Le Relais de la tribu : 250 km en 24 heures pour 80 coureurs

Relais_de_la_tribu
Photo : Relais de la tribu

C’est toute une aventure que promet le Relais de la tribu ce weekend. Comme chaque année depuis huit ans, les concurrents se préparent à parcourir 250 km en moins de 24 heures, sans connaître ni la route qu’ils devront emprunter ni savoir à quel moment et à quel endroit aura lieu la pause accordée à toutes les équipes pour leur permettre de se rassembler.

Samedi, ce sont donc 13 équipes, composées de 80 coureurs, qui s’élanceront de Sainte-Camille, en Estrie, pour rallier Lévis. Si la longueur des relais est laissée à l’appréciation des équipes, l’ordre des coureurs devra pour sa part toujours rester le même.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Seule exception au programme, le défi relevé par l’ultra-marathonienne Sylvie Boisvert, qui s’attaquera aux 250 km en solo dès vendredi. Elle sera soutenue au plan logistique par une équipe de trois jeunes de 17 à 23 ans qui la suivront pendant les 50 heures de course prévues.

Faire grandir les jeunes

C’est l’Institut DesÉquilibres qui est derrière l’organisation de cette épreuve. L’Institut, qui a des bureaux à Montréal et à Sherbrooke, se spécialise dans la formation d’intervenants sociaux qui utilisent le sport pour oeuvrer auprès des jeunes.

« L’Institut DesÉquilibres entraîne les jeunes en situation de vulnérabilité trois fois par semaine et leur propose ensuite de relever un défi toutes les quatre semaines », explique Luc Parlavecchio, directeur de course et représentant de l’Institut. « On les invite d’abord à une marche de nuit, puis à parcourir de 150 à 200 km en vélo en deux jours et enfin à participer à une course à relais de près de 500 km. »

Au début, les jeunes participants, qu’ils soient en difficulté ou non, ne s’imaginent guère capables de parcourir de telles distances. Pourtant, en apportant chacun leur pierre à l’édifice, ils réussissent à relever des défis qui leur semblaient jusqu’alors inimaginables. « L’idée derrière cela est de leur montrer qu’ils ont le pouvoir d’agir sur leur vie et que, en groupe, ils peuvent aller plus loin », dit Luc Parlavecchio.

Le Relais de la tribu est à l’image de ce projet. Collectivement, les équipes peuvent parcourir des milliers de kilomètres en un temps record, ce qu’elles ne seraient pas en mesure d’accomplir si elles demeuraient isolées chacune dans leur coin.

« Le relais regroupe les valeurs environnementales, de coopération, de solidarité et d’aventure que nous prônons », précise Luc Parlavecchio.

L’implication de l’entreprise Défis

Pendant plusieurs années, l’organisme a tout fait par elle-même, mais, comme l’indique M. Parlavecchio, « on a bossé comme des fous pour tout planifier, ce qui nous a demandé une énergie incroyable et des enjeux d’implication auxquels nous ne pouvions plus répondre. » C’est pourquoi, cette année, DesÉquilibres a fait appel à l’entreprise Défis (la nouvelle identité du Défi entreprises qui regroupe son blogue Courseapieds.ca) pour lui venir en aide.

« Nous partageons une communauté de penser et nous avons une approche similaire, analyse Luc Parlavecchio. Même si Défis est construit sur un modèle d’entreprise et que nous sommes un OBNL, nous partageons les mêmes valeurs. Peu importe, au final, notre forme juridique puisque notre état d’esprit est le même. »

Pour cette huitième édition, Défis apportera son aide à la logistique, mais aussi pour le matériel. « Même si l’épreuve propose une logistique minimaliste dans le but de préserver la notion d’aventure, il faut s’assurer que l’inconnu reste balisé », explique Daniel Riou, directeur de Défis.

« Le Relais de la Tribu est à l’image de l’Institut DesÉquilibres pour lequel il amasse des fonds, souligne Daniel Riou. Il cherche à mettre les participants dans l’inconfort afin de leur faire perdre leurs repères et pour qu’ils vivent une expérience hors des sentiers battus. Pour relever le défi, il faut avant tout être doté d’un grand esprit d’équipe mais aussi faire preuve de beaucoup d’adaptations. À l’arrivée, la satisfaction d’avoir bravé l’inconnu ensemble n’en sera que plus immense. »

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!