Ugo Ferrari et Nicolas Martin veulent aider les traileurs à « s’entraîner vraiment »

ugo ferrari nicolas martin
« Comprendre la structure d'un entraînement en trail running », d'Ugo Ferrari et Nicolas Martin

Les athlètes élites français Ugo Ferrari et Nicolas Martin aiment quand les choses sont claires, simples et efficaces. C’est donc dans un souci de vulgarisation qu’ils ont écrit à quatre mains « Comprendre la structure d’un entraînement en trail running », un livre numérique pensé pour que les coureurs en sentier et en montagne acquièrent les bases pour se préparer correctement et de façon autonome à atteindre leurs objectifs. C’est un ouvrage qui se veut accessible au plus grand nombre, sans « tomber dans des concepts trop complexes ». Ils en ont parlé à Distances+.

Tout est parti d’une idée d’Ugo Ferrari, qui s’épanouit dans le monde du trail depuis 2014, comme coureur (2e de l’Oisans Trail Tour 2020, 4e de l’Ultra Trail Cap Town 2019, 4e de la TDS 2016, vainqueur Intégrale des Causses au Festival des Templiers 2015), comme organisateur (Trail Nivolet Revard) et comme speaker sur les événements. En avril 2020, cloué au pied de la montagne par les restrictions sanitaires, le traileur fièrement savoyard s’est retrouvé privé de compétitions, mais aussi et surtout de travail et donc de revenus.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Au fil des années, Ugo a fédéré une communauté de fans autour de lui, notamment à travers son podcast hebdomadaire, dans lequel il se livre nonchalamment et à bâton rompu. Au début du confinement, il expliquait avec bonne humeur et légèreté que les fins de mois commençaient à être difficiles. Et certains de ses auditeurs y ont été sensibles. « Quelqu’un a voulu me donner de l’argent pour me soutenir, mais je ne voulais pas recevoir de chèques », a-t-il raconté à Distances+. Il a donc eu l’idée de lancer son Patreon. Il s’agit d’une plateforme permettant aux créateurs de contenus de financer leur production via un système d’abonnement payant en échange généralement d’un contenu exclusif. Certains ont immédiatement embarqué. « Et je me suis pris au jeu », reconnaît-il, satisfait.

Très vite, celui qui se fait appeler « le Duc de Savoie» sur les réseaux sociaux, avec autant d’aplomb que d’humour et de second degré, a proposé à ses contributeurs d’autres contenus, en plus de son podcast et des quelques vidéos qu’il réalise depuis 2018. Il a aussi fait appel à son ami Nicolas Martin « pour écrire des articles sur l’entraînement ». Ugo vante d’ailleurs souvent les talents de son camarade, qu’il surnomme le sourire aux lèvres « l’intendant du Trièvres » (Isère). Il faut dire qu’à 35 ans, Nicolas Martin détient un des plus gros palmarès du trail français. Il est entre autres vice-champion du monde de trail 2016, champion de France 2017, vainqueur du Trail du Ventoux 2019, 2e du Grand Trail des Templiers 2018, vainqueur de la SaintéLyon et 3e de la CCC en 2015 ou encore vainqueur de l’OCC 2014. Il vient aussi de temps en temps au micro du podcast de Ferrari pour partager ses connaissances.

Après plusieurs articles publiés, les deux garçons ont réalisé qu’il y avait sans doute quelque chose à faire avec toutes ces connaissances. « On s’est rendu compte que, mis bout à bout, il y avait beaucoup de matière », se souvient Ugo, qui a proposé à son grand ami, l’automne dernier, de regrouper tous ses articles sous la forme d’un livre numérique.

À lire aussi : Courir moins pour courir mieux

Le taquin et l’érudit

nicolas martin ugo ferrari
Nicolas Martin et Ugo Ferrari sur le parcours de l’Ultra-Trail Cape-Town 2019 en Afrique du Sud – Photo : UTCT

Nicolas Martin et Ugo Ferrari se sont rencontrés en 2014 lors du Trail de la Drôme où se tenait le championnat de France. Le premier avait pris la 2e place, le second s’était classé 17e. À l’époque, Ugo était encore un jeune aspirant venu du cyclisme tandis que Nicolas était déjà membre de l’équipe de France de trail.

