tragique.


À lire aussi : La météo rend nerveux à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc


Sans attendre les conclusions de l’enquête qui a été diligentée pour déterminer les responsabilités de chacun dans cette affaire et expliquer ce qui a réellement coûté la vie aux 21 victimes du 100 km de la forêt de pierres du fleuve Jaune, l’administration générale du sport de Chine a donc décidé de geler la tenue de l’ensemble des ultra-trails organisés au pays, à l’image du Gaoligong by UTMB et Panda Trail by UTMB. Ce qu’a confirmé UTMB International ce jeudi à Distances+.

Événements sportifs à haut risque

L’ultra-trail est de plus en plus populaire en Chine et de nombreuses courses ont vu le jour ces dernières années. Mais l’absence de plan d’urgence sur certaines courses et le manque d’expérience des certains organisateurs ont notamment été pointés du doigt par plusieurs médias locaux et sur les réseaux sociaux. C’est ce qui aurait mené les autorités chinoises à agir vite et sans faire de distinction entre les différents événements existants.

« Les nouveaux événements sportifs à haut risque avec des responsabilités peu claires, des règles imparfaites et des normes de sécurité floues, comme la course en montagne, les traversées du désert de Gobi, les vols en combinaison ailée (wingsuit) et les courses d’ultra distance sont suspendus », peut-on lire dans la déclaration officielle du ministère chinois des Sports. Cette décision a pour but de préserver « la santé et la sécurité de la population » et concerne l’ensemble du pays, précise-t-il.

Les autorités chinoises estiment « qu’il est nécessaire de mener un examen approfondi des risques que représentent toutes les disciplines concernées afin de prendre des mesures efficaces et d’anticiper les besoins en matière de sécurité et l’organisation des secours » lorsque survient un problème majeur, comme un changement météorologique drastique.


À lire aussi : 21 ultra-traileurs meurent en pleine compétition en Chine

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!