Les paysages du Grand Nord québécois s’ouvrent aux coureurs en sentier

GRAND NORD - Mont-Laurier2 - Mathieu Dupuis
Au Mont-Laurier / Photo : Mathieu Dupuis

Eeyou Istchee, ou « pays des Cris », est fidèle à un peuplement millénaire. Ce territoire est une immensité d’eau, parsemée d’un peu de terre, entre les lacs et les rivières. Situé entre le 49e et le 55e parallèle, c’est une région grande comme l’Allemagne, riche en aventures et accessible par la route. Loin de la cohue des sentiers plus touristiques, plus foulés, ce territoire invite le coureur de sentiers, été comme hiver, à explorer des espaces exotiques et à savourer l’air du Grand Nord. C’est une région où la nature est authentique, unique, à la limite austère. Elle a tout à offrir, mais à sa façon, sans compromis.

Dans ses paysages majestueux vit une population accueillante qui vous invite à venir vous ressourcer et à découvrir réellement ce qu’est le Nord-du-Québec, espadrilles aux pieds !

Sur ces terrains couverts de forêts d’épinettes noires, vivent une faune et une flore particulières. Des merveilles de la nature s’y retrouvent comme des plantes carnivores, des orchidées, des hardes de caribous qui vivent parmi de gigantesques témoins de la dernière glaciation. Pour le coureur, il est fréquent de ramener plus que ce que l’on était allé chercher.

Photo : Annie-Claude Roberge
Photo : Annie-Claude Roberge

Des sentiers pour tous

Dans toutes les municipalités jamésiennes, des réseaux de sentiers s’offrent à vous. De niveau facile à expert, vous en trouverez toujours, pour tous les goûts. Demandez, et on vous les indiquera. Ils sont tout près !

Vos espadrilles fouleront alors un socle rocheux, l’un des plus vieux de la planète, qui remonte à ses origines, lorsque la Terre venait à peine de se former, il y a 4,54 milliards d’années. Vous y verrez d’anciennes cheminées volcaniques, courrez dans des failles géologiques formées par des tremblements de terre de grande magnitude ou sur des amoncellements de gouttes de lave qui se sont formées sur un plancher océanique.

Vous courrez probablement sur des veines de cuivre, d’argent, d’or, de zinc et de nickel formées par des activités volcaniques ou par de gigantesques geysers ou sur de la kimberlite abritant des diamants québécois de très grande valeur.

Comme témoins millénaires du dernier grand bouleversement glaciaire, d’imposants blocs de pierre abandonnés lors de la fonte se trouvent plantés là en pleine forêt, comme déposés par une force extraterrestre. Au détour d’un sentier, vous en serez impressionnés.

Dans vos sorties, sachez que vous ferez également les mêmes mouvements sur les mêmes sentiers que les premiers humains qui ont fréquenté le territoire, voici 5300 ans lorsqu’ils chassaient leurs proies migratrices ou venaient chercher le meilleur silex du continent. La terre de la Baie-James a une âme millénaire que le coureur en sentier saura sentir dès les premiers kilomètres. Courir en Jamésie est vraiment une expérience multisensorielle, presque chamanique !

Devenez à votre tour un de ces gardiens de la mémoire ancestrale et de la sensibilité des lieux. Un terrain de jeux démesuré qui vous aidera à faire disparaître, un court instant, les limites habituelles que vous vous êtes données au fil de vos séances d’entraînement.

Au Mont-Laurier - Photo : Mathieu Dupuis
Au Mont-Laurier/Photo : Mathieu Dupuis

Renseignements supplémentaires :

Tourisme Baie-James

Guide touristique

Club de course la meute du Chibougamau

Collaboration spéciale à la recherche et à l’écriture de l’article : Johanne T. Godin de Tourisme Baie-James