« Transmettre ma passion à mes enfants » : l’année 2019 d’Annie-Claude Vaillancourt

annie-claude-vaillancourt-grp-2019
Annie-Claude Vaillancourt lors du Grand Raid des Pyrénées – Photo : GRP

D+_MaSaison2019_banniere

En début d’année, Distances+ présentait des reportages sur une quinzaine d’athlètes élites québécois et sur ce qui les attendait en cours d’année sur le plan sportif. Alors que se termine la saison, nous avons demandé à ces coureurs de jeter un coup d’oeil sur les derniers mois afin de nous partager ce qu’ils ont vécu de beau et de fort, ce qu’ils ont appris sur eux-mêmes, tout en reconnaissant leurs moins beaux moments et leurs réflexions. Aujourd’hui : Annie-Claude Vaillancourt.

J’ai amorcé ma saison 2019 avec deux magnifiques performances. En février, avec mon équipe de filles, nommée Walkyrie, nous avons gagné la Pandora -24 dans le parc des falaises à Prévost. En avril, j’ai terminé sur la seconde marche du podium au Hyner Trail Challenge en Pennsylvanie. En mai, à Ottawa, j’ai réussi à me qualifier pour le marathon de Boston en courant mon premier marathon sur route. Ma saison s’est poursuivie à l’image de son commencement.

J’ai participé à de belles courses dans plusieurs régions du Québec, aux États-Unis et en France. J’ai découvert de magnifiques paysages, de superbes montagnes et j’ai réalisé de belles performances.

Nonobstant les exploits, ce que je retire principalement de mon expérience en course cette année, ce sont les bons moments partagés avec d’autres coureurs qui vivent la même passion. Des coureurs qui sont devenus mes amis au fil du temps. Ceux qui participent chaque semaine aux rituels dans les sentiers de Mascouche, ceux avec lesquels je peux courir plusieurs jours d’affilés dans les montagnes et, évidemment, partager la bière d’après-course. 

Je me suis, encore une fois, retrouvée sur la ligne de départ de courses beaucoup plus longues que ce qui était raisonnablement dicté par ma conscience et mon volume d’entraînement. Ce sont des compétitions que j’ai réalisées avec moins de vitesse et de performance, mais qui m’ont permis de vivre une extraordinaire aventure avec le meilleur et le pire de moi-même. Encore une fois, j’en conclus que la course à pied m’amène à mieux me connaître et à devenir une meilleure personne.

famille-annie-claude-vaillancourt

L’année 2019 avance et je suis toujours en mesure de courir avec le sourire dans les sentiers adjacents à mon domicile. Concilier judicieusement entraînement, vie familiale et vie professionnelle demeure chaque jour un défi. Maintenir un équilibre dans mon quotidien et transmettre sainement ma passion à mes trois enfants sont mes principaux objectifs. Je prêche par l’exemple, en citant à mes enfants que, dans la vie, on devient bon dans ce que l’on pratique. Je leur enseigne à constamment donner le meilleur d’eux-mêmes et à être fiers de leurs accomplissements. 

En fin d’année, certaines douleurs me laissent croire que mon corps a encore dépassé, un tout petit peu, un niveau raisonnable d’entraînement. Je serai toutefois en mesure de conclure ma saison 2019 sans dommage majeur. Mon objectif de poursuivre la course avec modération est atteint. Ma saison se termine avec des réflexions sur mes priorités au quotidien et sur de nouvelles façons de concilier entraînement, travail et famille.

Malgré tout, en regardant en arrière, je ne cesse de me trouver chanceuse d’avoir le privilège d’être en bonne santé et de pouvoir courir chaque jour. J’espère conserver ma passion pendant plusieurs années et continuer à inspirer les gens autour de moi.

À lire aussi :