Affronter la course à obstacles à 71 ans pour rester actif

mike_gagnon_photo_therese_gagnon
Mike Gagnon en plein compétition – Photo : Thérèse Gagnon

Distances+ ouvre aujourd’hui une fenêtre sur le monde de la course à obstacles en présentant un coureur plein de mérite. À 71 ans, Mike Gagnon ne lâche rien, et poursuit sa passion.

« Je ne cours pas énormément », dit Mike Gagnon. « Dès la fonte des neiges, un ou deux kilomètres avant chaque séance de CrossFit, cinq fois par semaine. » Peu de volume, mais beaucoup de volonté : ce n’est pas étonnant que le septuagénaire termine souvent premier dans sa catégorie d’âge. Il est vrai qu’ils ne sont pas très nombreux dans cette catégorie, mais tout de même.

En septembre dernier, il a d’ailleurs terminé la Spartan Beast à Duntroon en Ontario, une course en montagne de 21 km avec plus de 30 obstacles, en 4 h 12 : 43. Pour lui c’était toute une réussite.

Cette course faisait partie de sa première « Trifecta », soit trois courses Spartan, qui sont des courses à obstacles sur terrains difficiles. Ces courses, dispersées sur une saison, ont été sa plus grande réalisation sportive, dit-il.

Mike a commencé avec le Sprint de Montréal en mai 2018, qu’il a complété en 3 heures et quelques minutes. C’est cette course qui a été la plus difficile, car elle avait beaucoup de dénivelés. En juillet, il a fait la Spartan Super Ottawa en 4 h 41.

« Je ne pensais pas que je serais capable d’une telle épreuve, a dit Mike, fier de lui après avoir réussi sa Trifecta. C’est un ami qui m’a donné un dossard pour la deuxième course en juillet. Après je me suis dit, pourquoi pas la Trifecta. »

Du CrossFit à la course

Représentant en vente de métier, Mike vient de Montréal. Il est marié depuis 49 ans, a trois enfants et six petits-enfants. Il a toujours été sportif et a touché à plusieurs sports, dont les arts martiaux, la gymnastique et l’haltérophilie.

Cependant, il lui manquait quelque chose. « Je pouvais soulever de larges charges de poids, par contre je ne pouvais pas marcher plus de 25 pieds avec ces poids sans être épuisé », dit-il.

Mike a alors commencé à s’entraîner au CrossFit à l’âge de 65 ans, sur la recommandation d’un ami, afin d’améliorer son endurance et ses mouvements fonctionnels.

« Je suis tombé en amour avec le sport dès mon premier cours. J’aime tout particulièrement notre entraîneur le matin, notre groupe d’habitués. Ça me motive de m’entraîner avec des jeunes et des masters. Je me sens toujours à ma place. »

La communauté de CrossFit est reconnue pour son esprit sportif et inclusif, ce qui rejoint Mike.

Naturellement, ce sport l’a mené à découvrir les courses à obstacles, puisque ces deux univers sont étroitement liés. Depuis qu’il s’y est mis, Mike avoue que la course à obstacles est devenue « comme une drogue. »

«Il y a un compétiteur de CrossFit aux États unis qui a plus de 80 ans. il m’inspire beaucoup », dit-il. Mike souhaite pouvoir continuer à rester en forme et s’améliorer au moins jusqu’à cet âge et même plus.

Actif pour rester vif

Avec les classes de mouvements fonctionnels et la course, Mike se sent jeune pour son âge. Avec chaque année qui passe, il se sent plus en forme que la précédente et prêt à affronter le futur.

Ce grand-père veut pouvoir courir et jouer avec ses six petits-enfants et rester actif et en santé le plus longtemps possible. Il aime entretenir son jardin et se tient occupé.

Même s’il reste toujours actif en dehors de ses entraînements, Mike profite de la vie et prend quand même le temps de lire et de se détendre.

Afin de maximiser ses entraînements, il n’a pas hésité à recourir aux services d’un nutritionniste sportif. « C’est important à mon âge de garder la masse musculaire. Je mange sainement et j’essaye de me tenir loin des aliments transformés. »

Quel est son conseil pour la longévité sportive? « Prenez votre temps, commencez tranquillement, lance-t-il. La patience est vertu! »