Il y a trop de vainqueurs potentiels à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc!

FAVORIS-UTMB
Photo des favoris présents lors de la conférence de presse de l’UTMB 2017 – Photo UTMB

UTMB2017_Autopromo

Qui va gagner l’UTMB 2017 chez les hommes? Cette question anime les échanges entre les coureurs et les observateurs qui séjournent cette semaine à Chamonix, au pied du Mont-Blanc. Pour y faire écho, Distances+ a rencontré, le temps d’une agréable discussion de comptoir, le photographe français Alexis Berg, qui côtoie régulièrement ces grands athlètes.

Alexis, auteur du livre Grand Trail, n’est pas coureur et il « n’y connaît finalement pas grand chose », selon ses propres dires. Il n’est surtout pas très à l’aise à l’idée de passer pour un expert. Reste qu’avec le temps, dans les coulisses des ultras, les longues séances photo, et en tant que témoin des moments forts de la vie des coureurs de haut niveau, il a tissé avec la plupart d’entre eux des liens forts. Nous l’avons lancé donc sur Kilian Jornet, François D’Haene, Jim Walmsley, ou encore Xavier Thévenard, quatre vainqueurs potentiels de l’épreuve.

Kilian Jornet

Alors, qui va gagner cette 15e édition de l’UTMB, quand on sait qu’il n’y a jamais eu autant de favoris au départ? « Je n’en sais rien, répond Alexis en riant. Moi, je suis dans la fabulation, dans les sensations, je ne suis pas un statisticien. J’ai passé plusieurs jours dernièrement avec ces gars et, franchement, on ne peut pas savoir à l’avance. Pas cette fois. »

Est-ce que l’Espagnol, la vedette, « l’ultraterrestre » Kilian Jornet va gagner l’UTMB pour la quatrième fois, lui qui semble être le meilleur en montagne, quelque soit la longueur, la technicité du parcours ou les conditions météo?

« Tout a été dit sur Kilian, mais je crois que l’on n’a pas pris la mesure de ce qu’il a fait au printemps sur l’Everest. C’est un incroyable exploit », dit Alexis, rappelant que Jornet a grimpé le sommet du monde deux fois en quelques jours sans bouteille d’oxygène. « Peu de temps après, il a gagné le Marathon du Mont-Blanc. Ça en dit beaucoup sur qui est Kilian, parce qu’il y a des alpinistes expérimentés qui ont du mal à se remettre de l’Everest pendant longtemps. »

Kilian Jornet - Photo: Alexis Berg
Kilian Jornet – Photo: Alexis Berg

Jim Walmsley

Au classement mondial de l’International Trail Running Association (ITRA), Jornet est deuxième, derrière un Américain de 27 ans qui gagne à peu près toutes les courses auxquelles il prend part, en battant souvent le record de ces épreuves.

Jim Walmsley est un athlète prodige qui ne s’encombre pas d’humilité. S’il est à Chamonix, c’est pour gagner l’UTMB, a-t-il dit et répété, annonçant même vouloir incendier la course. Selon Alexis Berg, sa « confiance est immense », parce qu’il s’est entraîné comme un acharné dans le Colorado et dans les Alpes.

L’une de ses stratégies habituelles, c’est de partir « à fond » et d’essayer de tenir ce rythme jusqu’au bout. Est-ce que l’Américain va déjouer la victoire annoncée de l’Espagnol?

« Tout le monde pense qu’il va partir comme un fou, oui, mais il sait très bien que s’il part trop vite, il risque d’exploser et de ne pas aller au bout » comme à la Western States, assure Alexis qui en a discuté avec lui.

