Le 80 km de l’Ultra-Trail Harricana nous fera découvrir de nouveaux visages

remi_poitras_ultra_trail_harricana_2017_photo_francis_fontaine
Rémi Poitras (numéro 622) au fil de départ de l’Ultra-Trail Harricana 2017 – Photo : Francis Fontaine

Distances+_UTHC_SB_728x90

La course de 80 km de l’Ultra-Trail Harricana qui démarre samedi matin à 7h depuis le parc des Hautes-Gorges, dans Charlevoix, offre cette année un plateau d’athlètes moins connus. Nous aurons la chance de découvrir des nouveaux visages.

Le grand favori de cette compétition est sans conteste le médecin en résidence Rémi Poitras, un habitué des podiums. L’an dernier, le coureur de 25 ans a remporté le 65 km, ex aequo avec le Français Kevin Vermeulen. Les deux garçons avaient franchi le fil d’arrivée bras dessus bras dessous avec une certaine fraîcheur.

Rémi Poitras et Kevin Vermeulen gagnants ex aequo du 65 km en 2017 - Photo : Muriel Leclerc
Rémi Poitras et Kevin Vermeulen gagnants ex aequo du 65 km en 2017 – Photo : Muriel Leclerc

En 2017, il a aussi remporté le 80 km du Bromont Ultra, c’est dire qu’il a déjà une connaissance de cette distance. « Mon objectif sur le 80 cette année est de briser la barrière des 8 h et, si ça résulte en un podium, ce sera un plus, mais ce n’est pas l’objectif premier », confie-t-il à Distances+.

« Je me sens prêt », poursuit-il, expliquant qu’il s’est bien entraîné dans les White Mountains après sa 4e position au 38 km du Trans Vallée en août.

Le 80 km de l’UTHC en est à sa 3e édition. La course alterne une année sur deux avec le marathon. En 2016, c’est Mathieu Blanchard qui l’avait remporté en 7 h 49. Il s’agissait de son premier ultra.

Un autre athlète très performant inscrit au 80 km est Lee-Manuel Gagnon. Le coureur de Québec a une excellente cote ITRA et s’entraîne sur le long terme pour une participation en 2019 à la mythique Diagonale des fous. « Je ne me mets pas de pression », dit-il, car il participe à un marathon en octobre. « Je veux presque considérer cela comme une longue sortie! Donc, je risque de prendre ça pépère », dit-il, avant d’ajouter qu’il n’est pas blessé et qu’il est reposé.

Chez les femmes, Mylène Sansoucy est à surveiller. La coureuse monte assez régulièrement sur le podium, habituée des deuxième et troisième marches. Est-ce que cette fois sera la bonne?

Le 80 km a été remporté chez les femmes par Élizabeth Cauchon en 2016, en 10 h 08. Cette année, Élizabeth tente sa chance sur le 125 km.