Le jeune Matthis Granet réalise la quatrième performance mondiale de dénivelé en 24 h

Matthis Granet
Matthis Granet durant sa préparation à sa tentative de record du monde de dénivelé parcouru en 24 heures - Photo : Frédéric Laverriere

Le traileur Matthis Granet, 23 ans, s’était entraîné comme un fou depuis le début de l’année sur les pentes du mont Veyrier, chez lui à Annecy, pour tenter de battre le record du monde de dénivelé en 24 h. S’il n’est pas parvenu à détrôner Aurélien Dunand-Pallaz, qui avait grimpé 17 218 m de D+ en 2020, il n’a rien lâché, signant le week-end dernier (5-6 juin) une performance de haut niveau avec 16 632 m de dénivelé cumulé. 

Matthis Granet avait choisi une montée de 311 m de long et de 99 m de dénivelé positif. Il a réalisé 168 allers-retours au total en 23 h 55.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Le parcours avait été mesuré par un géomètre et le défi a été chronométré via une puce électronique. 

Pour se préparer à ce défi, le jeune athlète avait annoncé avoir accumulé 435 heures d’entraînements pour 200 000 m de dénivelé depuis début janvier.

Dans les temps du record durant les premières heures

Matthis Granet
Matthis Granet durant sa tentative de record du monde de dénivelé en 24 heures – Photo : Bastien Seon

Durant les trois premières heures, Matthis a fait jeu égal avec Aurélien Dunand-Pallaz, qui lui servait de référence. Il a même un temps été légèrement en avance. Puis le membre de la Team Trail des Cîmes a basculé derrière le vainqueur de la Transgrancanaria 2021, tout en restant au contact jusqu’au passage à la cinquième heure de course.

Le jeune athlète a par la suite accumulé du retard sur les bases du record tout en continuant sa progression. Il a finalement bouclé les 24 h avec un retard de « seulement 586 m de D+ ».

« J’ai compris quand j’ai eu un coup de mou, au bout de 20 h de course, que je ne pourrais pas aller chercher le record, a confié Matthis Granet à Distances+. Après 18 h de course, on n’avait que 300 m de dénivelé d’écart donc c’était jouable. D’autant plus qu’ayant une montée plus longue, il s’était arrêté à 23 h 40. »

Le traileur a éprouvé des difficultés à s’alimenter entre la 20e et la 22e heure de course. « Après 20 h d’effort, on le paie cher, je n’avais plus d’énergie et je n’avançais plus en montée », raconte l’athlète. Il a tout de même réussi à se ravitailler les deux dernières heures, lui permettant de faire des montées aussi rapides qu’au départ.

Cette performance le place, en date du 6 juin 2021, au quatrième rang mondial derrière Aurélien Dunand-Pallaz, Patrick Bohard et l’Italien Luca Manfredi, mais juste devant Élise Delannoy, la détentrice du record du monde de dénivelé en 24 h chez les femmes. Il a grimpé 60 m de dénivelé de plus que la coureuse nordiste.

« Je suis fier de ma performance d’autant plus que c’était mon premier effort de 24 h, a assuré Matthis Granet. Cela fait aussi seulement quatre ans que j’ai commencé le trail, donc c’est encourageant pour la suite. »

En route vers l’UTMB

Bons joueurs, Aurélien Dunand-Pallaz et Élise Delannoy avaient une fois de plus mis en valeur l’excellent esprit qui règne dans le monde du trail running en encourageant publiquement Matthis Granet dans son entreprise. Le premier lui avait donné rendez-vous le lendemain (dimanche 6 juin) pour savoir s’il faillait qu’il « retourne reconquérir ce “titre” ». La seconde lui avait, elle, souhaité « de ne plus tenir seul debout » à l’issue de « cette drôle et unique aventure hors norme ».

« Je retenterai peut-être un jour, mais pas tout de suite. J’ai hâte de refaire une course normale en confrontation directe pour le moment », a indiqué Matthis Granet à Distances+. Il a en ligne de mire l’UTMB (170 km, 10 000 m D+) en août et l’Ultra-Race de la Maxi-Race d’Annecy (108 km, 6600 m D+) en octobre, ses deux gros objectifs de la saison. Pour se préparer, il prendra également le départ du 100 km (5930 m D+) de l’UT4M ou du Trail de l’Étendard (65 km, 3900 m D+) en fonction de sa récupération.

Classement mondial de l’épreuve officieuse de dénivelé en 24 h

C’est l’athlète savoyard Ugo Ferrari qui avait lancé le bal en organisant une tentative de record du monde du dénivelé en 24 h à l’automne 2019. Il s’était arrêté après 15 465 m de D+. Matthis Granier l’a d’ailleurs publiquement remercié pour avoir été pour lui une source d’inspiration.

Patrick Bohard devrait dans les prochains mois se lancer dans une deuxième tentative tandis que Stéphane Brogniart a prévu de s’attaquer à ce record au mois de septembre. Matthis Granet sera d’ailleurs présent pour encourager le Vosgien qui a été « une de [ses] sources d’inspiration » lorsqu’il s’est mis au trail.

Après avoir glissé un mot d’encouragement pour Patrick Bohard, Matthis Granet s’est dit « super content de voir que les tentatives vont perdurer ». Selon lui, c’est un beau défi physique et mental.

Voici le classement en date du 9 juin 2021, sur la base des performances rendues publiques par les athlètes :

  1. Aurélien Dunand-Pallaz (France) : 17 217 m D+
  2. Patrick Bohard (France) : 17 130 m D+
  3. Luca Manfredi Negri (Italie) : 17 020 m D+
  4. Matthis Granet (France) : 16 632 m D+
  5. Élise Delannoy (France) 16 572 m D+
  6. Juha Jumisko (Finlande) : 16 054 m D+
  7. Ugo Ferrari (France) : 15 467 m D+

Article écrit avec la collaboration de Nicolas Fréret


À lire aussi :

– En septembre dernier, Aurélien Dunand-Pallaz avait établi la meilleure marque mondiale de dénivelé parcouru en 24 h

– L’expérimenté Patrick Bohard avait lui aussi relevé ce défi et établi, pour une semaine seulement, le record du monde avec 17 130 m D+

– Élise Delannoy a réalisé sur ses terrils du nord, à la fin de l’été 2020, la quatrième meilleure performance (à l’époque) et le record féminin de l’épreuve

– À l’été 2020, l’ultra-traileur québécois Jean-Francois Cauchon s’était lancé le même défi, avec moins de réussite. Il avait fait une mauvaise chute durant sa tentative, l’obligeant à être transporté à l’hôpital

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!