Défibrose : 15 fois le mont Sainte-Anne pour Genois, 26 fois Orford pour Roulier

alexandre genois - 2-pt
Alexandre Genois en compagnie de son équipe de soutien – Photo : Michèle Grenier

Alexandre Genois, de Québec, et Sébastien Roulier, de Sherbrooke, ont réalisé de solides performances lors de leurs challenge respectifs au Défibrose, organisé au mont Sainte-Anne la fin de semaine du 23 septembre et au mont Orford la fin de semaine du 30 septembre.

Les deux coureurs d’ultramarathon souhaitaient battre, chacun dans leur région, les records du plus grand nombre de montées et descentes de ces deux montagnes, sur une période de 24 heures, pour amasser des fonds afin de lutter contre la fibrose kystique.

Un record battu pour Alexandre Genois

Alexandre Genois a réalisé 15 montées du mont  Sainte-Anne pour un total de 100 kilomètres et de 9300 mètres de dénivelé positif, fracassant le seul record connu de 14 allers-retours en 24 heures, atteint en 2006 par Jean-Guy Godon, dans le cadre d’un autre événement.

Alexandre a cependant été arrêté après 20 heures en raison de la chaleur accablante, qui pouvait poser des risques pour sa santé et celle des autres athlètes. Les Défibrose présentaient aussi un volet grand public, à réaliser en solo ou en équipe, sur une durée de 6 heures au mont Orford et de 8 heures à Québec.

« Je pense que j’aurais pu en faire au moins une ou deux de plus sans problème, mais c’était pas mal plus intelligent d’arrêter. Il faisait beaucoup trop chaud. Le soleil plombait », explique Alexandre, qui a maximisé l’effort pendant la nuit, quand il faisait un peu plus frais. La participation imprévue de son ami Sébastien Lacombe, qui a décidé de venir monter avec lui un total de 6 montées pendant la nuit, l’a d’ailleurs aidé à garder le rythme et la motivation.

Alexandre Genois est un habitué du Défibrose mont Sainte-Anne, un événement auquel il participe chaque année soit comme participant, soit comme bénévole dans l’organisation. En 2013, l’ultratriathlète avait complété 9 allers-retours en 10:30, ce qui laissait croire que le record de Godon serait dépassé facilement le 23 septembre.

Sébastien Roulier au terme du Défibrose 2017
Sébastien Roulier au terme du Défibrose 2017 au mont Orford – Photo : courtoisie

Une nuit plus difficile pour Roulier

Pour sa part, Sébastien Roulier n’aura pas battu son propre record de 27 montées du mont Orford, atteint en 2016. Il aura finalement réalisé 26 montées, pour un total tout de même impressionnant de 140 kilomètres et de 13 000 mètres de dénivelé positif.

Bien qu’il se soit senti très en forme pendant la course et qu’il ait pensé pouvoir économiser du temps lors de certaines pauses, il s’est dit plus fatigué à la fin de la course que l’année précédente.

« Dans la nuit, l’an passé, j’avais eu pas mal de monde pour courir avec moi. Cette année, j’ai été pas mal tout seul. Ça a été plus difficile. Après la 5e ou la 6e montée, je commençais déjà à me poser des questions », résume Sébastien, qui est aussi président d’honneur du défi au mont Orford depuis 2 ans.

Le pédiatre et père de trois jeunes enfants est d’ailleurs l’instigateur du défi au mont Orford, qui n’existait auparavant qu’au mont Sainte-Anne. « J’aime m’impliquer avec des causes et des projets. Cette approche est aussi une façon pour moi de garder la motivation. Je pense que c’est ce qui fait que je cours depuis plus de 18 ans, sans jamais avoir eu de “down” majeur », croit-il.

Un projet qui n’attend pas l’autre

Les deux coureurs ne manquent pas de projets pour les prochains mois. « Chaque course, chaque défi est un passage vers une autre course, un autre défi », explique Sébastien Roulier, qui espère trouver un ou une partenaire pour participer avec lui au marathon de Chambly, dans une poussette modifiée pour adulte handicapé ou à mobilité réduite. Il est aussi inscrit au marathon de Boston, en avril 2018.

De son côté, Alexandre Genois devrait s’être mis « en jambes » pour le Trail du Grand-duc, le 14 octobre, à Stoneham, puis pour le Défi Bleu de 60 kilomètres de la TransMartinique, au début du mois de décembre.

Si Alexandre sera sans doute de retour au Défibrose mont Sainte-Anne en 2018, Sébastien Roulier tournera de son côté la page pour se lancer dans de nouvelles aventures, avec une participation au Spartathlon de Grèce à la fin septembre 2018, une course de 250 kilomètres qui retrace la légende de Phidippidès, un messager athénien envoyé à Sparte en -490 av. J.-C. pour demander de l’aide lors de la bataille de Marathon.

Enregistrer