Élisabeth Cauchon : une saison pour aller plus loin

Elisabeth Cauchon
Élisabeth Cauchon - Photo : Charles Sansregret

D+LaSaison2017_BannièreLongue

La victoire des frères et soeurs Jean-François et Élisabeth Cauchon à l’Ultra-Trail Harricana en 2016 avait fait sensation dans le petit monde de la course en sentier. Élisabeth avait remporté le 80 km chez les femmes – une performance remarquable considérant qu’elle n’a que 25 ans, et Jean-François l’ultra de 125 km. La saison 2017 d’Élisabeth s’annonce bien remplie pour cette jeune athlète éperdument amoureuse de la course.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

Cette passion est née très jeune. « Enfant, j’accompagnais mes parents dans de longues randonnées pédestres, c’est là que tout a commencé », dit Élisabeth. Toute la famille se rendait dans les Adirondacks ou encore au Mont Washington, et l’enfance a été baignée par la montagne.

Puis, un premier déclic est survenu plusieurs années plus tard, en 2014, lors de l’épreuve du 28 km de l’Ultra-Trail Harricana. « J’ai vraiment aimé ça et c’est depuis ce temps que je pratique plus sérieusement la course en sentier », dit-elle.

Le Marathon d’Ottawa

Aimer la course en sentier ne signifie pas renier la route. Ces jours-ci, Élisabeth s’entraîne d’ailleurs pour le Marathon d’Ottawa qu’elle espère compléter en un peu moins de 3 h 30. « J’ai intégré deux séances d’intervalle dans mon entraînement hebdomadaire et j’augmente progressivement mes distances pour me rapprocher du 100 km par semaine », explique-t-elle.

Sa saison en sentier va véritablement débuter avec le Skymarathon dans le cadre de l’Ultra-Trail du Mont Albert, une épreuve de 45 km en plein cœur du Parc de la Gaspésie. « C’est sûr que j’aimerais ça monter sur le podium. C’est un bel objectif, on ne sait jamais », confie-t-elle modestement.

Découvrir l’Ultra-Trail du Mont-Blanc en spectatrice

Plus tard en saison, elle compte compléter l’épreuve du XC de la Vallée. « Je veux vraiment faire les trois jours de compétition. C’est l’objectif que je me donne », dit-elle. Puis, en septembre, elle va accompagner son frère, Jean-François, à Chamonix, où il va prendre part à l’Ultra-Trail du Mont Blanc. « J’y vais pour l’encourager. J’aurai bien aimé participer à une autre course sur place mais tout est déjà complet », précise-t-elle.

Une participation à l’Ultra-Trail Harricana, en septembre, n’est pas exclue. « J’aimerais vraiment ça y participer mais ça va dépendre de la date de mon retour de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc », explique Élisabeth. Puisque la distance du 80 km n’est pas au programme cette année, c’est la distance du 65 km qui lui apparaît l’alternative la plus probable.

Entraînement dirigé

Jean-Francois_Cauchon_Elisabeth_cauchon_nuit
Jean-François et Élisabeth Cauchon / Photo : Charles Sansregret

Comme Jean-François et Élisabeth habitent tous deux à Cap-Rouge, en banlieue de Québec, ils font presque tous leurs entraînements ensemble. « Jean-François est quand même plus fort que moi. Il me pousse beaucoup plus que si je m’entraînais seule, surtout pour les tempos. »

Elle se dit très confiante de la saison qui s’annonce. « En ce moment, je suis bien plus entrainée qu’à la même époque l’année dernière. J’ai été bien plus assidue ». En plus de la course, c’est également une passionnée de télémark et de soccer, des sports qu’elle pratique assidûment.

Même si elle constate une augmentation constante du calibre des participants dans les compétitions, elle sait être zen, attitude sans doute fort utile dans son métier d’infirmière clinicienne. « Je fais mes courses d’abord pour moi. Que je termine première ou dixième, je vais être contente si j’atteins mes objectifs, dit-elle. Ce que j’aime au fond, c’est d’être dehors et découvrir de nouveau paysages. »

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!