Pineland Farms Trail : une course symbolique pour Nancy Taillon

nancy_taillon_trail_clinique_du_coureur
Photo : Trail de la Clinique du coureur

Plus de 40 coureurs québécois descendent ce weekend vers le sud pour s’amuser sur ces terres agricoles du Maine, au cours de la 13e édition du Pineland Farms Trail Running Festival à New Gloucester. Parmi ceux-ci, la coureuse Nancy Taillon qui s’attaquera à son premier 50 km. 

Cette course sera très significative pour la Beauportoise qui a traversé une année 2017 éprouvante, puisqu’on lui a diagnostiqué une tumeur non-cancéreuse au cerveau. Elle a dû revoir ses objectifs à la baisse, prendre beaucoup de repos et faire preuve d’une grande résilience.

Elle espère profiter pleinement de l’événement, qui attire chaque année plus de 2000 participants sur l’une ou l’autre des sept distances proposées. Il est réputé pour son esprit convivial, ses médailles en forme de cloches à vache et son immense repas. 

Quand tout s’écroule

Coureuse sur route depuis plusieurs années, Nancy Taillon s’oriente vers les sentiers en 2016. Elle y prend rapidement plaisir et décide avec une amie de s’inscrire au 42 km de l’Ultra-Trail Harricana (UTHC) en septembre 2017. 

Débute l’entraînement pour ce beau défi jusqu’en janvier 2017, où elle apprend qu’une tumeur s’est installée tout près de sa moelle épinière. Bien que la masse soit bénigne, elle menace éventuellement de paralyser Nancy en prenant de l’expansion. 

« Tout s’écroule! Tu te dis ‘’pourquoi moi? Je fais attention à ma santé!’’ », dit Nancy La chirurgie étant trop risqué, la radiothérapie à faibles doses devient la seule solution d’empêcher la masse de croître.

Apprendre la résilience

Bien que les traitements soient de courte durée, les effets secondaires se font ressentir rapidement et la fatigue ralentit  beaucoup l’entraînement. 

« Je n’arrivais pas à faire des longues distances. J’ai dû écouter mon corps et y aller plus doucement », dit Nancy. 

Les traitements se terminent en avril, ce qui laisse peu de temps à l’athlète pour se préparer pour le Trail de la Clinique du Coureur qu’elle s’était donné comme objectif de mi-saison. 

Elle se lance tout de même sur le parcours technique du 30 km et le termine à bout de force. 

« C’était la pire course de ma vie! Je suis arrivée et on démontait le site! », se rappelle-t-elle. Nancy n’était pas encore au bout de ses peines. Les maux de cœur et la fatigue se font toujours ressentir alors que le but ultime approche. Elle doit alors prendre la décision de réduire la distance prévue à Harricana. Sur le coup, elle voit cela comme une défaite, mais elle fait rapidement le constat que c’était la meilleure décision à prendre.

Au filnal, elle passera du bon temps sur le parcours de 28 km.

Du repos pour mieux se relever

Après l’Ultra-Trail Harricana, le corps de l’athlète lui envoie un message clair : une bonne pause est de mise. 

Elle passe donc l’automne au repos et ne sort que très rarement, et cela, seulement pour son plaisir personnel. 

C’est au début de l’hiver, un an après l’annonce de son diagnostic qu’elle commence à s’entraîner en intervalles avec le club de course les Kamikazes de Boischatel. 

Puis, vient le « ok » du neurochirurgien : la masse n’a pas évolué. Elle passe donc en mode « motivation », à la recherche du prochain défi. Le 42 km ne revenant qu’aux deux ans à Harricana, son choix se tourne alors vers le 50 km de la Pineland Farms Trail. La course se déroule sur des terres agricoles et offre une parcours valloneux et peu technique parfait pour le grand retour en sentier. 

Nancy s’est donc entraînée sérieusement tout l’hiver, car elle avait besoin de courir, tout simplement. « J’aime courir et j’en ai besoin sinon je deviens avec un caractère exécrable », dit-elle. Elle se sent d’attaque et a très hâte de courir son premier ultra.

Et après?

Nancy prévoit évaluer son état général après le weekend avant de fixer ses prochains défis. On devrait la voir sur les sentiers de Charlevoix en septembre prochain encore une fois. 

Si elle n’affronte pas le 65 km de l’UTHC, elle retournera tout simplement faire le 28 km afin d’améliorer son temps.

Les très courtes distances de Pineland, ainsi qu’un canicross, ont lieu samedi. Les ultras de 50 et 80 km, ainsi que le 25 km auront lieu dimanche.

À lire aussi :