La TDS lance réellement l’Ultra-Trail du Mont-Blanc; une Canadienne sur le podium?

HAYDEN HAWKS Alexandre Girbal

 

L’Américain Hayden Hawks a remporté la CCC en 2017. Il est le favori de la TDS cette année – Photo : Alexandre Girbal

SB_728x90

Quand on évoque l’Ultra-Trail du Mont-Blanc, on a tendance à s’enthousiasmer avant tout pour la grande course UTMB, le 171 km pour 10 000 m de dénivelé, parce qu’elle attire les plus grands coureurs en sentier de la planète et promet souvent un gros combat. Mais sa petite-soeur, la très difficile TDS (123 km et 8800 m D+) qui se court entre Courmayeur et Chamonix, s’annonce tout aussi passionnante, avec également un plateau d’athlètes de très haut niveau.

La cote des 15 coureurs les mieux classés de la TDS, selon l’International Trail Running Association (ITRA), est au-dessus de 850 sur 1000. C’est exceptionnel! Les 10 femmes les mieux classées, parmi lesquelles la Canadienne Alissa St-Laurent, sont quant à elles toutes au-dessus de 700 (deux coureuses au monde seulement dépassent légèrement la cote 800). Et derrière, la densité de coureurs et coureuses super compétitifs est impressionnante.


À lire aussi : Quelques Québécois sur la TDS à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc


Hayden Hawks, la TDS après la CCC ?

Chez les gars, le principal favori est un invité surprise, Hayden Hawks. Le coureur américain, troisième au classement de l’ITRA, s’était initialement inscrit à l’UTMB, mais il a préféré revoir ses objectifs à la baisse en optant pour la TDS. L’an dernier, il s’était offert la CCC (101 km pour 6100 km) et il a remporté au début de l’été le Lavaredo Ultra-Trail en Italie.

Quand Distances+ a demandé à Hayden quel est son but sur cette course, il a répondu franchement : « mon objectif principal est de passer un bon moment, de faire de mon mieux ce jour-là, de ne jamais baisser les bras… et de gagner! »

Il trouvera sur son chemin un trio qui pourrait le pousser dans ses retranchements, à savoir son compatriote Dylan Bowman (7e de l’UTMB 2017 et vainqueur cette année de l’Ultra Trail du Mont-Fuji et du Tarawera Marathon en Nouvelle-Zélande), le Français Ludovic Pommeret (vainqueur de l’UTMB 2016 et 3e de la CCC 2017), et le Britannique Tom Owens (5e de la CCC 2017).

L’Espagnol Tofol Castaner, qui a remporté fin juillet la Swissalpine Irontrail Davos St. Moritz (un 88 km pour 4830 km), le Russe Dimitry Mityaev, qui a multiplié les places d’honneur sur des courses en sentier un peu plus courtes, et le Suisse Diego Pazos, vainqueur du 85 km de la Maxi-Race 2018 en deux étapes, seront aussi forcément à surveiller.

Plusieurs athlètes français sont également de sérieux prétendants au podium, tels qu’Aurélien Dunand-Pallaz (2e de l’Ultra-Trail de l’île de Madère 2018), Fabien Antolinos (vainqueur du Lavaredo Ultra Trail), ou encore Sylvain Camus (2e de la TDS 2017) et Julien Chorier (6e au 90 km du Marathon du Mont-Blanc). Le jeune Nicolas Duhail, qui a remporté le 123 km du Grand Raid des Pyrénées 2016 (7000 m D+), a lui aussi les moyens de venir titiller tout ce beau monde.

Un top 3 pour Alissa St-Laurent?

Chez les filles, quatre Américaines pourraient prétendre à la victoire sur la base de leur classement : Megan Kimmel et You Wang sont les mieux classées, mais elles ont surtout performé sur des formats de course plus courts. La double championne de l’UTMB Rory Bosio continue de faire de gros résultats, comme le 80 km du The North Face Endurance Challenge de Cordoba qu’elle a remporté cette année. Keely Henninger pourrait ceci dit être la plus à même de gagner cette TDS, avec une belle 4e place l’an dernier sur la CCC.

Il faudra sûrement compter sur l’Australienne Kellie Emmerson, victorieuse de l’Ultra-Trail Australia (100 km) et 5e de l’UTMB 2017, ainsi que sur la Suissesse Kathrin Götz, qui a gagné l’Eiger Ultra-Trail et fini 3e du Lavaredo.

Mais nous suivrons particulièrement Alissa St-Laurent, d’Edmonton, qui avait terminé 6e de l’UTMB l’an passé. Nous l’avons croisée mercredi soir et si elle avance vouloir surtout avoir du plaisir sur la course, elle a reconnu qu’elle rêve de faire un top 3.

Alissa St-Laurent en action à Silverton aux États-Unis - Photo : Alissa St-Laurent
Alissa St-Laurent en action à Silverton aux États-Unis – Photo : Alissa St-Laurent

Quelques Québécois sont engagés sur la TDS, à savoir Jean-François Bégin, Michelle Bousquet, François Dessurault, Olivier Duhaime, Michel Fila et Alain Turcotte. Pour eux, ce qui compte sera d’aller au bout.

Départ repoussé et modification du parcours à cause des orages

Le départ de la course, initialement prévu à 6 h (minuit heure de Montréal) ce mercredi matin, a été déplacé à 8 h en raison d’une dégradation de la météo. Le directeur de course craint de gros orages dès le milieu d’après-midi et a donc décidé de modifier le parcours pour éviter que les coureurs soient mal pris au niveau du Passeur de Pralognan, qui monte à près de 2600 m d’altitude, et de la cabane des Arandelys à près de 1800 m. Le parcours de la TDS sera donc plus long de deux kilomètres (123 au lieu de 121), mais le dénivelé positif cumulé sera raboté de 500 m (6800 m au lieu de 7300 m).

La TDS, tout comme l’UTMB et la CCC, est une course du l’Ultra-Trail World Tour (catégorie Pro).

Notons que l’organisation de l’UTMB a décidé d’instaurer dès cette année un système de primes en argent pour les athlètes les plus performants. Le montant de l’enveloppe global, 35 000 euros, sera réparti sur l’UTMB (10 premiers hommes et 10 premières femmes), la TDS (5 premiers), la CCC (5 premiers) et l’OCC (3 premiers).


Toute la semaine, suivez l’équipe de Distances+ à l’Ultra-Trail du Mont-Blanc sur Twitter, pour un récit quotidien de l’événement!


Ce texte a été rendu possible grâce à la collaboration de l’Ultra-Trail Harricana du Canada.