«Je pensais que les traileurs étaient des guignols qui couraient à deux à l’heure, se remémore Ugo avec sa gouaille habituelle. J’avais enchaîné le championnat de France de course en montagne et la Maxi-Race et, lui (Nicolas), au lieu de se dire que j’étais un énième idiot qui allait faire n’importe quoi, il s’est intéressé à moi. Il m’a encouragé et j’ai fini par prendre le même entraîneur que lui (Patrick Bringer, NDLR). »

Ugo Ferrari et Nicolas Martin sont par la suite devenus des figures du trail, chacun à leur manière.

Pour caricaturer le duo, il y a d’un côté Ugo, le petit frère taquin qui court partout en sautant sur le canapé en tirant la langue, et de l’autre, le grand frère, posé, sage et bienveillant, qui aime bien emmener le frangin gambader en forêt pour qu’il dépense son énergie, et qui s’amuse de ses bêtises tout en essayant de les rattraper.

Plus sérieusement, Nicolas Martin est aujourd’hui l’un des tauliers de l’équipe de France, capable d’être performant sur toutes les distances, même s’il ne s’est pas encore aventuré au-delà de 100 km. Passionné par l’entraînement, il a cherché à comprendre les facteurs de la performance tout au long de sa carrière pour finalement se former auprès de la Fédération française d’athlétisme (FFA). Coach titulaire d’un diplôme universitaire (DU) en trail running, il suit actuellement un certificat de qualification professionnelle en athlétisme et projette de passer le diplôme d’accompagnateur de moyenne montagne. Ses connaissances et son expérience en matière d’entraînement l’ont ainsi conduit à rédiger la partie sportive et « scientifique » de cet ouvrage.

Voix du « trail dévergondé », Ugo Ferrari est une « grande gueule » reconnue pour son humour et son franc-parler sans détour. Mais lui aussi est un compétiteur expérimenté, qui aime partager et expliquer ses performances, mais aussi questionner publiquement et sans se trouver des excuses ses déroutes, comme tout récemment lors du Swiss Canyon Trail, qui ne s’est pas exactement passé comme il l’espérait (alors qu’il avait terminé 2e un peu plus tôt de son premier trail de la saison en Italie). C’est donc sous forme d’anecdotes, tirées de son vécu, qu’il a apporté sa contribution, parfois avec la satire qu’on lui connaît, dans chaque partie du livre.

« Sachant que je m’adressais à des gens qui me ne connaissaient pas, je me suis quand même autorisé un peu moins de choses », a-t-il tout de même pris la peine de souligner. Il souhaitait aussi l’aider à « dépoussiérer certains gros mots de la préparation physique » qui ne parlent pas forcément au commun des mortels.

À lire aussi : Voici 10 bonnes façons de ruiner sa course

Une vision plus terrain que scientifique

Nicolas Martin
Nicolas Martin, 9e et 2e Français au classement du GTC 2020 – Photo : Philipp Reiter / Golden Trail Championship / Azores Trail Run

Plusieurs ouvrages sur le trail running ont été publiés ces dernières années. Si certains relèvent de la catégorie scientifique, comme les livres d’Éric Lacroix (la série « Trail! »), de Pascal Balducci et Anthony Berthou (« Les 12 séances clés du trail ») ou plus récemment de Véronique Billat, co-écrit avec le journaliste Sylvain Bazin (« Révolution Trail »), d’autres sont signés par des athlètes et s’appuie sur la pratique, comme « Up! », un manuel d’entraînement pour le trail et le ski alpinisme, de Kilian Jornet et Steve House. Le livre numérique d’Ugo Ferrari et Nicolas Martin appartient plutôt à cette seconde catégorie.

Sans surprise, la vision terrain est omniprésente dans ce bouquin. Il traite des qualités à développer chez le traileur et donne une proposition de planification « qui ne doit pas être suivie à la lettre, mais servir la construction d’une saison », selon eux. La plupart des sujets y sont abordés, en particulier ceux spécifiques au trail comme la technique de descente ou la question du « pacing » sur des terrains à fort dénivelé. 

