David Jeker revient du Hong Kong 100 plutôt insatisfait

david jeker
David Jeker - Photo : Sunny Lee

Il a terminé 13e au classement général du Hong Kong 100, en 11 h 35 min, ce qui est fort honorable. Malgré tout, le coureur québécois David Jeker n’est pas content. « Si je compare avec d’autres courses que j’ai faites, ce n’est pas ma meilleure », affirme-t-il d’emblée.

« Mon niveau [compétitif] m’aurait permis de faire un top 10 », explique l’athlète de 28 ans, qui dit avoir opté pour une mauvaise stratégie de course et fait le choix d’un plan nutritif qui ne lui convenait pas au cours des derniers mois.

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

On est en contact!

On n'envoie pas de spam :)

« Je suis parti conservateur et ça n’a pas payé. À l’avenir, je vais revenir à mon ancienne stratégie, qui est de partir gonflé à bloc », dit David Jeker.

Au premier ravito de cette course membre de l’Ultra-Trail World Tour (UTWT), il était assez bien positionné, soit en 12e position, malgré son départ plus lent qu’à l’habitude. Or, il n’a jamais été capable de rattraper le peloton de tête et d’effectuer des dépassements.

« Au 20e kilomètre, je me suis retrouvé tout seul pendant au moins une heure. C’est à ce moment-là que je suis tombé dans une allure trop lente. Quand tu cours seul, c’est plus difficile. »

En 2015, Jeker avait pris l’habitude d’un programme nutritif élevé en lipides et faible en glucides. Après la saison, il est revenu à un plan plus traditionnel, ce qui n’a pas donné les résultats escomptés. Lorsque le corps s’habitue à une manière de s’alimenter, il ne réagit pas toujours bien à un changement rapide.

Il veut maintenant reprendre ses anciennes habitudes, où plus de 60 % de ses besoins caloriques sont comblés par un apport lipidique.

Une expérience tout de même agréable

Si les choses ne se sont pas passées comme prévu du côté de la compétition, David Jeker revient tout de même de Hong Kong enchanté. « J’ai adoré mon voyage », dit-il, d’autant plus qu’il s’agissait d’un premier séjour en Asie.

Il s’est permis de courir avant la compétition sur l’île de Lantau, tout juste à côté de Hong Kong, et de visiter la ville.

Il a de plus retrouvé quelques-uns de ses bons amis du circuit des ultras, notamment Luca Papi, avec qui il a pris une photo… disons… mémorable. Les deux coureurs ont posé presque nus, n’ayant pour cache-sexe que leur dossard.

« Tout le monde fait une photo de son matériel répandu sur le lit ou par terre avant le départ et moi, j’ai toujours trouvé ça ridicule. On voulait montrer nos numéros de bib, au cas où les gens voudraient nous suivre, et aussi faire quelque chose pour notre commanditaire WAA. Ça a bien marché, parce que les gens en ont beaucoup parlé! »

david jeker luca papi
David Jeket et Luca Papi prêt pour la course – Photo : page Facebook de Luca Papi

Prochaine étape

De retour à Lausanne, en Suisse, où il termine une maîtrise en sciences du sport, David Jeker se prépare maintenant pour son prochain grand défi, la course Transgrancanaria, qui aura lieu début mars et qui fait aussi partie de l’UTWT.

« L’an dernier, j’y suis allé et j’ai abandonné, alors c’est ma revanche », dit-il. En effet, il s’était blessé quelques semaines avant la course, ce qui n’était pas idéal pour performer.

Par la suite, il participera, en juin, à une course de 80 km au mont Blanc et, en juillet, au X-Alpine du Trail Verbier Saint-Bernard, en Suisse. Il prendra part à sa troisième course du circuit de l’UTWT en août, à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB).

Le gagnant de la course de 125 km à l’Ultra-Trail Harricana 2015 ne sait pas encore s’il défendra son titre cette année, puisque l’UTMB se tient tout juste deux semaines plus tôt. « Je me rends compte que je récupère assez vite, alors ça se peut que j’y aille », lance-t-il, songeur.

Distances+ inspire ses lecteurs à mettre le sport dans leur vie, afin qu’ils connaissent une amélioration de leur santé globale, physique et mentale. Notre magazine oeuvre à une société plus saine. Vous pouvez faire une différence pour nous permettre de poursuivre notre mission en devenant un contributeur régulier. Nos articles ne sont pas gratuits : un journaliste a travaillé pour l’écrire. L’information n’est pas produite par magie : nous avons besoin de votre appui pour continuer. Vous lisez Distances+ ? Merci!