Sarah Verguet Moniz remporte la Montagn’Hard dans les Alpes

Sarah Verguet Moniz à l'entraînement en vue de la Montagn'Hard 2019 - Photo : Steve Rochon
Sarah Verguet Moniz durant sa préparation à la Montagn’Hard 2019 – Photo : Steve Rochon

Sarah Verguet Moniz a encore frappé un grand coup dans les montagnes françaises. La coureuse de Sherbrooke a remporté ce samedi l’épreuve reine de la Montagn’Hard, son deuxième ultra-trail en un mois en Europe. Une course qui a malheureusement dû être sérieusement raccourcie en raison d’une alerte aux orages violents.

La Montagn’Hard est une course de haute montagne qui se démarque par son fort ratio km/dénivelé. Samedi matin, Sarah a quitté Saint-Gervais-les-Bains, à quelques kilomètres de Chamonix, motivée pour 108 km et 8050 m de D+. Très en jambes après plusieurs semaines d’entraînement spécifique, elle a rapidement imposé son rythme en restant au contact des hommes en tête de course. Mais après 64 km et 4400 m de dénivelé, les organisateurs ont arrêté les coureurs et acté la fin des hostilités. Les prévisions météo étaient trop alarmantes. À ce moment-ci, elle était première féminine et 6e au classement général.

« J’ai gagné, mais je suis triste de ne pas avoir tout fait, car c’est la course où j’ai le mieux géré mon effort, a confié Sarah à Distances+. Je n’avais eu aucune raideur aux quads dans les descentes, même après plus de 60 km. »

Il n’est pas impensable d’imaginer que Sarah avait la forme pour remonter les premiers avant l’interruption de la compétition. « La course était à mi-chemin, donc il y a beaucoup de choses qui pouvaient encore se passer, mais ça allait bien, assure-t-elle. Au dernier ravito, j’ai dépassé le sixième. Il avait l’air claqué donc peut-être que les autres en avant l’étaient aussi… »

Sarah dit avoir été une nouvelle fois « éblouie » par la beauté des montagnes. Même en tête, elle a d’ailleurs pris le temps de faire quelques photos des paysages.

Fraîche comme une rose après plus de 50 km

Sarah Verguet Moniz, même en tête de la course, a pris des photos du paysage alpin - Photo : Sarah Verguet Moniz
Sarah Verguet Moniz, même en tête de la course, a pris des photos du paysage alpin – Photo : Sarah Verguet Moniz

L’athlète féminine Distances+ 2018 a quitté Saint-Gervais avec plus de satisfaction que de frustration, même si elle devra encore attendre un peu pour confirmer ses belles sensations. « En fait, je n’étais pas trop certaine d’être capable d’aller sur des distances pareilles, car dans tous les ultras que j’ai faits à date, j’arrivais à mi-parcours un peu éclatée. Mais hier (samedi), je me suis dit qu’il fallait absolument commencer tranquillement, ce que j’ai fait, et qu’il fallait que je m’hydrate et que je mange comme il faut, ce que j’ai fait aussi. Je suis arrivée au ravito du km 51 fraîche comme une rose. »

Elle envisage donc de mettre de plus longues courses à son calendrier futur, même si elle estime qu’il « ne faudra pas qu’elles soient trop techniques ».

Entraînement en haute montagne payant

Sur le parcours de la Montagn'Hard - Photo : Sarah Verguet Moniz
Sur le parcours de la Montagn’Hard – Photo : Sarah Verguet Moniz

Elle a constaté que son choix de venir passer du temps dans les Alpes a été bénéfique et l’a fait progresser. « L’entraînement dans les montagnes a été payant, surtout côté montées où je dépassais pas mal de monde, analyse-t-elle. Un petit peu moins dans les descentes où la peur me freine. »

Étonnamment, Sarah Verguet Moniz a trouvé la Montagn’Hard moins difficile que les courses avec moins de dénivelé et plus roulantes, comme la Volvic Volcanic Experience (110 km, 3500 m D+) qu’elle a remportée début juin. « Le fait de marcher en montée, ça permet de récupérer, justifie-t-elle. Alors que dans une course où tu cours tout le temps, tu ne récupères jamais. »

Décision difficile pour les organisateurs

L’alerte aux orages en Haute-Savoie s’accompagnait de craintes de vents violents, avec des rafales à plus de 100 km/h dans la vallée. Les organisateurs n’ont pas voulu prendre de risques.

« Après examen de la situation, avec guide de haute montagne, routeur météo et gens du coin, on a décidé qu’il n’était pas possible légalement et humainement de prendre le risque de laisser coureurs et bénévoles dans de telles conditions, a expliqué le directeur de course de la Montagn’Hard. J’ai donc décidé de tout faire pour rapatrier tout le monde avant 16 h à Saint-Nicolas, en courant dans la mesure du possible, en navette quand on ne pouvait pas faire autrement. »

Encore quelques semaines dans les Alpes avant le retour au Québec

Deux semaines après sa victoire à la VVX, et trois semaines avant cette nouvelle victoire à la Montagn’Hard, Sarah Verguet Moniz avait terminé deuxième du Trail des Crêtes du Chablais (53 km, 3825 m D+). Un excellent résultat parce qu’il s’agissait d’une course de rodage sur un format plus court que ce à quoi elle est habituée. Elle devrait également être au départ, le 11 août, d’une troisième compétition savoyarde, le Trail des Hauts Forts, entre les stations d’Avoriaz et de Morzine (51 km, 3900 m de dénivelé), avant de revenir au Québec. Pour finir sa saison chez elle en beauté?

Alexandre Sauvageau a fait son QMT110 en beauté, avec son plâtre

Léonie Boudreau-Labossière remporte le 80 km du QMT avec peu d’entraînement spécifique