Blaise Dubois et Isabelle Dumais : la 7e demande en mariage a été la bonne

Blaise Dubois Isabelle Dumais
Blaise Dubois et Isabelle Dumais, unis par la course, les montagnes, les affaires, et bien plus encore - Photo : courtoisie

SPÉCIAL SAINT-VALENTIN – Dans son livre publié cet automne, intitulé La Clinique du Coureur, comme s’appelle son entreprise, le physiothérapeute bien connu Blaise Dubois révélait qu’il avait demandé six fois son amoureuse Isabelle Dumais en mariage. Six fois! Elle avait toujours dit non. Jusqu’en octobre dernier, lors du voyage de la Clinique à l’île de La Réunion.

« On n’a jamais voulu vraiment se marier, raconte Isabelle. On a trois enfants, alors c’est quasiment comme si on l’était. Par contre, à chaque fois qu’on allait voir un bel endroit dans le monde, Blaise finissait toujours par me demander en mariage. Par exemple, à Red Rock Canyon, à Las Vegas, on courait et je voyais qu’il prenait un peu de retard. Il me fabriquait une bague avec des petites brindilles! C’est vraiment son genre, il est très artistique. » 

« Finalement, j’ai dit oui à l’île de la Réunion. En fait, ce sont beaucoup nos filles qui veulent qu’on se marie. Elles sont quasiment prêtes à nous organiser notre mariage! » 

Après 16 ans de vie commune, ce n’est qu’une aventure de plus pour le couple qui s’est connu à l’université Laval. Malgré tout, aucune date n’est encore fixée pour la grande cérémonie. « On n’est pas encore tout à fait prêt malgré le ˝oui˝ », confie Isabelle.

Unis par la course

Isabelle Dumais Blaise Dubois
C’est à La Réunion qu’Isabelle Dumais a fini par dire « oui » – Photo : courtoisie

Car les voyages, les entraînements et les projets de toutes sortes, liés ou non à l’entreprise que Blaise a fondée et pour laquelle travaille Isabelle, ne sont que quelques bribes de leur vie de couple, dans laquelle le trail prend une place de choix. 

En effet, si Isabelle a autant la piqûre pour la course en sentier, c’est bien grâce à sa douce moitié. « C’est vraiment en rencontrant Blaise que j’ai découvert le trail. On a fait plusieurs distances et ça nous fait beaucoup bouger et voyager », raconte-t-elle.

Fréquemment parti en voyage, notamment pour offrir des formations de La Clinique du Coureur, la course reste au menu du couple. De la muraille de Chine aux îles des Caraïbes, du mont Blanc jusqu’à Venise, les amoureux ont vu quelques belles parcelles du monde grâce à leur passion pour la course en sentier.

« Notre coup de cœur, c’est vraiment l’île de la Réunion, dit Isabelle. Pour nous c’est le paradis du trail et ça en vaut le déplacement. » Elle a participé à l’organisation du séjour des « Guerriers du Grand Raid » en octobre dernier, alors qu’un groupe de coureurs élites québécois et français se sont rendus sur l’île de l’océan Indien sous l’égide de La Clinique du Coureur.

Des approches différentes

Blaise Dubois Isabelle Dumais
La famille Dumais-Dubois est très active – Photo : courtoisie

Les deux sportifs, qui ont aussi fondé le Trail de La Clinique du Coureur, ne s’entraînent pas toujours ensemble, mais ils arrivent à faire plusieurs sorties de course en couple. Isabelle avoue détenir un petit côté solitaire en ce qui concerne ses entraînements. Blaise, quant à lui, court souvent avec des amis. 

« On se complète assez bien, dit Isabelle. J’ai un côté plus ˝endurance˝ alors que Blaise, il a plus de puissance. Ce qui est aussi très important pour nous, c’est que peu importe la température, qu’il grêle, neige ou pleuve, on va toujours dehors. On ne s’entraîne jamais à l’intérieur. » 

Malgré leur amour partagé pour ce sport, leurs objectifs peuvent parfois diverger. « Blaise a toujours voulu faire de très longues distances de trail, alors que je considère qu’on n’a pas nécessairement le temps de faire tout cela. Je ne pense pas qu’il aurait nécessairement le temps de bien se reposer avec son horaire super chargé. Je crois plutôt qu’on doit voir l’entraînement comme une hygiène de vie et, chaque jour, profiter des occasions comme elles se présentent », explique Isabelle.

« Une sortie de couple vraiment parfaite, c’est de courir dans le sud, où il fait très chaud, pendant plusieurs heures. On revient exténués, mais en même temps très contents d’avoir découvert de nouveaux endroits. Sinon, complètement à l’inverse, durant l’hiver, de partir en raquettes avec une lampe frontale juste avant le souper. On revient de notre sortie et on peut simplement profiter d’un bon repas après, avec nos filles! »

À lire aussi :

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!