L’Ultra-Trail Académie prêt pour ses généreux coureurs

ultra-Trail_academie_photo_olivier_mura
Sur le parcours de l’Ultra-Trail Académie – Photo : Olivier Mura

Presque 800 personnes participent samedi à la deuxième édition de l’Ultra-Trail Académie, qui se tient à Saint-Alban, dans la MRC de Portneuf, une heure à l’est de Québec. La course, dont l’inscription se faisait sur la base d’une contribution volontaire, renforce sa présence sur la scène du trail québécois.

L’événement se veut une invitation à s’initier à la course en sentier, assure son fondateur et organisateur, Olivier Le Mener. Offrir la course au prix que le participant souhaitait payer fait partie de cette philosophie, visant à encourager les nouveaux venus à rejoindre les rangs des coureurs en sentier.

M. Le Mener assure ne pas perdre d’argent, puisqu’il « établit les budgets en fonction de la générosité des coureurs, de la communauté. » « Il y a certains éléments qui ne font pas partis des coûts d’inscriptions du dossard, précise-t-il, par exemple, le repas qu’on a dû facturer, parce que je ne suis pas en mesure de le fournir gratuitement », explique-t-il.

Les contributions ont varié entre 1 $ et 175 $.

« Le but, c’est que je souhaitais vraiment promouvoir les bienfaits de l’activité physique, de la course à pied en sentier, au plus de personnes possible », dit M. Le Mener.

En plus d’une participation à l’événement, les coureurs initiés et néophytes ont pu recevoir des plans d’entraînements et des suivis en fonction de la distance à parcourir, dans un groupe privé sur Facebook.

M. Le Mener a également organisé un week-end choc pour permettre aux participants de découvrir le secteur, la fin de semaine du 22 juin. « Pour la première édition, tout le monde avait terminé avec le sourire et sans blessures et on essaye de réitérer pour la 2e édition », dit-il.

Au moment de publier ces lignes, un peu plus de 80 personnes étaient inscrites au 57 km, et une cinquantaine sur le 47. L’épreuve la plus populaire est le 25 km, avec plus de 230 inscrits.

Un petit plateau d’élites

L’an dernier, même s’il s’agissait d’une toute nouvelle course, l’organisateur avait réussi à attirer un beau plateau d’élite, dont Mathieu Blanchard, qui avait remporté le 57 km, et le Team Cauchon, Jean-François et Élisabeth, qui avaient terminé ensemble le 47 km, se plaçant première femme et deuxième homme. Julien Lachance, Julien Gilbert, Florent Bouguin, Dave Mailloux, et plusieurs autres étaient aussi sur le fil de départ.

Jean-François Cauchon est de retour sur l’événement cette année, une semaine après avoir remporté le 50 km de l’Ultra-Trail du lac Kénogami et deux semaines après une troisième position au 110 km du Québec Méga Trail. L’athlète de Québec est dans une phase de courses-entraînement afin d’accumuler du volume en vue de sa participation à la Diagonale des fous, à l’île de la Réunion, en octobre.

Il s’attaque au 57 km cette année. « C’est un très beau parcours, avec des beaux sentiers techniques. Vraiment de la course en sentier typiquement québécoise, dans une nouvelle région à découvrir », explique-t-il pour décrire le parcours.

Pour parler de l’organisation, il n’a que des bons mots également : « Bien organisée, petite, mais bien rodée avec une ambiance familiale, amicale », lance-t-il, avouant que c’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle il a décidé de revenir cette année.

Sa soeur Élisabeth est aussi de retour dans les sentiers, mais sur le 25 km cette fois. Il faudra aussi surveiller la nouvelle vedette des sentiers québécois, Anne Champagne, qui s’attaque au 57 km, deux semaines après avoir remporté le 110 km du Québec Méga Trail, qui l’a sacrée championne canadienne d’ultra-trail. Mylène Sansoucy, qui a vécu une expérience malheureuse au Québec Méga Trail, pourrait profiter de sa participation au 57 km pour rebondir.

Geneviève Baril, actrice importante de la scène canicross au Québec, et qui avait remporté l’an dernier le 6 km, sera au fil de départ du 16 km samedi, deux semaines après sa participation au 10 km du Québec Méga Trail.

Quelques modifications

Les parcours ont été légèrement modifiés par rapport à l’an dernier. Le 7 km a été remplacé par un 6 km qui sera à 50 % en sentiers étroits et à 50 % en sentier forestier, ce qui le rend plus accessible aux nouveaux coureurs.

Un 16 km a été ajouté, soit une distance intermédiaire, afin de satisfaire le plus grand nombre de gens possible.

Par ailleurs, le 23 km est devenu un 25 km. Toutes les courses sont très techniques, sur des sentiers sur lesquels il est difficile de prendre un rythme ou de faire des accélérations, dit M. Le Mener.

Quand on lui demande ce qui différencie l’Ultra-Trail Académie des autres courses au Québec, Olivier Le Mener affirme que « c’est le côté sauvage du parc régional de Portneuf. Il est fréquenté surtout pour des activités nautiques, en raison des lacs, mais les sentiers ont préservé leurs côtés très sauvages », affirme-t-il. « On est au milieu de nulle part! »