Le photographe dit aussi qu’il faut relativiser ce qui est perçu comme de l’arrogance de la part de Jim Walmsley. « Qu’il dise qu’il vient ici pour gagner, on ne peut que respecter ça. Il veut gagner, alors il se met dans cet esprit là. Évidemment qu’il veut renverser Kilian! »

« Jim, c’est le mec le plus critiqué de tous ceux qui prennent le départ, celui qui fait le plus polémique, reconnaît Alexis Berg. Il illustre quelque chose qui va changer dans ce sport, l’arrivée de jeunes athlètes qui sont formés et qui sont performants. Ils vont changer la donne. »

En même temps, le photographe s’amuse de la légèreté apparente du champion en dehors de la course. Il a d’ailleurs trinqué avec lui cette semaine encore. Car oui, même les jours précédents une course aussi capitale, Jim Walmsley continue d’avaler des pintes. Et ça ne semble pas trop lui nuire.

Dans les brasseries de Chamonix, on fantasme sur la stratégie de Kilian. Va-t-il suivre Walmsley. Ou va-t-il le laisser partir et faire sa course en attendant la faille?

L'Américain Jim Walmsley - Photo Alexis Berg
L’Américain Jim Walmsley – Photo Alexis Berg

François D’Haene

Un autre vainqueur potentiel est le Français François D’Haene, double couronné de l’UTMB et détenteur du record en 20 h 11. Ce dernier a les moyens de tripler ici.

Ce qu’il faut avoir en tête avec D’Haene, c’est qu’il « a frappé un mur après avoir enchaîné l’Ultra-Trail du Mont-Fuji, l’UTMB et la Diagonale des fous en 2014, soulève Alexis. C’est peut-être ce qu’il y avait de plus dur. À cette époque, la question que l’on se posait, c’était ‘’est-ce que Kilian Jornet est capable de battre François D’Haene?, et pas l’inverse. » Je crois que François est revenu à ce niveau. Et c’est sûrement le plus proche de Kilian [en terme de capacités athlétiques]. »

Si c’est le cas, Jornet pourrait bien trouver un partenaire de grande classe en la personne de François D’Haene.

KILIAN ET FRANÇOIS
François d’Haene suivi par Kilian Jornet, lors de la Diagonale des fous 2014 – Photo: Alexis Berg

Xavier Thévenard

Et n’oublions pas Xavier Thévenard, un autre Français qui a gagné deux fois l’UTMB. Il a remporté les quatre épreuves individuelles (OCC, CCC, TDS, UTMB).

« On pense toujours qu’il ne va pas le faire, mais il n’a jamais perdu, lance Alexis. Il n’a pas le profil d’un ‘’avoineur’’ [un coureur qui veut faire exploser les meneurs] comme les Américains, mais il est hyper habitué à cette course. C’est le mec qui a une fiabilité telle qu’il peut toujours gagner à la fin. » Y compris cette année donc.

Et tous les autres…

Il y a aussi plus de 600 autres coureurs d’élite qui ne viennent pas seulement pour admirer le paysage. Alexis Berg a d’ailleurs l’impression qu’un coureur inattendu, ou moins attendu, va créer la surprise et animer la course. « C’est souvent le cas. L’an dernier, on n’attendait pas Ludovic Pommeret », mais la canicule et les multiples abandons parmi les favoris ont permis d’avoir ce scénario exceptionnel.

Pour le suspens de cette année, outre les membres de l’armada en quête de la première victoire d’un Américain à l’UTMB (Sage Canaday, Zach Miller, Tim Tollefson, Dylan Bowman, Jason Schlarb, David Laney…), il faudra compter avec quelques Espagnols au top, comme l’actuel leader au classement de l’Ultra-Trail World Tour Pau Capell, et le champion en titre de cette série, le Lituanien Gediminas Grinius, qui connaît bien le parcours, le Britannique Andy Symonds, le Norvégien Didrik Hermansen ou encore le Néo-Zélandais Scott Hawker.

Enfin, pourquoi pas les Français, qui ont toujours à coeur de bien faire ici? Sébastien Camus pourrait être inspiré par son jeune frère, Sylvain, qui a terminé deuxième de la TDS cette semaine, ou encore les très expérimentés Julien Chorier et Sébastien Chaigneau. Quoi qu’il arrive, ce ne sera pas un UTMB comme les autres.