Des surprises sur le podium du 65 km de l’Ultra-Trail Harricana

mathilde-guillaumot-uthc-2016
Mathilde Guillaumot à l’arrivée du 65 km de l’Ultra-Trail Harricana 2016 – Photo : Pierre-Étienne Vachon

L’édition 2016 de l’Ultra-Trail Harricana a vu une course exceptionnellement rapide sur le parcours du 65 km du côté des femmes. Effectivement, les trois premières coureuses ont pulvérisé le record féminin existant de 6 h 51, tenu par Jessy Forgues en 2015. La Québécoise Annie Jean a fini en 6 h 6, en quatrième position au classement général, suivie par Mélanie Nadeau de Bromont, en 6 h 34. La troisième marche du podium est en revanche occupée par un visage moins familier. C’est Mathilde Guillaumot, une Lyonnaise de 21 ans, venue directement de France pour l’occasion, qui a décroché la médaille de bronze avec un temps de
6 h 39. Distances+ l’a rencontrée.

Venue au Québec sans objectif particulier, sinon celui de se faire plaisir, Mathilde s’est dite « très détendue et, surtout, pressée d’aller découvrir les sentiers », juste avant la course. « Je n’avais pas beaucoup d’appréhensions. Je m’étais bien préparée pour cette course, donc j’espérais seulement que le mental suffise à relancer le corps dans les moments difficiles. »

Dès le départ, Annie Jean s’est rapidement détachée du peloton pour prendre la tête, une avance qu’elle a maintenue tout au long de la course. C’est alors entre Mélanie, Mathilde et Noémie Julien que se sont jouées les deuxième et troisième marches du podium. Mathilde, ne se doutant pas de son classement, profite du parcours qu’elle décrit comme « roulant, mais technique ». « Je n’ai pas regardé ma montre avant presque quatre heures de course, je me sentais très bien et je me suis beaucoup amusée. C’est seulement lorsqu’un bénévole m’a dit que j’étais la troisième femme que j’ai commencé à augmenter l’allure. Ça m’a donné encore plus de détermination à me pousser plus loin et à conserver ma troisième place. »

Dans ses moments de fatigue, Mathilde a beaucoup pensé à sa famille et aux propos tenus pendant le panel « L’ultra au féminin » du soir précédent, qui l’ont beaucoup touchée et inspirée. « Tout au long de la course, je pensais aux paroles des athlètes d’élite féminines sur le dépassement de soi. Je me suis répétée que j’avais la résilience, que moi aussi, j’étais capable. Vers la fin, je pensais à mes amies et mes parents, et à la fierté que j’allais ressentir si j’étais juste capable de tenir le rythme un peu plus longtemps », dit-­elle.

Émue et comblée par sa performance, elle gardera de bons souvenirs de son voyage au Québec. « L’UTHC a été ma troisième et meilleure participation à un ultra. D’ailleurs, cette performance m’a donné un nouveau regard sur la course. J’ai passé un weekend extraordinaire dans cette magnifique région de Charlevoix. L’organisation était super et les bénévoles très accueillants. Longue vie à l’UTHC et vive le Québec! »