L’intensité de Sébastien Roulier, prête à exploser à l’UTMB

Sebastien_Roulier_Photo_CHOK
Sébastien Roulier lors de l’Ultra-Trail du mont Albert – Photo : Benoit Bisson, CHOK Images

Sébastien Roulier pourrait revenir de lUltra-Trail du Mont-Blanc (UTMB) avec l’une des meilleures performances québécoises de lhistoire de cette course. Du moins, c’est son objectif. Découvrez un peu plus cet ultra athlète à surveiller. 

Un mot : intensité

Dans les sentiers comme à lhôpital, la vie de Sébastien Roulier rime avec intensité. Ce médecin pédiatre, directeur des soins intensifs de pédiatrie au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, ne court pas pour relaxer. Ce ne sont pas ses 25 ascensions du mont Orford en 24 heures lan dernier qui nous font dire ça!

Ses débuts à la course remontent à 1999. Devant un ami nouvellement marathonien, il réalise que la discipline est accessible à qui le décide. En 2000, il court un premier marathon en 3 h 36, et le termine en se disant : « pu jamais! »

C’était méconnaître les effets de la course. Il sy remet quelques semaines plus tard avec le désir de saméliorer. Il boucle son 3e marathon en moins de 3 heures et devient un abonné du marathon de Boston. 

Le coureur de lEstrie découvre la course en sentier en 2011. Sa première course dans cette discipline nest rien de moins quun ultramarathon de 80 km. « Je courais régulièrement de 50 à 70 km en entraînement pour mes marathons, alors pourquoi ne pas participer à des courses organisées? », dit-il pour expliquer son cheminement. 

L’éveil des sens est une révélation pour lui. À partir de ce moment, il délaisse de plus en plus le bitume pour les roches, les racines et la boue. 

Un chiffre : 135

Depuis 2008, cest la distance moyenne que lathlète de 42 ans court chaque semaine, pour un total annuel denviron 6000 km. 

La base de sa stratégie pour saméliorer et performer se résume en trois mots : courir, courir et courir. Entre ses longues heures de travail et la garde partagée de ses trois enfants, il réussit à optimiser son temps au maximum, si bien que, cette année, il senligne pour atteindre 7000 km.

Cela étant dit, sa stratégie ne se limite pas quà accumuler les kilomètres. Il multiplie aussi les situations (intempéries, manque de sommeil, rareté doxygène), les entraînements et les courses pour accumuler de lexpérience, tant sur le plan physique que psychologique. « Jessaie de contrôler tous les facteurs contrôlables ».

sebastien_roulier
Sébastien Roulier au World Trail Championships en 2015 – Photo : Anthony Gottiniaux

Un objectif : top 20

Avec une préparation bien peaufinée, une détermination à toute épreuve et un potentiel hors du commun, Sébastien Roulier se sent prêà affronter les 170 km et près de 10 000 m de dénivelé positif de lUTMB. Son objectif, quil dévoile avec assurance : « courir en 24 heures et faire un top 20 »Ça en ferait l’une des meilleures performances québécoises que le mythique UTMB ait connue.

Lathlète sait quaucune course ne se compare à lUTMB, mais il a tout de même limpression de savoir un peu à quoi sattendre. Il a côtoyé des coureurs de fort calibre dans deux championnats mondiaux de trail et il a couru dans les Alpes. Il visualise sa course en se répétant de ne pas partir en fou, de maintenir le rythme, d’être prudent et de ne pas être trop agressif dans les montées.

« Pour le reste, jirai au fil de ce que la montagne moffrira », projette-t-il.


Quelques unes des performances de Sébastien Roulier

28 ultramarathons complétés

  • 10 victoires sur des distances de 80 à 160 km, dont Bromont Ultra en 2015, Estrie 50 en 2014 et La Chute du Diable en 2014 et 2015
  • 6 autres podiums, dont une 2e place au Virgil Crest 100 mile en 2014 et une 3e place au Vermont 100 Mile Endurance Run en 2015
  • 8 autres « top 10 », dont le Vermont 100 Mile Endurance Run (2013 et 2014) et l’Ultra Sky Marathon de l’Ultra-Trail du Mont Albert (2016)

51 marathons complétés

  • 9 victoires, dont une en poussant une poussette!
  • 25 marathons couru en moins de 2 h 45
  • 10 fois le marathon de Boston

Défi « Courir pour Leucan du mont Orford au mont Everest en 24 h » en 2015

  • 25 ascensions/descentes du mont Orford (155 km et 12 250 m D+)

Athlète masculin de l’année 2013 remis par l’Association canadienne des ultramarathoniens