Le Demi-marathon hypothermique devient un trail et déménage à Oka

Hypo 2016 1
Photo : courtoisie

Pour sa quinzième édition, le demi-marathon hypothermique quitte le parc Jean-Drapeau de Montréal, autant pour renouveler l’expérience que pour s’éloigner des travaux. Plus de 800 coureurs sont attendus, le 17 février prochain, dans les sentiers du parc national d’Oka, pour une course de type trail.

« La surface sera différente puisqu’on va courir sur des sentiers damés. C’est vraiment un défi hivernal, il y a des gens qui vont adorer ça, alors qu’il y a un autre créneau de coureurs qui préfère courir sur de l’asphalte comme en été », explique Caroline Kronlov, coordonnatrice des évènements pour le Coin des coureurs, organisateur de l’événement.

Considérant qu’il s’agit d’une toute nouvelle expérience, la limite d’inscription a été abaissée à 800 participants pour cette édition.

« On va voir comment les gens vont apprécier, dit-elle. Le 21 km est un aller-retour de 10,5 km et, pour la troisième année consécutive, on offre également un 10 km. Il y aura des ravitos à tous les 2,5 km où des électrolytes seront servis. »

Une autre surprise

Hypo 2016 4
Photo : courtoisie

En plus d’un changement de décor, une surprise attendra les participants à la fin du parcours.

« Il y aura un buffet sous le thème de la nourriture du terroir qui sera servi à l’abbaye d’Oka. Cet endroit sera également le lieu du rassemblement avant la course. L’inscription donne droit à l’accès au parc, à une médaille ainsi qu’à un traditionnel cadeau qui sera un sac d’hydratation », précise Caroline Kronlov.

Pour faciliter l’accès au site, le stationnement se fera à l’école secondaire voisine de l’abbaye d’Oka, alors qu’un service de navettes acheminera coureurs et accompagnateurs jusqu’au lieu de départ.

« C’est toujours un challenge avec les températures hivernales. Il y a trois ans, il avait fait -41 degrés avec le vent, se souvient-elle. À Oka, les coureurs devraient être mieux protégés du vent qu’au parc Jean-Drapeau. »

Pour les prochaines éditions, un parcours de 42 km n’est pas écarté. « C’est toujours dans mes pensées d’inclure un marathon, avoue la coordonnatrice. Je pense qu’on serait capable d’en faire un puisqu’il y a certaines portions du parc qui ne sont pas utilisées en ce moment. »