« C’est quelque chose qu’on aurait aimé trouver lorsqu’on a débuté le trail », a expliqué Ugo à Distances+. Je suis sur pas mal de groupes Strava et quand je vois les séances des gens, je me dis qu’ils ne s’entraînent pas vraiment. Et c’est une situation regrettable, selon lui. La tendance des entraînements « productifs » devrait primer dans une discipline en plein développement.

« Je pense qu’on a fait quelque chose qui n’existait pas, se félicite pour sa part Nicolas Martin. Il manquait quelque chose pour la personne qui veut juste lire sans tomber dans des concepts trop complexes. »

Avec leur livre « Comprendre la structure d’un entraînement trail running », Ugo et Nicolas ont voulu s’adresser à la fois au débutant, qui n’y connaît rien, et à l’athlète aguerri, qui souhaite mieux comprendre les concepts et les séances que lui donne son entraîneur. 

« L’enjeu, c’est la compréhension, affirme Nicolas. Nous évoluons dans une discipline assez jeune et il n’y a pas beaucoup d’études qui sont sorties dessus. Celles qui sont sorties n’ont pas été vulgarisées. » 

À lire aussi : Quelle est la différence entre le trail et la course en montagne?

Le cadre flou de l’entraînement de trail running

Ugo Ferrari
Ugo Ferrari, Duc de Savoie autoproclamé – Photo : Justin Galant

La connaissance de l’entraînement et l’encadrement de la pratique du trail running seront de véritables enjeux dans les années à venir, croient les deux coureurs de haut niveau, parce que le trail est encore un sport jeune. De nombreux pratiquants sont d’ailleurs autodidactes. Tout comme Ugo Ferrari, « j’ai moi-même un parcours autodidacte », fait remarquer Nicolas Martin. J’avais d’ailleurs quelques lacunes sur lesquelles j’ai dû faire des recherches pour le livre. C’était très intéressant de ce point de vue là. » 

Malgré leur expérience, les deux traileurs se sont questionnés sur leur légitimité à ainsi prendre la parole sur un sujet précis comme le trail. « Je n’aurais pas eu le courage de sortir ça tout seul », a avoué Nicolas à Distances+. Ugo, lui, croyait dur comme fer en leurs capacités communes. « J’avais parfois l’impression que Nicolas ne se sentait pas légitime. Je traîne beaucoup sur internet et je vois des usurpateurs qui vendent des choses très chères et qui n’expliquent rien. Je sentais qu’il était en train d’écrire un vrai truc, et j’étais presque sûr que ça plairait. » Il estime qu’il ne peut pas s’être trompé. 

En France, le diplôme est un gage de qualité, mais surtout la condition sine qua non pour exercer comme entraîneur. En tant qu’auteur principal du livre, Nicolas Martin s’est également questionné sur la viabilité de la situation actuelle « Pour moi, il y a une dissonance. La prérogative de l’entraînement, c’est la FFA. Cependant, l’encadrement en terrain spécifique, c’est-à-dire en montagne, relève normalement des guides ou accompagnateurs. On est dans un flou juridique. Ce sont des choses qui mériteraient d’être structurées avec, par exemple, une option dans le diplôme d’entraîneur athlétisme pour encadrer en montagne. »

Les auteurs du livre assument le « simple partage d’expérience » que propose leur livre numérique. Ils le recommandent comme une entrée en matière pour quiconque souhaiterait s’attaquer à des ouvrages de référence qui d’après eux « frôlent la perfection en terme sportif » comme ceux d’Éric Lacroix ou de Pascal Balducci pour ne citer qu’eux.

La version papier du livre « Comprendre la structure d’un entraînement en trail running » est prévue. Il devrait avant cela être « gonflé de quelques chapitres » et complété en fonction des retours des lecteurs.

En tout cas, cette expérience éditoriale les a motivés à voir plus loin. Nicolas Martin assure par exemple réfléchir à écrire un ouvrage « presque philosophique » traitant du sport et de la manière dont l’utiliser pour améliorer sa vie.

Le livre numérique, « e-book » en bon français, « Comprendre la structure d’un entraînement en trail running » est disponible uniquement en ligne sur le site d’Ugo Ferrari, évidemment baptisé l’antre du Duc.

Un texte écrit avec la collaboration de Nicolas Fréret

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!