« Tout ne s’est pas passé tel que je l’avais imaginé » : l’année 2019 de Florent Bouguin

Florent Bouguin lors de l'Ultra-Trail des Chic Chocs 2019 - Photo : UTCC
Florent Bouguin lors de l’Ultra-Trail des Chic Chocs 2019 – Photo : UTCC

D+_MaSaison2019_banniere
En début d’année, Distances+ présentait des reportages sur une quinzaine d’athlètes élites québécois et sur ce qui les attendait en cours d’année sur le plan sportif. Alors que se termine la saison, nous avons demandé à ces coureurs de jeter un coup d’oeil sur les derniers mois afin de nous partager ce qu’ils ont vécu de beau et de fort, ce qu’ils ont appris sur eux-mêmes, tout en reconnaissant leurs moins beaux moments et leurs réflexions. Aujourd’hui : Florent Bouguin.

Cette saison 2019 d’ultra-marathon en sentiers est tout un parcours et, comme vous, elle me projette dans un monde de privilégiés :

  • Privilégié d’être sur ces lignes de départ dans des lieux de notre planète tous plus idylliques les uns que les autres: les forêts boréales enneigées, le lagon turquoise des Caraïbes (Traces du Nord Basse-Terre, 2e), les hautes montagnes isolées du Canada (Ultra-Trail des Chic-Chocs, 3e) ou une île intense au cœur de l’océan indien (Diagonale des fous, DNF).
  • Privilégié de continuer cet apprentissage de coureur, en particulier la gestion des blessures, l’importance de la prévention et la qualité de l’entraînement.
  • Privilégié de partager la vie de personnes incroyables comme mon amoureuse et nos enfants. Les rencontres de gens généreux se multiplient. Tous différents et tous unis par cette expression du simple bonheur.
  • Privilégié d’évoluer au sein de notre communauté et de bénéficier de son authenticité et de son énergie. Nous devons évoluer vers des actes plus durables; notre planète nous le demande. Nous n’avons pas de leçons à donner, mais ne devrions-nous pas mener par l’exemple ce changement de comportement?
  • Privilégié de pourvoir écrire ces quelques mots et d’avoir un forum pour promouvoir ce qui m’est cher. Merci du temps que vous accordez à les lire.
Florent Bouguin prend le départ de sa deuxième Diagonale des fous - Photo : Nicolas Fréret
Florent Bouguin un peu avant le départ de sa deuxième Diagonale des fous – Photo : Nicolas Fréret

Tout ne s’est pas passé tel que je l’avais imaginé dans mon parcours d’ultramarathonien cette année (ndlr : blessure tôt dans la saison et contraint à l’abandon à la Diagonale des fous). C’est bien cela la réalité que nous partageons tous. C’est cela la beauté de ce sport. Les ultramarathons ont ceci de spécial : ils nous enseignent l’humilité. Ils nous font progresser vers on ne sait où. Nous façonnons notre futur par nos actes comme nous façonnons nos ultras par nos pas.

Vivement 2020! Pour courir où, pour courir vers quoi, pour courir pourquoi? La réponse apparaîtra à travers nos parcours de privilégiés.

À lire aussi :