Une belle option : concilier la course et les voyages en famille

conciliation voyage d+
Maxime Drolet et Anne-Frédérik Drolet (au centre) au départ du 5 km The North Face Challenge Endurance, dans l’État de New York, après avoir fait du bénévolat la veille pendant le 42 km de leurs parents / Photo : Hugues Drolet

Standard_ConciliationBanner

On s’arrache parfois les cheveux à essayer de concilier la vie de famille et l’entraînement. Et le moment de l’année où l’on a potentiellement le plus de temps pour nous est aussi le moment idéal pour se retrouver en famille. C’est pourquoi nous vous suggérons, lors de la planification annuelle de vos courses, par exemple, de choisir un événement sportif sur votre futur lieu de vacances ou de choisir le lieu de vos prochaines vacances en fonction d’une course qui vous fait triper. Voici cinq conseils qui pourraient influencer votre choix.

Conseil no 1
Choisissez une course qui vous permet de visiter et d’effectuer des activités familiales dans les jours qui précèdent ou qui suivent. De cette façon, les membres de la famille qui ne participent pas à l’événement sportif auront eux aussi la chance de profiter du séjour sans frustration et seront certainement plus patients lorsque le temps sera venu de vous appuyer le jour J.

Conseil no 2
Si vous avez de jeunes enfants, choisissez une course qui offre un service de garde (les organisateurs de courses en sentier offrent de plus en plus souvent cette option) ou des activités sportives encadrées pendant que vous serez en action. De cette façon, vous aurez l’esprit tranquille et vous saurez que vos enfants ont, eux aussi, du plaisir.

Conseil no 3
Choisissez une course qui vous permet de camper ou de vous loger à proximité de la ligne de départ. Ainsi, les membres de la famille pourront accéder facilement aux commodités depuis votre installation et ils pourront continuer de vaquer à leurs occupations avant votre retour (surtout si vous réalisez un ultramarathon en sentier de plusieurs heures). Quelques organisations sportives permettent, entre autres, de profiter d’un espace de stationnement-camping tout près du « village des athlètes » pour les motorisés autonomes, et ce, souvent à peu de frais.

Conseil no 4
Si vos enfants sont des adolescents pleins d’énergie qui ont le goût de participer, choisissez une course qui leur permettra d’effectuer du bénévolat pendant que vous serez en pleine nature. Les ados adorent faire partie de l’action en remettant des médailles à l’arrivée, en donnant un coup de main à la préparation du lunch des participants, en faisant de la signalisation sur le parcours, en offrant de la nourriture aux ravitaillements ou en s’occupant de la gestion des sacs de ravitaillement (drop bags). Bref, de nombreuses tâches supervisées peuvent leur être attribuées par les organisateurs, qui seront bien contents d’avoir de l’aide supplémentaire. Il suffit de communiquer directement avec ces derniers et de voir avec eux comment les compétences de vos ados peuvent répondre aux besoins de l’événement.

Ils auront peut-être aussi l’occasion de pratiquer une langue étrangère, si votre course se déroule en dehors du Québec, et de se faire de nouveaux amis.

À noter que certaines organisations permettent aux bénévoles de stationner souvent plus près du site de départ que ce qui est habituellement permis aux participants. Si votre enfant décide d’effectuer du bénévolat, vous aurez donc la chance d’être directement sur place avec votre voiture ou votre motorisé. Une belle façon de donner de votre temps pour une bonne cause et de pouvoir en tirer quelques bénéfices comme coureur.

Conseil no 5
Si votre enfant pratique lui aussi la course à pied, choisissez un événement qui propose une distance adaptée à ses capacités et qui ne se déroule pas en même temps ou le même jour que votre propre course. Il aura son moment de gloire en franchissant le fil d’arrivée en voyant que papa et maman l’acclament à son tour.

Plusieurs événements sportifs proposent une formule sur deux jours de compétitions (les plus longues distances le premier jour et les plus courtes, le second), ce qui permet aux coureurs de plus longues distances de se reposer en toute quiétude le jour de la course du reste de la famille.

Bref, n’ayez pas peur de communiquer directement avec les organisateurs des courses auxquelles vous comptez participer en compagnie de votre petite famille, pour vous assurer que les commodités offertes correspondent à vos besoins et puissent faire en sorte que la famille aimera vous suivre dans vos prochaines folies sportives.

Pour vous aider dans votre choix de vacances, sachez que notre consœur Nathalie Rivard a récemment publié le guide Courir autour du monde (Les Éditions de l’Homme), dans lequel elle recense 200 courses qui ont les arguments pour vous faire voir du paysage.