Célébrer le 375e de Montréal en autant de kilomètres : le défi de Gaurav

gaurav_madan
Gaurav Madan lors du marathon de Québec / Photo : courtoisie

Gaurav Madan prévoit rallier Québec à Montréal à la course. Il s’agit d’un périple de 375 km dont le but est de marquer le 375e anniversaire de Montréal. Le jeune homme, originaire de New Delhi, la capitale de l’Inde, s’élancera de l’Assemblée nationale ce vendredi 12 mai pour un périple de cinq jours.

Arrivé à Montréal en août 2016, le doctorant en sciences de l’environnement souhaite simplement découvrir le Québec à la course et honorer sa patrie d’accueil.

Un trajet en cinq jours et en quatre étapes

Gaurav Madan se donne cinq jours pour compléter son trajet, lui qui souhaitait rendre hommage à une ville à laquelle il se sent déjà appartenir. « De Québec à Montréal, il y a pratiquement 300 km. Je ferai donc le tour de Montréal à la fin pour avoir mes 375 km, annonce-t-il. Je ferai des arrêts à Sainte-Croix, à Bécancour, à Sorel et à Boucherville. »

La dernière étape du 16 mai sera la plus longue, soit 110 km de Boucherville à Montréal. « Le dernier jour sera difficile, à cause de la distance, mais aussi parce que je devrai faire le tour de Montréal pour boucler les 375 km. Je serai peut-être tenté de prendre le chemin le plus court pour rentrer chez moi », plaisante l’ultramarathonien.

Gaurav est également un minimaliste de la logistique. « Je vais être seul. Je remplirai mes bouteilles où je pourrai. J’ai quelques contacts dans tous mes arrêts, sauf à Sainte-Croix, dit-il sommairement. Pour l’alimentation, j’aurai quelques provisions, mais le plus important c’est de bien s’hydrater, de bien déjeuner et d’avoir un bon repas le soir. »

gaurav_madan_Yamuna_run

Le tourisme par la course

Âgé de 28 ans, Gaurav Madan est en quelque sorte un « coureur touriste » depuis plusieurs années. Il a adopté la longue distance comme un moyen d’explorer son environnement. « Il y a dix ans, je suis allé m’installer à Pune, près de Mumbai. Je me suis mis à courir pour découvrir la ville. Depuis, j’ai couru un marathon par État [il y a 29 États en Inde, NDLR] », informe-t-il.

Enthousiaste et curieux, l’étudiant à peine arrivé à Montréal éprouve le désir de connaître la belle province. « J’ai entendu dire que Québec était une belle ville. Je me suis donc inscrit au marathon de Québec, quelques jours après mon arrivée », explique-t-il. Il sera d’ailleurs l’objet de toutes les curiosités, parcourant toute la distance pieds nus.

S’adapter à la course en hiver

Le Delhiite ne s’est pas laissé impressionner par son premier hiver. « Je me suis dit qu’il fallait que j’aille courir tous les jours dehors, même s’il faisait très froid. J’ai pensé que, pour mieux m’adapter au froid, je devais m’habiller plus légèrement. Résultat, j’ai eu quelques engelures aux mains. C’était stupide de ma part », dit-il avec le sourire.

Toujours pour dompter les intempéries, l’ultramarathonien a participé aux 100 miles de la Beast of Burden, fin janvier, dans l’État de New York. « Il a neigé toute la course. Il y avait des vents à 50 km/h, poursuit-il. C’était dur ! »

Malgré tout, un mois après, il prendra le départ des 120 km de l’Actif Epica au Manitoba.

Son périple de Québec à Montréal, Gaurav l’envisage comme une marche vers un rêve longtemps caressé. « Quand j’étais en Inde, j’ai vu un documentaire sur l’Alaska. Je me suis dit que j’aimerais aller y courir un jour, raconte-t-il avec enthousiasme. Et puis, je suis arrivé au Canada. Je considère que c’est une étape pour réaliser ce rêve : courir les 1000 miles de l’Iditarod Trail Invitational, en Alaska. »

Gaurav_madan_actif_epica