De belles luttes à prévoir sur le 65 km de l’Ultra-Trail Harricana

uthc_65_km_depart_photo_pe_vachon
Des coureurs du 65 km au parc des Hautes-Gorges – Photo : Pierre-Étienne Vachon

Distances+_UTHC_SB_728x90

La course de 65 km de l’Ultra-Trail Harricana, qui s’élance très tôt samedi matin depuis le parc des Hautes-Gorges dans Charlevoix, et à laquelle participent plus de 310 coureurs, promet des luttes serrées. Tour d’horizon.

Leroux, Cardin, Lachance?

Chez les hommes, le jeune Rémi Leroux est ambitieux et pourrait avoir envie de batailler ferme avec des athlètes un peu plus expérimentés que lui, comme Elliot Cardin ou Julien Lachance.

L’an dernier, Rémi avait terminé deuxième sur cette course. « Mon objectif premier est de battre mon temps de l’année dernière », confie-t-il à Distances+ deux jours avant le départ. Il faudrait, pour cela, rentrer au camp de base du mont Grand-Fonds sous les 5 h 47. La maturité gagnée en une année suffira-t-elle pour donner des ailes au coureur de 21 ans?

Il se dit prêt. « Après ma participation au 50 km du Trail de La Clinique du coureur en juin (où il a terminé troisième), j’ai participé à une seule course. Grâce à cela, j’ai pu garder un haut volume d’entraînement pendant plusieurs semaines consécutives », dit Rémi, totalement « motivé » et « excité d’entrer dans le pain cave » pendant 65 km. 

Dans les sentiers de l’arrière-pays de Charlevoix, il y aura d’autres champions en quête d’une marche sur le podium. Elliot Cardin est toujours très ambitieux dans ses courses et il a fait des beaux résultats depuis sa première grande victoire au 55 km du Bromont Ultra en 2016, mais cette fois il est inquiet. 

Il y a un mois, il a dû abandonner l’idée de se frotter à la Squamish 50 en Colombie-Britannique à cause d’une blessure à la bandelette. La forme et le mental seront-ils au rendez-vous pour sa première participation à l’Ultra-trail Harricana?

« Je désire tout donner, mais la préparation n’y est pas, dit-il. Je n’ai pas pu faire de volume et peu d’entraînement en intensité. Si la bandelette fait mal durant la course, j’espère ne pas devoir abandonner. Je n’ai jamais fait de DNF et je ne veux pas. »

Il y aura aussi Julien Lachance, qui traîne toujours la gloire de sa victoire sur la Vermont 100 en 2016, pour mettre de la pression devant. Ses ambitions sont claires : il ne cherche rien de moins qu’à établir un nouveau record sur le parcours. Cet été, il a participé à des compétitions dans les Alpes en préparation de l’UTHC.

« J’ai mis beaucoup d’entraînements spécifiques pour l’UTHC, alors je souhaite aller au bout de mes ressources durant cette course, dit-il. Si cela vient avec un podium, une victoire, un record de parcours, alors temps mieux! Évidement, je vais tout donner et je vais me battre avec toujours en tête d’aller chercher le record de parcours. »

C’est Rémi Poitras et Kevin Vermeulen qui détiennent ce record, gagné ex aequo l’an dernier en 5 h 38. En 2016, Julien avait terminé 3e au 80 km.

L’Américain Gary Gellin, qui va avoir 50 ans ce dimanche, va profiter de sa dernière journée avant la cinquantaine pour courir lui aussi le 65 km. Il a gagné plusieurs courses aux États-Unis, et il pourrait surprendre. Il a l’étoffe d’un podium. À la veille de la course, il se dit très détendu et attend de voir s’il va prendre la course en mode compétitif ou plus relaxe.

Hillary Allen a la voie libre

L’un des plus beau duel annoncé ce week-end s’est éteint jeudi soir. L’athlète américaine Hillary Allen aurait pu en découdre avec la championne québécoise Sarah Bergeron-Larouche, mais celle-ci a décidé à la dernière minute de se rétracter et de s’aligner plutôt sur le 28 km pour des raisons familiales.

La course aurait été excitante. Les deux coureuses ont beaucoup en commun. À commencer par leur cote ITRA, presque identique (735 points pour Allen, 722 points pour Bergeron-Larouche). Elles ont presque le même âge – 30 ans pour Allen, 31 ans pour Bergeron-Larouche. Les deux excellent dans les formats moyennes distances.

Hillary a pris le deuxième rang du Championnat mondial de skyrunning, une discipline dans laquelle Sarah a aussi beaucoup de talent. Elle a remporté plusieurs grandes courses internationales dans les formats d’une cinquantaine de kilomètres. Si Sarah a une expérience plus locale (quoiqu’elle a terminé deuxième lors d’une course en Utah et première au Endurance Challenge New York), elle a l’avantage de connaître le terrain.

C’est d’ailleurs Sarah qui possède le meilleur temps sur le parcours du 28 km de l’Ultra-Trail Harricana. Mais il faudra voir dans quel état physique elle se trouve, après sa chute d’il y a quelques semaines au Trans Vallée, et qui l’a conduit à l’hôpital pour une légère commotion cérébrale.

« J’ai une petite diminution de la motivation à l’entraînement, mais c’est quelque chose qui m’arrive souvent vers la fin de l’été, a-t-elle confié à Distances+, notant que cette baisse d’intérêt a « peut-être été amplifiée par mon incident au Trans Vallée ».

« Je n’ai pas eu le temps nécessaire de faire un cycle d’entraînement spécifique à l’UTHC, ajoute-t-elle. Il fallait plutôt que je m’assure de bien récupérer. »

La récupération fait encore partie de la vie d’Hillary Allen. Il y a un an, elle a failli mourir en faisant une chute terrible dans les montagnes lors d’une compétition en Norvège. « J’essaie de continuer à m’en remettre et d’avancer, dit Hillary. Je viens faire cette course dans le but de continuer à rebâtir ma confiance, dans le but d’allonger les distances. »

« Je m’attends à avoir bien du plaisir et à explorer de nouveaux sentiers et paysages. »

Parmi les autres femmes à surveiller sur le 65 km, notons la présence de Claudine Soucie et de plusieurs autres très bonnes coureuses.


Sarah Bergeron-Larouche et Hillary Allen sont les invitées de Distances+ dans le cadre d’une rencontre d’athlètes exclusive, présentée à l’église de La Malbaie, ce vendredi, en marge de l’Ultra-Trail Harricana. Venez sur place, ou assistez au Facebook Live.