Son implication bénévole a transformé le cours de sa vie

eric fleury benevoles
Éric Fleury avec une équipe de bénévoles des Courses thématiques – Photo : Courtoisie

DistancesPlus_Benevolat_SB_728x90

Il est impossible de tenir un événement de course à pied sans un nombre considérable de bénévoles compétents et dévoués. La course Western States en compte 1600 pour ses quelque 360 coureurs. L’Ultra-Trail Harricana en recrute pas moins de 250. Certains s’impliquent pendant des jours sans dormir. D’autres planifient leurs vacances en fonction de leurs événements favoris. Mais qui sont ces bénévoles? Quelles sont leurs motivations? Découvrez avec nous les histoires de bénévoles inspirants, dans ce dossier spécial sur le bénévolat.

*

Éric Fleury pensait avoir trouvé sa vocation. Après des études en administration au HEC Montréal, il a occupé le poste de vérificateur interne senior pendant treize ans. Tout allait rondement, jusqu’à ce que son implication bénévole pour la course du Lac Brome change complètement le cours de sa vie.

« Quand on mon ami Jean Joly m’a demandé de l’aider dans l’organisation du Tour du Lac Brome, en 2007, j’étais loin de m’imaginer où cela allait m’amener. Jamais je n’aurais pensé que j’aurais pu gagner ma vie dans le domaine de la course », confie aujourd’hui l’organisateur et directeur d’événements de Courses Thématiques.

« Au départ, j’oeuvrais à titre de conseiller financier bénévole pour l’organisme. Je m’occupais également du volet protocole lors des événements, notamment de la remise adéquate des prix selon les résultats. J’ai fait cela pendant cinq ans, sans aucune ambition professionnelle », raconte Éric.

Un chemin qui s’est imposé

Comme la plupart des événements de course au Québec, le Tour du Lac Brome a cependant connu une progression impressionnante au cours des dernières années, passant rapidement de 500 à 3500 participants. « À chaque année, j’étais bénévole, mais c’était devenu une grosse organisation », poursuit Éric.

La charge de travail pesait de plus en plus et il était devenu nécessaire que des personnes soient engagées pour soutenir l’organisation de façon professionnelle. « C’est alors que Jean m’a demandé si je voulais embarquer dans le Tour du Lac Brome comme employé. J’ai dit oui. Et c’est comme ça que tout a commencé ».

Une expérience formatrice

Éric souligne l’importance qu’a eu le bénévolat sur sa vie. « Ça me faisait du bien d’être impliqué bénévolement dans d’autres choses que mon travail. J’aimais cela et j’ai vu qu’il y avait beaucoup de choses que je pouvais apprendre », explique celui qui est aujourd’hui bien ancré dans le milieu de l’organisation de courses, et qui est visiblement content d’avoir suivi ce parcours imprévu.

Il rappelle d’ailleurs qu’être bénévole est une excellente opportunité pour acquérir de l’expérience dans les différents volets du monde de la course. Selon l’organisateur, la meilleure approche est d’être prêt à toucher à un peu de tout. « Rester dans nos pantoufles, c’est réconfortant, mais ce n’est pas la meilleure formule pour apprendre », croit-il.

Éric Fleury (gauche) avec un coureur des Courses thématiques - Photo: Courtoisie
Éric Fleury (gauche) avec un coureur des Courses thématiques – Photo: Courtoisie

Comprendre les deux côtés de la médaille

Son intérêt pour le bénévolat demeure d’ailleurs toujours aussi pertinent, sinon même davantage, croit-il. Dans ses temps libres, il s’implique toujours au Tour du Lac Brome à titre de co-directeur et continue à offrir de son temps à quelques autres organisations comme le Championnat d’athlétisme intérieur.

Grâce à ces implications, Éric comprend bien ce que c’est que d’être bénévole. Son expérience lui a appris plusieurs choses : « Lorsqu’une personne est bénévole, c’est certain qu’il y a un certain niveau d’implication, mais ce n’est pas parce qu’une personne accepte de donner de son temps qu’elle va accepter de se faire parler de n’importe quelle façon ».

Ses implications lui rappellent aussi combien il est important que la personne bénévole soit encadrée, respectée et qu’il y ait une certaine forme de gratitude de la part de l’organisation.

Malgré tout, après ces belles années comme directeur d’événements de Courses Thématiques, Eric Fleury n’envisage pas poursuivre sa carrière à long terme dans ce milieu. « Je pense que c’est un métier où plusieurs peuvent rester très longtemps. Je crois que cela va rester une tâche dans laquelle je resterai impliqué encore pour un bon moment, mais ce ne sera peut-être pas ma tâche principale dans quatre ou cinq ans », prévoit-il.

Si tout se déroule comme il le souhaite, il aimerait poursuivre son aventure chez Courses Thématiques comme bras droit d’un directeur d’événements mais il aimerait aussi continuer à aider d’autres entreprises à se développer.